Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 3 - Mende >>>> Au feu !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:34

CELLENE

A quelques lieux de la ville

Encore de la route, encore une ville de passer. Le voyage devenait long, mais le planning était tenu. La dernière halte à Nîmes fut rapide, comme toutes les autres. Ils s’étaient reposés, la nuit fut calme mais fraîche. A nouveau au petit matin, le camp avait été replié, les derniers dormeurs réveillés.

Tous en selles, la carriole avançait à un rythme lent, donner par la meneuse. Ils devaient maintenant passé la ville d’Alais. Ils la courtournaient du moins. Pas le temps de s’arrêter dans chaque ville, ils étaient attendus ailleurs. La prochaine étape serait Mende.

Cellene était désolée de les pressés, elle ne parlait pas beaucoup, ne pouvait pas en dire plus pour l’instant. Aziel ne cessait de la regarder, elle-même en faisait autant, mais aucuns mots ne pouvaient sortir. Qu’aurait-elle bien pu lui dire ? Rien. Les choses avaient été claires, non dites, mais claires.

Bientôt Mende se dessinerait à l’horizon, mais il fallait maintenant en savoir plus sur la suite des événements. Cellene laissa un instant sa compagne et se mit aux côtés de Seamus.

Faudrait envoyé ton faucon au Manoir, pour la suite… c’est possible ?

L’Azur n’avait pas plus d’information qu’eux. Si elle voulait que le voyage se passe à merveille, elle avait besoin d'en savoir plus.

Elle tourna un instant la tête, regardant ainsi Samaël et Kaerven en fin de cortège. Dans la carriole, Gus semblait bouder. La petite jeune, Anyanka discutait avec Illaura. Quelques maisons se trouvaient sur la route, signe qu’ils arrivaient à Mende, plus vite que l’Azur ne l’avait pensée.

Le groupe bifurqua dans la forêt. Cette fois, pas la même chose que les autres jours. Il fallait faire avec. Au milieu de la forêt, ils établirent leur camp et leurs tours de gardes.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

La route qu’ils suivaient depuis quelque temps lui était connue. Pas familière, mais connue. Ces dans ces contrées qu’il avait effectué les premières armes au sein de son nouveau groupe d’ami. Ami n’était peut-être pas le terme qui convenait le mieux pour qualifier ce qui les liait bien que certains liens très forts s’étaient tissés entre eux, d’une manière ou d’une autre.

Seamus laissa une fois de plus vagabonder son esprit, mais cette fois dans un passé tout proche. Une carrière, des saltimbanques, une première approche quasi inconsciente. L’action à l’état pur. Un brin nostalgique il repensa aux disparus, ceux morts en mission, le couple infernal frère sœur, Flyn, Black, et tant d’autres. Servir le Patron n’avait pas été sans risque, il était lui-même bien placé pour le savoir.

La mission du Puy défila par séquences dans son regard vide. Et toujours un visage, des yeux, rien que des yeux et une abondante chevelure de feu. Ou était-elle, que faisait-elle, qui étaient ces nouvelles recrues, quels étaient les dangers qui pouvaient la menacer. Au fond de lui-même il ne pouvait empêcher un certain ressentiment envers le Maître qui les avait, probablement volontairement séparés. Il était tout à ses pensées lorsque la meneuse vint à sa hauteur désignant son compagnon ailé.
Effectivement ils n’avaient eu que des instructions parcellaires sur ce qui les attendait, la frontière se rapprochait de jour en jour, le temps était venu de s’enquérir de la suite des événement.
Avec un sourire figé aux lèvres il répondit à Cellene

…Oui…
…Bivouac…
…Ce soir …


Quelque peu décontenancée par ce discours laconique, la belle continua à chevaucher aux côtés du Taciturne, elle-même également plongée dans ses pensées.
Des bruits de rires et de chamailleries se faisaient entendre au milieu du convoi. Seamus secoua lentement la tête d’un air quelque peu exaspéré. La pauvre Illaura devrait en voir une fois qu’elle serait seule avec ces deux loustics. Mais finalement ils apportaient un peu de fraîcheur dans l’expédition.

La fatigue faisait une fois de plus sentir ses effets délétères sur leur corps et peut-être même sur leurs esprits. La nuit tombante, le petit groupe pénétra dans les profondeurs de la forêt pour y établir le campement. Vu la proximité de la ville, il suggéra sur le ton du conseil

…pas de feu…

Après avoir fait quelques pas pour se dégourdir un peu les jambes, il s’installa sur une pierre plate pour rédiger sa missive.


Le Taciturne épuisé par une longue chevauchée a écrit:Frontière proche
Attendons instructions
Il noua le message à une serre de son faucon et le lança dans les airs sans plus attendre

…Manoir…

L’oiseau catapulté sans précautions dans les airs prit son envol en poussant de grand cris de protestation


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Le chemin vers leur destination avançait à vive allure ne rencontrant aucune encombre, l'azur prenait son rôle de chef de mission très au sérieux secondée par le taciturne qui se revelait toujours aussi bavard pour ne pas dire ailleurs.
Cette fois-ci la cariole avait un attelage qui leur permettait de ne pas être ralenti ce qui n'était pas négligeable vu la longueur du voyage qui les attendait encore.
Aucune tension apparente entre les membres, ils éviteraient peut-etre une tuerie contrairement à la mission du Puy où il avait du récupérer la maure dans un état pitoyable laissant la chapeautée rougir un ruisseau de Narbonne, cette mission lui semblait si lointaine et pourtant elle ne l'était pas tant, mais bien des choses avaient eu lieu depuis.

Sans qu'il s'en rende vraiment compte son esprit se prit à vagabonder vers la garçonne rebelle, la dorée et le fantôme qu'il avait laissé derrière lui au Manoir, tout comme la poison qu'il n'avait même pas revu depuis son départ précipité par l'agacement et la frustration.
La jeune femme aux yeux couleur océan semblait en proie à une colère froide envers Aziel, ils avaient l'air proche et pourtant...
Lorsqu'elle décida de bifurquer vers la foret pour y établir le campement, Samaël suivit alors le groupe sans broncher dépassant la charette en jetant un regard à la pucelle qui n'eut pas l'air de lui plaire ni à son compagnon du moment.

Souriant sournoisement, l'argenté se dirigea vers le campement qui se mettait en place et attacha son étalon à un branchage lorsqu'il sentit le regard de la chef de meute sur lui.
D'un pas assuré il s'avança vers elle au moment où le taciturne s'aloignait pour renvoyer son rapace au clan.
Une caresse dans le dos de la belle remontant à sa nuque, il la contourne pour lui faire face affichant un sourire enjoleur, les tours de garde avait été donné et pour le moment il était tranquille.

Tout se passe comme vous voulez ? Cellene si je me souviens bien ?

Sa main rivée sur la nuque, il observait la beauté opaline plongeant son regard doré dans l'azur envoutant de celui de la jeune femme.

_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Observant autour d'elle, Anyanka voyait le paysage défiler sous ses yeux, déconcentrée par moment par Gus qui faisait le pitre à n'en plus finir comme si il ne se rendait pas compte de ce qui l'attendait, ou peut-être trop au contraire.
Malgré ses efforts pour rester sérieuse, les aneries du jeune homme la faisait sourire, rire même parfois, il était comme un ovni au milieu de ses visages fermés et sérieux autour d'eux.

La puce avait eu tout loisir de lier connaissance avec Illaura en menant la charette avec le reste du convoi, jusque là aucun soucis à voir pour la suite des événements pourvu qu'il en soit de même.
Le groupe s'enfonce dans la foret pour s'y reposer pour un jour, deux, peut-être plus seule Cellene le sait à cet instant précis, mais tous la suivent installant le campement pour la nuit.

L'homme argenté au regard concupiscent passe à proximité l'observant de pied en cape avec un sourire complaisant, provoquant un frisson désagréable chez la jeune femme qui le regarde bien peu aimablement.

Même pas en rêve mon grand, j'ai evité le bestiau c'est pas pour te trouver toi sur mon chemin... songe t-elle en le regardant s'éloigner.

Un petit regret peut-être lors de leur passage à Béziers ne pas avoir récupéré Réssurection, avec l'accord de Cellene et si les événements le permettait, elle irait au retour abandonnant le groupe.
Illaura était déjà occupée à sortir la pitance du soir et à se préparer un endroit pour dormir tandis que Gus... mais où il était celui là, encore disparu dieu sait où, peut-etre chercher un autre lapin peut-etre.

Seule à la charette, la puce porta son regard sur Seamus à peine eu le temps d'échanger un mot avec lui, tout juste leurs yeux et un léger sourire s'était-il croisé durant les derniers jours.
Sautant de son siège de "cocher", elle marcha dans sa direction, évitant de se faire heurter par le faucon qui prenait un envol forcé par son maître.

Le regardant tout sourire, elle ne put s'empecher de penser à sa protectrice qui avait été envoyé ailleurs, encore séparée d'elle pour un moment mais elle commençait à avoir l'habitude.
La séparation semblait plus difficile pour le taciturne, il semblait que ces deux là ce soit rapprochés plus qu'elle n'eut cru, souriant à cette idée, sa protectrice de toujours et sa bouée de sauvetage lors de son arrivée au manoir, son conseiller involontaire.

Comment ça va ? demanda t-elle dans un sourire déconcertant de franchise et d'innocence mélangé.

Inclinant la tête, elle aperçut Kaerven adossé à un arbre à qui elle fit un p'tit geste de la main pour le saluer et lui signaler qu'elle l'avait vu, lui aussi était un de ceux qu'elle connaissait le mieux et n'avait pas eu trop le temps de le voir.
Revenant à Seamus, elle lui déposa une bise sur la joue en lui souriant.

J'avais pas eu le temps depuis la dernière fois que j'ai pu te parler. Merci tes conseils ont été efficaces, je suis revenue en vie.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:35

LUPIA

Et voilà une nouvelle ville qui se profilait au loin et encore une fois, ils allaient camper à la belle étoile... Le chemin s'était passé comme d'habitude, en silence et sans embuche. Elle restait aux côtés de sa douce qui s'était enfermée dans son mutisme, le reste de la troupe n'était pas beaucoup plus loquace sauf peut être les jeunes dans leur cariolle..

Lupia observa le Taciturne envoyer son volatile au Manoir pour avoir la suite des instrutions. Elle eut à peine le dos tourné que l'homme qui chevauchait aux côté du Taciturne était déjà en train de faire les yeux doux à l'Azur... Et que je te sourie, et que je te papouille... Et ben, il perdait pas de temps celui là...

Lupia resta en retrait et observait... Elle n'était pas jalouse, loin de là mais elle ne voulait juste pas qu'un homme puisse encore faire souffrir sa belle.
Elle soupira et décida d'essayer de nouer quelques liens avec ses compagnons de route. Elle s'approcha du Taciturne. Cet homme la troublait sans qu'elle sache dire pourquoi. Il semblait plongé dans ses pensées après avoir lâché sa bestiole. Elle ne savait pas trop comment l'aborder...

Tu crois qu'il va revenir vite ton zoziau?? J'aimerai bien savoir ce qui nous attend...


_____________________________________________________________________________________

FAUCON DU CLAN

Je passe le plus clair de mon temps à essayer d’accélérer la cadence, mais ces fichus équidés sont vraiment lambins. Ces créatures terrestres n’ont pas l’air de vouloir presser le pas. A moins que ça ne soit l’humaine qui les dirige que se refuse à hâter leur progression. En attendant je virevolte d’un bout à l’autre de leur convoi, prend de la hauteur pour voir ce qui les attend et surtout me repose tant bien que mal sur l’épaule de l’humain qui me nourrit ou sur leur espèce de véhicule bringuebalant.

Finalement et sans mon aide cette fois, ils trouvent un abri pour la nuit. On va pouvoir dormir quelques heures sans doute.
L’Humain m’attrape avec douceur et m’attache encore un truc à la patte. Il m’est avis que le repos ne sera pas pour tout de suite. Un vol de longue distance me fera cependant le plus grand bien. Par contre j’apprécie modérément la manière donc il me lance dans les airs. Je ne suis pas une balle de soule moi. Il a de la chance que je vienne de me vider les intestins sinon je l’aurais gratifié lui aussi d’une fiente vengeresse.

Peu importe …

Je prend mon envol et fonce en direction de Carcassonne. Je devrai sûrement faire étape moi aussi. Je suis du Clan des diurnes même si l’humain semble l’avoir oublié.


_____________________________________________________________________________________
CELLENE

En dehors de la ville, au fin fond de la forêt

Le campement se mettait en place petit à petit, Seamus répondit à son interrogation, la laissant un peu pantoise. Il donna le conseil de ne pas allumer de feu. Sage conseil, ils étaient trop proche de la ville pour cela. Même si le branchage épais de la forêt les cachait, ce n’était pas le moment de tenter le diable. Seamus s’était mis dans un coin, pour griffonner sur un parchemin, puis il envoya son faucon quérir des informations supplémentaire jusqu’à Carcassonne.

Alors que l’Azur s’occupait de sa jument, elle sentit une main se poser sur le bas de son dos. Un geste qui la fit se raidir. Alors que la main monta le long de son dos pour venir se stoppé sur sa nuque, l’Azur serra les dents étant prête à se retourner et damner le malotru, mais elle eut la grande surprise de voir le bel Argenté se placer devant elle. Lentement, elle se détendit lui adressant un léger sourire. Elle avait cru que c’était quelqu’un d’autre. Elle accrocha son regard argenté de ses yeux azurs, il venait s’acquérir de son bien être hésitant un peu sur son prénom.

Tout se passe bien pour l’instant oui. Et c’est bien Cellene, mon cher Samaël.

Elle le gratifia d’un sourire un peu plus large, appréciant sa main posée sur sa nuque. Instinctivement, elle s’était rapprochée de lui, leurs corps à quelques centimètres l’un de l’autre.

Et vous ? Tous se passe comme vous le souhaitez ?

Elle remarqua d’un coup de l’œil que sa compagne n’était pas très loin, observant la scène. Elle savait très bien ce qui la taraudait. Une fois, elle avait vu son Azurée souffrir, plus jamais elle souhaitait assister à cela. Cellene ne pouvait pas l’en blâmer, mais une promesse était une promesse. Elle ne la romprait pour rien au monde.


_____________________________________________________________________________________
SEAMUS

Le Faucon avait à peine pris son envol que la protégée de Xandrya s’approcha du Taciturne un ardent sourire rivé aux lèvres. Elle avait sans doute réussi à se défaire du gamin vu que pour une fois il ne lui papillonnait pas autour. Ce sourire lui réchauffait le cœur à un point tel que lui-même laissa transparaître une certaine joie sur son visage d’ordinaire impassible. Elle s’inquiéta de lui sans se départir de son sourire radieux.

…va…

Elle s’approcha encore un peu et vint lui effleurer la joue imberbe du bout de ses lèvres ce qui lui fit doucement hocher la tête. Quand elle aborda leurs premières rencontres, une foule de souvenirs revinrent à sa mémoire. Son arrivée au Manoir, la première réunion avec la mutilation de la Flamboyante, la main offerte à celle que Xand nommait sa puce.
Elle avait réussi à lui extorquer un sourire supplémentaire.

…Ravi…
…Entière…
…Bien…


Il ne pouvait s’empêcher de remarquer qu’elle aussi avait quelque chose de changé. Les missions n’avaient laissé personne indemne. Xandrya ne l’avait chargé de rien concernant la petite mais il savait qu’elle était comme une part d’elle-même. Il veillerait sur elle jusqu’à temps qu’il ne puisse plus. Il savait que bientôt eux aussi devraient se séparer. Il plongea un regard chaleureux dans les prunelles d’Anyanka.

…continuerai…
…si …


Sa phrase fut interrompue par l’arrivée de la petite Lupia qui avait suivi longuement le vol du faucon. Il se tourna lentement vers elle et inclina légèrement la tête pour la saluer. Il tapota la poche de son manteau de cuir avec un air quelque peu malicieux et lui montra son contenu. Un lot de viande séchée.

…oui…
…vite…


Regardant tout à tour ses deux interlocutrices, il s’assit lentement et s’adossa au tronc d’un grand chêne. Il sortit une de ses dagues et commença machinalement à tailler un bout de bois. De brefs coup de menton il les invita à s’asseoir en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:36

GUS

Bon dieu que cette route était longue… Si ça continuait comme ça le gamin aurait le fessard tanné comme du vieux lard. La chariote allait cahin-caha et franchement il commençait à en avoir marre. Ca faisait trois jours qu’il roulaient sans quasi dormir ou alors dehors comme des sauvages. Il apprenait peu à peu sa nouvelle vie.

Enfin la cheftaine était décidée à faire une nouvelle pause pour encore une fois dormir par terre dans l’humidité des bois. Il était pas précieux pour un sou mais bon fallait pas pousser non plus. Et à propos de pousser, il était pas mécontent non plus de s’arrêter pour une autre raison. Etait-ce le changement d’alimentation ou le stress de ce qui les attendait, toujours est-il que ses tripes n’étaient guère en forme. A peine arrivé, il s’éloigna aussi discrètement qu’il en était capable pour s’isoler dans le sous bois.

Ceci étant fait, il revint au campement quelque peu soulagé. Mais voilà pas que quand il revient il retrouve l’autre dragueur, l’espèce de ninja au bandeau en train de faire le joli cœur avec Anyanka et aussi avec l’autre des sources thermiques. Il était gonflé celui là. Il les voulait toutes ou quoi ? Enfin Gus il s’en foutait à dire vrai, il pouvait toute les avoir, c’était pas son problème, sauf une. Déjà qu’il s’était presque foutu de sa tronche pendant toute un partie du voyage et là il attendait que Gus ait le dos tourné pour essayer de lui piquer. Aahhhh mais non non… ça allait pas se passer comme ça.
D’un pas décidé, le gamin s’avança vers le muet soudain occupé à compter fleurette aux dames. Trop occupé à râler et à foudroyer du regard le mec de la rousse (au passage sympa le mec elle a peine le dos tourné qu’il la trompe, enfin ça c’est une autre histoire), tellement occupé à le foudroyer donc, qu’il ne vit pas un grosse racine déterrée et qu’il s’écrase le pied dessus. La douleur était fulgurante mais le gamin était pas douillet. Il fit semblant de rien en serrant les dents et s’assit nonchalamment entre l’autre là et sa petite princesse.

Alors c’est sympa comme coin hein ?

Il s’adressa au Taciturne d’un ton innocent

Dis j’ai une petit faim moi, c’est pas ton tour d’aller chasser ? Enfin je parle de lièvre ou de sanglier…je suis pas difficile moi, je m’accommode…

Il s’appuya sur le coude pour voit qu’est-ce que le bavard allait faire


_____________________________________________________________________________________

LUPIA

Tout le monde s'intallait doucement pour la nuit. Sa belle Azur semblait céder aux charmes de l'Argenté.. Encore une fois, elle allait le regretter!! Qu'elle s'amuse, Lupia serait encore là pour ramasser les morceaux.

Elle se retrouvait donc avec le Taciturne et la jeune Any. Elle n'avait pas remarqué qu'elle les avait coupé en pleine conversation... Elle se sentait génée mais ne laissa rien paraitre. Le Taciturne se montrait toujours aussi lapidaire dans sa discussion. Il lui montra plus qu'il ne lui expliqua pourquoi son rapace reviendrait vite au camp. L'appel de l'estomac... Elle leur sourit à tous deux et accepta volontiers l'invitation muette de l'homme à s'asseoir auprès de lui.
Elle s'installa le plus confortablement possible et l'observa en train de tailler son morceau de bois. Il émanait quelquechose d'étrange de cet homme.. Depuis le premier instant où elle l'avait vu, elle avait ressenti une impression bizarre. Ce n'était pas une sensation désagréable, quoique.. elle se sentait presque niaise en sa présence... Peut être son côté sombre qui réveillait en elle un sentiment refoulé... Finalement, elle prit le parti d'ignorer cette impression, elle n'avait pas envie de se poser des questions métaphysiques qui de toutes façons n'aboutieraient à aucune réponse claire.

Elle fut tirée de ses pensées par l'arrivée du gringalet qui semblait fortement contrarié. Elle comprit vite le pourquoi de son attitude en remarquant les regards courroucés qu'il lançait à Seamus. Mais c'est qu'il serait tombé amoureux l'asticot!!
Lupia étouffa un petit rire quand il essaya de trouver une excuse pour évincer le Taciturne. Elle le regarda s'installer le plus près possible d'Any tout en affrontant Seam du regard. Lupia essaya de ne pas trop rire mais ne put se taire...

Comme il est mignon not'Gus!! Alors, tu as peur de la concurrence??? T'en fais pas va, c'est toi le plus beau!!!

Elle lui lança un clin d'oeil moqueur et raffermit sa position contre le tronc de l'arbre...


_____________________________________________________________________________________

AZIEL

Aziel sauta au bas de son cheval, sa monture était épuisée, ils avaient déjà parcourut tant de chemins en si peu de temps… lui aussi, il était fourbu, avait mal au bras, et sentait chaque mouvement un peu brusque des jambes avec la force d’un pavé.
Le jeune homme poussa un soupir, s’étirant doucement, évitant de trop se faire souffrir pour finalement s’atteler à délester le cheval. La bête se laissa faire, il commençait à avoir l’habitude du cavalier, ou bien… était simplement trop épuisé pour montrer son mécontentement.

Il grimaça, étouffant un petit rire alors que Lupia se moquait de façon peu charitable du Gus, qui rougissait déjà sous la remarque. Un sourire en coin, il flatta un instant sa monture avant de l’attacher tranquillement à un arbre, pas trop serré le laissant tranquillement profiter de l’herbe tendre et humide qui poussait aux alentours.

Lui-même n’aspirait qu’à une chance, manger un bout, s’allonger, et dormir au calme quelques heures…
Le jeune homme se rapprocha à pas lent du petit groupe qui s’était formé, adressant un sourire à Lupia ainsi qu’au Taciturne… bien qu’il lui reste encore sur la langue le goût de cette rébellion qu’il n’avait pas encore payé et une douloureuse distance qui le faisait souffrir une fois encore, il fit de son mieux pour paraître aussi nonchalant et souriant qu’à l’accoutumé…

Dites… z’avez pas une petite faim ?

Il s’assit un tout petit peu en retrait du groupe prenant appuis sur un tronc d’arbre qui paraissait sur le point de mourir, ronger par les termites et dont les feuilles s’envolant déjà sous les vents de l’automne, semblait particulièrement jaune pour la saison…
Le jeune homme ferma un œil, attendant une réaction quelconque de la part d’un des leurs.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Alors qu'elle discutait avec Seamus, Lupia vint interrompre leur "discussion" s'inquietant de savoir si le faucon serait long à revenir, ce à quoi il répondit par un signe et par quelques mots choisis.
Un autre mouvement et il s'installe contre un arbre les invitant toutes deux à le rejoindre, ce que Lupia fit sans attendre alors qu'elle la suivait de près.
Gus sortit d'un buisson et s'approcha l'air contrarié en se calant entre elle et Seamus lui écrasant le bras en lui parlant séchement, ce qui eu le don de faire rire Lupia, contrairement à Anyanka que cela agaça franchement.

Qu'il soit épris d'elle, pourquoi pas il n'était pas méchant, même agréable à bien des égards, mais fallait pas abuser non plus, elle n'était ni sa chose, ni sa propriété.
Rapidement elle se redressa en foudroyant Gus du regard avant de s'adresser à Aziel.

Oui il fait faim effectivement... Tu propose quoi...

Kaerven non loin, la puce décida d'aller le voir histoire de se calmer, il avait le don d'être calme un peu comme Seamus, mais elle savait aussi qu'il aimait à être seul.
Elle s'assit donc aux cotés d'Aziel en lui tendant une pomme sortie de sa petite sacoche alors qu'elle même croquait dans une autre à pleines dents.

Ca te tentes ?

Jetant un regard assassin à Gus, elle revint au jeune ténébreux en lui souriant franchement.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Contrairement aux soirs précédents, le campement était plus animé, les contacts se nouaient, se renouaient. Les deux jeunes filles venaient à peine de s’installer aux côtés du Taciturne, toutes disposées à mener conversation quitte à devoir composer avec sa conversation habituellement laconique, que le gamin surgit des buissons comme un diable de sa boîte.
Seamus fronça d’abord les sourcils ne comprenant pas trop pourquoi Gus le regardait avec tant de haine. Il le laissa continuer son manège sans broncher jusqu’à ce qu’il comprenne enfin le pourquoi de l’ire du gamin.
Il hocha la tête lentement, un léger sourire pointant au coin de ses lèvres. Quel saltimbanque ce gamin…Et d’un autre côté il le comprenait, être amoureux pouvait rendre fou surtout à cet âge. Il n’avait aucune envie d’engager la polémique et s’apprêtait à suivre docilement la suggestion du gamin et de s’éloigner de sa belle lorsque celle ci s’éloigna de lui pour aller rejoindre le révolté qui les accompagnait. Il le regarda avec une pointe de reproche. Il ne pourrait pas être de bon ou mauvais conseils quand à la manière de procéder mais manifestement la possessivité n’était pas du goût de la protégée de Xandrya. Désireux de détourner un peu l’attention du freluquet échaudé, il tenta de reporter la conversation sur le repas du soir. D’ailleurs Anyanka avait déjà commencé de son côté croquant ingénument une pomme sous le nez d’Aziel. Il s’adressa tant à Gus qu’à Lupia qui d’où elle était installée continuait à lancer des regards étranges dans sa direction.

…Frontière bientôt…
…utilisons les réserves…
…moins suspect…


Il se dirigea sans plus un mot vers la carriole d’où il ramena un jambon entier et une gourde remplie de l’eau fraîche d’une fontaine qu’ils avaient croisé plus tôt dans la journée. Après avoir repris sa place initiale, il entreprit de découper de fines tranches de sa lame effilée. Il en piqua une au bout de sa dague et la tendit à la petite Lupia, l’encourageant du regard. Il en fit de même avec Gus qui lui, l’air absent à son tour, fixait la pointe de ses chausses.
Il avait envie de lui ébouriffer les cheveux affectueusement mais il n l’aurait fait qu’en l’absence des autres. Il ne voulait non plus que ce bouillonnant jeune homme ne se sente humilié de par ce geste.
La gourde tourna également afin d’étancher leur soif ravivée par le sel utilisé pour conserver le jambon.

Une fois son frugal repas englouti, il s’étira de tout son long, bâillant à s’en décrocher la mâchoire.
Il re-sangla son long manteau et s’allongea sur le côté, la tête posée sur sa besace, tourné vers Lupia et le gamin.
Avec une pointe d’ironie aimable dans la voix il leur dit :

…si je ronfle…
… bougez…


Il ne les salua cependant pas encore, appuyant sa tête sur sa main valide, observant leurs réactions. Tant celle du Gamin qui ne pourrait probablement pas s’empêcher d’à nouveau criser que celles de Lupia qui semblait quelque peu circonspecte.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:37

GUS

Déjà il s’était salement niqué le pied et y pouvait rien dire de peur de passer pour un cave. Puis y a l’autre là, celle qui l’avait chauffé à blanc puis l’avait planté là attaché sans même le laisser se finir, elle se foutait de sa tronche comme pas possible. Il pensa

C’est ça oui t’es le plus beau et gna gna gna et gna gna gni. Tu vas voir toi.Ah si je pouvais…

Mais hélas non il pouvait pas…et puis ca changerait quoi. Se mettre tout le monde à dos ? Puis de toute façon c’est pas comme ca qu’il pourrait récupérer sa princesse. Il osait même pas se retourne rpour voir ce qu'elle faisait. Là pour le coup il avait bien foiré. C’est vrai quoi….Le Taciturne… S’il y en a bien un qu’il devait pas avoir peur c’était bien lui. Il l’avait bien vu à la réunion. Il était maqué de chez maqué. Ca se voyait rien qu’à la tronche qu’il tirait depuis qu’il avait du laisser partir son amoureuse.
Par contre ca servait non plus à rien de jouer les chiens battus pendant des heures, ca le ferait pas non plus. Bon dieu qu’elle était compliquée cette petite. Et Xandrya qu’étais pas là pour lui expliquer comment faire. Bien que c’était pas gagné qu’elle l’aide non plus. Enfin bref une bonne nuit de repos sur tout ca et ca irait surement mieux. Tout le monde était tendu d epas savoir ce qui les attendais. En tout cas lui oui.
Après avoir mangé la bidoche de Seamus du bout des lèvres lui aussi se coucha. Ses pensées à lui ne s’évadèrent pas bien loin en tout cas.


_____________________________________________________________________________________
AZIEL

Aziel avait finit par croquer la pomme que la jeune femme lui tendait avec un sourire en guise de remerciement, s’arrangeant pour croiser son regard agréable et plus doux que celui de nombres des femmes du clan… Y’avais cas voir Lupia, on pouvait lire son sadisme dans son regard, et d’ailleurs, elle ne se privait pas pour humilié le Gus aussi souvent que possible… une vraie teigne.

Faut dire qu’il le faisait doucement rire lui aussi… difficile de lui donner un âge, son apparence l’aurait rapproché de lui, mais son attitude lui donnait des allures d’enfants de 14 ans… enfin, qu’importe, il semblait plutôt capable au final, au moins pour chasser…

Un morceau de la chair rosâtre de la pomme fut à nouveau engloutit, il était décidément bien affamé, se passer de repas ces quelques temps avait finit par ce faire sentir… un repas, et une bonne nuit de sommeil… il serait requinqué pour le reste du parcours.

‘ci…

Le Taciturne venait de lui tendre un morceau de jambon qu’il accepta de bonne grâce bien que recouvrant malgré lui sa nonchalance naturelle. Il se sentait bien ce soir là, bien mieux que depuis un moment, même si toutes ses pensées étaient tournées bien plus loin… vers elle… encore… et pourtant il l’avait à peine vu… entre aperçu plus justement…

Une remarque ironique lancé par Le Taciturne ? Il se mettrait à faire de l’humour… devait être les missions qui le détendait… étrange tout de même... enfin qu’importe.
Le jeune homme se releva, s’approchant tranquillement de sa monture déjà endormie, il extirpa de ses maigres bagages une couverture épaisse et confortable avant de retourner à son arbre et de s’y laisse choir, emmitoufler dans le tissus chaud…


_____________________________________________________________________________________
SAMAEL

Elle semblait receptive, même si une certaine tension avait été visible lorsqu'il posa sa main sur elle, se détendant calmement en découvrant qu'il s'agissait de lui.
Il ne s'était pas trompé sur le prénom, ce n'était pas son genre non plus, mais il préférait user des noms qu'il leur donnait en règle générale.
Aïcha l'enchanteresse, Ivy Divine, Anyanka la pucelle, Adielle l'envoutante, et tant d'autres... La garçpnne... hummm.... la garconne, son esprit allait par moment vers elle, mais pour l'instant son regard était plongé dans ce qui avait valu le surnom d'azur à Cellene.
Elle se détendait, même plus que cela vu le peu d'espacement qu'elle laissa entre eux en lui répondant, un éclair passa dans les yeux dorés de l'argenté la sentant proche.

Ca se passe bien très chère... de vieux souvenirs d'autres moins... et d'agréables surprises...

Massant la nuque de la belle au regard océan, il lui sourit franchement, il savait qu'il n'avait pas le temps d'assouvir ses bas instincts sur le moment, que ce n'était ni l'endroit, ni l'instant.
Cela étant rien n'empechait de profiter un peu, lentement il augmenta la pression de ses doigts sur l'arrière du cou et rapprocha son visage de la jeune femme, l'embrassant presque tendrement, fouillant lentement sa bouche de sa langue.
Se retirant un sourire satisfait aux lèvres, il se pencha à son oreille, lui mordillant en murmurant.

Partager une couverture vous semble t-il envisageable très chère, en tout bien tout honneur bien sur

Un sourire enjoleur accompagna ses paroles, tout dépendait de la conception qu'avait l'azur du bien et de l'honneur, mais il eu été étonnant qu'elle est la même que Samaël pour qui elle était assez particulière.


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Il s’était mis à lui masser la nuque, une chose qui la fit se détendre un peu plus, il lui parla en même temps, lui disant que tout ce passait bien. Elle en fut ravie, bien que désolée de presser un peu les choses. Mais il ne semblait pas lui en vouloir. Il avait même rapproché son visage du sien, pour apposer ses lèvres contre les siennes et venir lentement fouiller sa bouche de sa langue. Un geste que l’Azur laissa faire, y répondant même. Après tout, rien ne l’empêchait de prendre du bon temps. Même si elle savait que plus rien, ni personne ne pourrait venir transpercer son cœur. Elle avait formé une muraille tout autour, une seule et une unique personne y serait à jamais. Elle se pressa un peu contre lui, tout en frémissant quand il lui mordille l’oreille. Elle l’écouta, tout en lui souriant ensuite. Il lui proposait de partager une couverture en tout bien tout en honneur. Elle fit mine de réfléchir, sourire aux lèvres.

Pourquoi pas, songea-t-elle. Une couverture ce n’était pas grand-chose, et qui plus est en tout bien tout en honneur. Si la conception du bien et de l’honneur était importante pour Samaël, l’Azur n’avait pas grande chose à craindre. Elle se mit lentement sur la pointe des pieds, approchant ses lèvres de son oreille et lui répondit.

Cela est envisageable, bel Argenté ! En tout bien tout honneur, comme vous le dites.

Elle lui sourit, alors qu’elle tourna ensuite la tête rapidement pour regarder le petit groupe un peu plus loin. Ils étaient entrain de manger et discuter. Elle observa un instant sa douce et lui adressa un clin d’œil qui voulait tout dire. Elle souhaitait simplement enlever toute inquiétude à Lupia. Elle le comprendrait certainement. L’Azur n’avait absolument pas l’intention de retomber la dedans, sa douce n’aurait pas besoin de recoller les morceaux.

Cellene tourna à nouveau la tête pour regarder l’Argenté. Elle lui sourit, puis prit une couverture ainsi que son sac de provision. Elle se détacha presque à regret de Samaël et posa la couverture au sol, non loin de son cheval. Restant un peu à l’écart. Elle ne souhaitait pas se mêler au groupe pour l’instant. Elle s’assit, observant un instant Samaël qui fit de même. Elle sortit de son sac du pain et de la viande séchée ainsi qu’une gourde d’eau. Elle en proposa alors à l’Argenté tout en lui souriant.

Ca vous dit ?

Sans attendre sa réponse, elle commença à grignoté.


_____________________________________________________________________________________

LUPIA

Voilà que l'atmosphère se détendait un peu. Même le bellâtre vint se joindre à eux. Lupia aurait de quoi lui en vouloir, elle savait le mal qu'il avait fait à sa belle Azur, mais finalement, ça n'aurait servit à rien de pourir l'atmosphère... D'autant que la douce semblait avoir trouvé le moyen de se consoler dans les bras de l'Argenté. Lupia les observait en coin, sa complice s'en doutait, et pour la rassurer, elle lui envoya un clin d'oeil. Lupia lui sourit. Quelle en profite, elle avait l'occasion de prendre un peu de bon temps...
En revanche, c'était loin d'être le cas pour elle... Le Taciturne avait partagé ses provisions presque chaleureusement puis s'était installé pour la nuit. L'asticot tirait une tête pas possible et grommelait dans son coin en voyant qu'Any se détachait de lui et enfin, le Bellâtre, toujours perdu dans ses pensées, s'isola pour trouver le sommeil. Quelle ambiance!!!!
Lupia soupira de dépit... Chacun s'était préparé pour la nuit mais elle n'avait pas sommeil du tout. Pourtant elle n'avait guère le choix. Il serait mal avisé d'aller chercher la compagnie de sa douce et Kaerven était tellement renfermé sur lui même qu'elle avait autant parler aux arbres.
Elle se leva et à regret s'éloigna du petit groupe pour s'occuper de son cheval. Une fois rassurée sur son état, elle aussi s'installa sous un arbre et se laissa envahir par le sommeil
.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:38

FAUCON DU CLAN

Telle une flèche de feu je fends l’air, le bout de mes ailes vibre du fait de la vitesse exceptionnelle que je déploie à les rejoindre. Ils ne m’ont pas simplifié la tâche en ne faisant pas de feu mais ce n’est pas ce détail qui va m’empêcher de mener à bien ma mission. Je me fais une joie de retrouver mon Humain et ses attentions à mon endroit. Il est évident que la nourriture séchée dont il me gratifie à chacun de mes services me fera le plus grand bien mais je me fait une joie de poursuivre le voyage en sa compagnie si tant est qu’il ne m’envoie pas une nouvelle fois porter une missive à l’un ou l’autre bout de son aire.

Leur campement est en vue et j’effectue un dernier piqué pour venir me poser sur une branche basse non loin de l’Humain. Ses congénères et lui sont profondément endormi, même le juvénile qui semblait pourtant devoir monter la garde à cette fine pointe de l’aube.

Le bivouac est cette fois fort éparpillé, mais mon message ne peut certainement pas attendre. Je piaille d’abord doucement avant de pousser mes cris perçants. L’Humain sort de sa torpeur en me maudissant et finit par comprendre le pourquoi de ma chamade. Il me donne le morceau de viande tant attendu et la non moins attendue flatterie dans mon cou et s’empare du message noué à ma serre droite.

L’humain se lève d’un pas décidé et se dirige vers la femelle dominante.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

La mer était calme, la plage ensoleillée et chaude, ils s’étaient réfugiés de la chaleur sous un petit buisson d’épineux. Sa main, valide tout comme l’autre, jouait dans les cheveux éclatants. Son bandeau, désormais inutile, suivait le sac et le ressac des petites vagues. Une tendre étreinte les unissait dans le désir, le plaisir, les soupirs lorsqu’un oiseau de mer vint les déranger. Seamus se saisit d’un lourd coquillage échoué et le lance en direction de l’importun volatile.

Sans succès…

Un dernier soupir émergea du plus profond du Taciturne qui se résout à ouvrir les yeux pour identifier l’importun. Dans un demi-sommeil il eut peine à identifier l’endroit dans lequel il se trouvait. Dur réveil. Point de sable fin, point d’aimée, point même d’oiseau de mer. Les arbres n’ont rien d’exotique et sont d’essence purement locale. Le Faucon, manifestement de retour, continue à lui vriller les oreilles jusqu’à tant qu’il s’en saisisse, lui donne sa pitance et prenne le message provenu du Manoir.

Seamus se rassit et déplia soigneusement le parchemin. La couleur de l’encre le fit sourire de manière presque attendrie. Il lut rapidement la missive ponctuant sa lecture de quelques mots épars.

…Clermont…
…Enimia…
…Discrétion…
…séparation…


Il hocha longuement la tête avant d’aller remercier le Faucon d’une caresse que l’animal semblait grandement apprécier avant de se diriger vers la meneuse. Il la trouva un peu à l’écart, profondément endormie en galant compagnie. Samaël, de dos ne pouvait le voir approcher. Seamus se méfiait des réactions impulsives de ses compagnons au réveil. Prêt à parer tout coup de la part de Cellene, il lui déposa doucement sa main valide sur l’épaule.

…Cel…
…nouvelles…
…Manoir…


Un éclair azuré inonda le visage de la belle endormie


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

La belle azur avait répondu on ne peut plus favorablement à son invitation allant chercher sa couverture.
Samaël en fit de même allant sortir la sienne des sacoches accrochées à son étalon, avant de se diriger lentement mais surement vers la femme dont il partagerait la nuit.
A peine assis auprès de Cellene, celle-ci lui proposa de quoi manger qu'il accepta après l'avoir regardé grignoter tranquillement.
Une fois rassasié, il s'allongea aux cotés de la belle, passant lentement sa main dans la chevelure sombre de la donzelle, un sourire aux lèvres il la détaillait puis vint à poser ses lèvres contre les siennes l'attirant d'un bras enroulé autour d'elle vers lui avant de rabattre les couvertures sur eux.

Ce qui s'en suivit restera connu d'eux seuls, même si pour une fois l'argenté resta plus calme que de raison, sans doute la proximité des autres et cette rebelle qui hantait son esprit plus que de raison.
Au bout d'un moment, ils s'endormirent paisiblement blottis l'un contre l'autre.

A l'aube, l'argenté sentit une présence s'approcher d'eux, portant machinalement et discrétement la main sur le pommeau de son arme, l'enserrant sans se faire remarquer.
Il ne s'était pas trompé, mais relacha la pression en entendant la voix du taciturne qui s'adressait à la compagne de sa nuit.
Doucement il relacha la pression de son bras autour de la taille de l'azur en la sentant se mouvoir après avoir eu le plaisir de croiser son regard bleuté au réveil, même chiffonée de sa nuit elle restait infiniment belle et désirable.
Un mouvement et il se retourne regardant Seamus qui attend après l'azur à n'en pas douter.

Bonjour Seamus...


_____________________________________________________________________________________
AZIEL

Ses murmures, qui longtemps encore après son réveil se font entendre dans l’esprit du jeune homme… elle qui lui semblait si proche, elle qui occupait son esprit à chaque instant…

Il ne tarde pas à ce rendre compte que de réels murmure se font entendre, un peu plus loin, reconnaissant la voix de Samaël, et dans un moindre mesure celle du Taciturne… Qu’importe, il préfère rabattre un peu plus le bout de tissus sur lui, se tournant de côté, peut importe ce qu’ils ont à se dire, il n’avait aucunement besoin de savoir…

Avec un peu de chance, ils reprendraient la route dans la journée, voir dans la matinée… même s’il était fatigué dans une certaine mesure, ses rêves l’épuisé peut être autant que le chemin qu’il faisait… il avait besoin de la retrouver, le plus vite, de lui dire…

D’autant qu’il préférait éloigner de lui les pensées du manoir, et de ce qui s’y était déroulé.
Le jeune homme avait les yeux grands ouverts à présent, observant le regard vide la couche humide d’herbe, de terre, et de feuille qui s’étendait autour de lui et de sa couverture. Ses pensées occupées à vadrouiller par monts et par veaux… le plus près possible… le plus loin aussi…

Autour de lui la lumière doucement envahit le campement.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   Jeu 1 Sep - 11:39

CELLENE

Tous deux avaient mangé tranquillement et en tête à tête. Après être rassasié, le bel argenté apposa ses lèvres contre celles de l’azurée. Elle répondit à son baiser, fermant ensuite ses yeux en sentant la main du bellâtre se glisser dans ses cheveux. Elle l’observa s’allonger, puis fit de même se mettant en face de lui. Tous deux passèrent un moment calme et tendre avant de s’endormir l’un contre l’autre. Cellene avait posé une main sur la hanche du bel argenté. Pour la première fois depuis très longtemps, l’azurée pu dormir paisiblement, se sentant en sécurité.

Aux premières lueurs du jour, Cellene sentit le bel argenté se contracté ce qui l’éveilla lentement. Des pas s’approchèrent d’eux, puis elle sentit une main se poser sur son épaule accompagnée de la voix de Seamus. Lentement et en fronçant les sourcils, elle ouvrit les yeux. Il y avait des nouvelles du Manoir, la voix de son compagnon de nuit se fit entendre, ce qui la fit légèrement sourire. Elle observa les deux hommes un instant, avant de lentement se redresser sentant le bras du bel argenté se desserrer.

Bonjour vous deux…

Elle leur sourit, puis se pencha sur Samaël pour déposer un baiser sur ses lèvres. Elle se leva ensuite, comprenant au regard du taciturne qu’il avait des choses à lui dire.

Des nouvelles tu as dit ?

Elle lui sourit, puis s’éloigna un peu Seamus à sa suite. Elle écouta ensuite ce qu’il avait comme nouvelles du manoir.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Le jeune rebelle, Aziel d'après ce qu'elle avait entendu au cours du voyage, même si il semblait être à l'écart ailleurs, accepta son fruit et se détourna pour s'assoupir.
Terminant sa pomme, et le morceau de lard fumé que Seamus lui avait offert un peu avant.

Imitant l'homme pensif à ses cotes, Anyanka s'allongea sur un lit de mousse s'endormant en regardant Gus qui semblait mécontent mais il l'avait chercher après tout.
Le sommeil la gagna rapidement, l'emmenant dans des songes lointains avec des visages connus d'elle seule et de sa protectrice, et de flammes devastatrices ainsi que de fil de fer fin.

Des cris stridents retentirent dans les airs sortant la jeune femme de son repos dans un sursaut des plus désagréables à son échine, tournant la tête vers Gus elle l'aperçut qui ronflait à n'en plus finir appuyé contre un arbre ce qui la fit doucement sourire.
Regardant la tête de l'autre coté elle decouvrit Aziel qui ne semblait pas être du matin à priori, contrairement à elle qui repliait déjà sa couverture pour la remettre dans la cariole.

Seamus discutait ferme avec la meneuse, le départ semblait se confirmer et le rapace qui l'avait reveillé par ses cris caractéristiques, le compagnon du taciturne avait du ramener des nouvelles du manoir, il avait su se montrer rapide, bien dressé ou completement dingue de ce genre de voyage.
Elle attendrait les instructions, en attendant elle soignait les chevaux de l'atelage, ils avaient été mis à rude épreuve mais semblait avoir bien récupérer ils tiendraient le coup si on continuait de les ménager de la sorte.

Jetant un oeil de temps à autre à Seamus et Cellene, la puce grimpa sur la cariolle sifflant entre ses doigts pour reveiller Gus qui se redressa la regardant en bougonnant l'air mauvais.

_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

La meneuse s’éveilla progressivement au contact de la main du Taciturne. Etrange toucher. Léger malaise passager. Le compagnon de la belle azurée sort lui plus rapidement de son sommeil et le salue aimablement. Seamus lui renvoi sons salut d’un amical hochement de tête.
Les cris du Faucon ont par ailleurs sorti plusieurs coéquipiers de leur torpeur nocturne. Seamus pousse un léger soupir en remarquant le gamin affalé.

Cellene se lève doucement après avoir embrassé son comparse. Elle entraîne le Taciturne un peu à l ‘écart pour recevoir les derniers ordres émanant du Maître. Ils sont bref, nets et précis surtout lorsqu’ils sont réinterprétés par le Taciturne. Mais peu de mots lui suffisent pour se faire comprendre. Ils doivent franchir la frontière au plus vite et rejoindre Enimia qui les devance. A l’énoncé de ce nom, Seamus feint d’ignorer la réaction que Cellene a difficile à contenir, se raidissant quelque peu, la mâchoire crispée. Il éluda toute possibilité de polémique en exprimant son avis concernant les ordres. D’un coup de tête ils désigna les autres membres

…Pas tout expliquer…
…moins à dévoiler…
…si capture…


L’information était le pouvoir mais ce n’était pas dans cette optique là que Seamus suggérait de n’en trop dire à leur compagnons. Ils allaient devoir passer la frontière et ce passage ne se ferait pas sans risque. Ils serait bien temps de leur dévoiler la vraie raison, qu’il connaissaient tout deux enfin, lorsqu’ils seraient en Auvergne. Et cette raison faisait bouillir de joie Seamus. Le Maître devait avoir aussi des comptes à régler et il semblait que sur ce point au moins ils étaient en parfait accord.

Ils rejoignirent les autres et réveillèrent les derniers endormis. Seamus se fit un plaisir d’aller secouer le gamin et de lui reprocher son coupable endormissement alors qu’il était de quart.

…prochaine fois…
…te botte le train…
…te faire tomber les dents…


Le gamin ne savait pas trop s’il devait rire de l’expression ou craindre la colère du Taciturne. Après s’être jaugé l’un et l’autre du regard, Seamus rejoignit son étalon, le bouchonna sommairement et se mit en selle. Peu à peu le groupe se reformait autour du chariot. Cellene fit son désormais traditionnel tour d’horizon du campement, envoyant l’un ou l’autre effacer les dernières traces de leur passage.
La petite bande rejoignit la route qui menait à la cité ponote. Ils l’éviteraient soigneusement. Il n’était pas encore temps de s’y remontrer, le visage des certains d’entre eux devant encore hanter l’esprit de quelque militaires avinés. La ville de Mende s'effacait derrière eux alors qu'une épaisse colonne de fumée semblait s'en échapper. Cette fois ils n'y étaient pour rien. L'Auvergne les attendait
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3 - Mende >>>> Au feu !   

Revenir en haut Aller en bas
 
3 - Mende >>>> Au feu !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Titre de Mande-Etoile
» PRUME // Mnémosyne
» Résultats de la Coupe de Soule Royale -CSR4&5 (K=50/60)
» [Languedoc]Archives de presse AAP
» Machine à Hot-Dog

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: