Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 5 - Murat >>>> En pleine fôret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 5 - Murat >>>> En pleine fôret   Ven 2 Sep - 0:39

CELLENE

Entre Polignac et Murat

Le camp fut vite levé, les protagonistes vite en selle et en silence. L’Azur ne put qu’en être ravie, même si elle bouillonnait de l’intérieur d’avoir du interrompre leur repos. Elle décida intérieurement qu’ils s’arrêteraient avant la nouvelle étape, les chevaux n’avaient pas eu le temps de se reposer, ni même les humains d’ailleurs. Après avoir eu l’accord de Kaerven qui était sur les hauteurs, tous avaient repris le chemin dans la plus discrétion possible.

L’Azur en tête, elle tenta avec l’aide du faucon d’avancer dans la pénombre et entre les arbres, se baissant de temps à autre, la charrette arrivait encore à passer. La forêt n’était pas si dense encore, même si à un moment ou un autre, ils devraient se remettre sur la route. Cellene préféra dépasser la ville, avant de se découvrir.

Après plusieurs minutes, Cellene se dirigea à l’orée de la forêt, faisant signe au groupe d’arrêter. Elle demanda à Aziel de l’accompagner, mais de rester en retraite au cas ou ils auraient été découverts. Lentement, Cellene se pencha sur son cheval en avant, flattant en même temps son encolure. Elle observa la route, la ville était dépassée depuis longtemps. Par chance, la lune était là, la nuit était assez claire. Après avoir regarder à gauche, elle regarda à droite. Puis elle se redressa et s’avança jusque vers Aziel.

Personne ! Suis-moi, s’il te plaît.

Sa voix était étonnement douce avec lui. Elle s’avança vers le groupe, se baissant lorsqu’une branche était trop basse.

Deux solutions, soit on continue jusqu’à Murat et on établit un camp là bas. Soit on s’arrête ici pour dormir quelques heures. Je connais pas le niveau de fatigue de tout le monde, je préfère donc avoir votre avis.

Elle s’arrêta un instant, alors que son regard se posa sur chacun des membres du groupe. Passant d’Aziel à Seamus, puis Samaël, Lupia à Kaerven, Gus à Anyanka et Illaura. Elle observa les trois derniers, leurs adressant la parole.

Sachant qu’à Murat on se sépare.
Quels sont les avis ?


Cellene attendit patiemment que le groupe donne son avis.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Le groupe avait vite décollé des abords de Polignac après la visite impromptue de l'intruse, et il avait chevauché sous le couvert des arbres sans se faire remarquer, contournant les chemins trop frequentés de la sorte.
Samaël observait l'azur, elle s'était rapprochée du rebelle, leur discorde apparente devait avoir été relégué aux déchets postumes après leur discussion, l'argenté se dit que c'était fort bien, jamais tension n'avait été bonne dans une meute de leur genre, il en savait quelque chose, tout comme il savait qu'il devrait reprendre les chemins de terre d'ici peu.
Ce qu'il supposait se confirma quasi instantannément, l'azur parti en éclaireur à l'orée de la foret avec Aziel, et revint en proposant deux options.

Samaël grimaça à l'idée de s'arreter avant Murat, il n'était franchement pas convaincu sur ce coup là, ils allaient s'attirer des curieux, ils étaient bien trop proche de Polignac encore et quitte à devoir se séparer à la prochaine ville autant y faire une vraie halte pour tout mettre au point.
Ca lui semblait une évidence mais son expérience de chef de clan parlait pour lui...
Talonnant sa monture, il s'approcha de Cellene, et mettant leurs chevaux tete-beche pour lui faire face, il s'adressa à elle en tournant dos à ceux qui lui faisait face.

Très chère, si je peux me permettre, je doute que cela soit une riche idée de s'arreter avant Murat...
Nous "devons" nous y arreter pour organiser la séparation du groupe, autant faire une plus grande halte dans les environs de Murat et prendre le temps de vraiment se poser...
Ce sera bien plus reposant que deux petites haltes et pour les bêtes aussi... et la mise au point pour la suite sera plus aisée avec du temps.


La fixant sérieusement tout en restant souriant bien qu'étrangement sérieux, Samaël ajouta en posant sa main sur la cuisse de l'amazone.

Croyez-moi je sais ce que je vous dis, mais c'est à vous de voir, pour ma part la fatigue est là mais un arrêt ne s'avère pas nécessaire...

_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Evitant tant bien que mal les branchages, Anyanka profitait de ces difficultés pour montrer à Gus comment manoeuvrer le chariot même en situation complexe expliquant comment contourner et surtout tenir l'attelage.
Il avait l'air d'écouter mais la puce avait plus l'impression qu'il détaillait chaque point de couleur de ses yeux qu'autre chose, elle comprenait mais ça n'était guère le moment.

Seamus était passé à proximité observant le changement visible che Gus qui s'était radouci lui adressant un regard qui étonna la femme-enfant.
Le convoi se stoppa tandis que la cheftaine et le jeune ténébreux s'éloignait sans doute en reperage.
La jeune femme en eu confirmation quand l'azur revint en demandant si une ou deux haltes étaient nécessaire.

Anyanka en fut étonnée parce que sa dernière mission avait été des plus mouvementés, mais après tout une ou deux haltes elle ne voyait pas grande différence.
Essayant de capter le regard de la femme aux yeux bleus, elle aperçut l'argenté qui s'adressait à elle dans des chuchottis, décidément il n'était pas franc et fourbe celui là, pourquoi chuchotter, d'ailleurs elle comptait bien le faire savoir.

Se dressant sur l'avant de la cariole, Anyanka posa les mains sur ses hanches et fronçant les sourcils, elle se mit à héler le perfide chevelu.

HE !!!!
On a le droit de savoir où y'a un troisieme chef de mission dont on aurait pas été tenu au courant !!!


Voyant l'homme se retourner vers elle, elle haussa les sourcils avec un air provocateur et défiant, mais pour qui il se prenait le bellatre, sur cette mission, il n'avait qu'un statut de combattant ni plus ni moins.
Elle était campé sur son chariot et étrangement la façon dont elle avait résisté au Patron à son arrivée lui revint en mémoire, ce n'était pas cette pale copie d'un meneur qui allait l'effrayer après tout.


_____________________________________________________________________________________
KAERVEN

Kaerven avait suivit le mouvement à travers la forêt. Leur progression avait été lente, presque trop même. Mais on ne pouvait en blâmer personne, le chariot n’était pas fait pour sortir des routes mais Anyanka s’en sortait plutôt bien même, faisant ainsi la démonstration de ses talents de conduite d’attelage.

Cellene était partie un moment un peu plus en amont. Elle revint relativement vite, les routes semblaient désertes, ce qui était somme toute logique puisque peu de personnes voyageaient la nuit. Elle leur proposa un choix, soit pousser plus avant soit marquer une nouvelle pause. Kaerven considéra les deux options. Restant silencieux et impassible comme à l’accoutumée

Il considéra d’abord la première option. Pousser plus avant, cela représenterais l’intérêt de faire une vrai pause à Polignac. Leurs bivouac successifs n’avaient pas été très réparateurs. Les organismes avaient été plus que sollicités, notamment celui des montures. De plus le cheminement de nuit , imposant un rythme contre nature au corps était plus éreintant. Un véritable arrêt serait donc sans doute plus bénéfique.

Mais s’arrêter de suite permettrait peut être aux plus fatigués de reprendre un peu de force pour rallier la prochaine étape. Es deux choix présentaient un intérêt. Kaerven remarqua alors que Samaël s’avança vers Cellene et lui présenta son point de vue, qui sembla se rapprocher du sien. C’est alors qu’Anyanka se dressa sur la carriole invectivant l’argenté. Kaerven sourit intérieurement, puis il se tourna vers l’Azur.

La fatigue sera plus facilement dissipée si on pousse jusqu’à Murat.

Comme d’habitude sa voix était monocorde ne trahissant aucune émotion. Il attendit patiemment que les autres expriment leurs volontés. Il se remit à l’arrière du convoi pour fermer la marche.


_____________________________________________________________________________________
GUS

Ca n’avait l’air de rien comme ça mais fallait être balaise pour y arriver. Et elle hop les doigts dans le nez, comme un pigeon dans la boîte. Elle lui avait montré comment faire et même laissé un peu conduire tout seul quand le passage était assez dégagé. Il était fier comme tout. Fier d’y arriver et surtout fier d’elle. Un peu aussi d’être avec elle. Même si y avait une juste qu’un baiser, il sentait bien que ça allait marcher eux deux.
Mais pour en revenir à l’attelage, c’est fou la poigne qu’il faut pour conduire ce genre de truc. Une femme de poigne donc…
Et pourtant c’était pas simple vu que la chef les faisait passer par les bois plutôt que par la route. Elle avait probablement pas envie d’encore se faire emm…quiquinner par des villageios trop curieux. C’est pas parce qu’ils avaient passé la frontière sans blèms que c’était dans la poche.

Ah ben v’la qu’ils s’arretent encore. Pour discuter cette fois. Et l’autre vicelard qui fait de son esbrouffe. Mais l’amoureuse du gamin le remet à sa place. Dans ta tronche tiens…

Mais Gus fait partie de la bande et il pense avoir aussi son grain de sel à mettre dans le potage.

Moi je suis pour qu’on aille se pieuter au village. Si on fait bien gaffe à ce que je, enfin à ce qu’on dit et qu’on planque bien nos joujous. Ca peut le faire. Non ?
On a qu'a dire qu'on est un groupe de pélerins, enfin non peut-être pas...mais un groupe de quelque chose je sais pas moi, c'est vous qui avez l'habitude.


Il se tourna vers Anyanka avec un petit sourire gêné.

Puis dormir dans un grand lit, ca nous changera.

Il se tourna vers les autres, pas du tout convaincu que ces aventuriers auraient envie de loger à l’hôtel. Ces tordus préféraient la mousse des sous bois comme literie et une souche pourrie comme oreiller. De vrais malades je vous dis…
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 5 - Murat >>>> En pleine fôret   Ven 2 Sep - 0:42

SEAMUS

Une fois de plus les déplacements avaient été harassants. A la longueur du trajet s’ajoutait la pénibilité de devoir chevaucher à couvert, le visage régulièrement fouetté par les branches basses au risque même parfois même de se faire désarçonner. Le Faucon, bien qu’habituellement diurne volait au dessus de la cime des arbres, sa place habituelle sur l’épaule de Seamus étant trop périlleuse pour lui au moment.
Cellene estima sans doute qu’ils avaient assez progressé et envisagea une halte plus ou moins longue. Elle s’enquit de l’avis général et chacun versa son écot.
Une désagréable impression le taraudait depuis la courte altercation avec la curieuse de Polignac. Sensation d’être suivi, peut-être, observé sûrement.
Le Taciturne, assis sur son cheval aux côtés du chariot, fronça les sourcils aux dires d’Anyanka.

…un chef…

il pointa le pouce vers lui-même

…fauconnier…

Il haussa les épaules d’un air faussement désespéré lorsque le gamin parla de pèlerin. Il résista à l’envie de lui donner une tape sur la tête. Ce n’était pas le moment de le faire enrager mais bien de statuer sur la suite du voyage.
La décision n’était pas simple à prendre et Cellene le regardait avec insistance. Il prit une grande inspiration et déclara

…Ici ? …
…doubler la garde…
…proche de Polignac…


…plus loin…
…plus reposant…
…normalement…


Il ne pouvait analyser le situation plus avant. Il y avait clairement du pour et du contre dans les deux cas de figure. Mais s’ils devaient reprendre la route de suite, il se posterait en arrière garde, tous les sens aux aguets. D’autant qu’à partir de maintenant ils devraient voyager à découvert. L’épée dans son dos resterait désormais à portée. Il tiendrait dès lors les rennes d’une main, la moins valide qu’il avait cependant eu l’occasion d’entraîner les jours précédents. Il redressa la tête en pointant son menton vers Cellene d’un ton interrogatif, ne sachant pas si d’autres voudraient encore prendre la parole.


_____________________________________________________________________________________

LUPIA

Elle avait rangé ses affaires à la va vite et tous avaient repris la route avant de se faire repérer. Et comme d'habitude, le même scénario s'était répété: chavauchée silencieuse et morose. Elle avait connu des moments plus réjouissants en compagnie de sa douce. Pour passer le temps, elle se remémorait ses instants... Un sourire nostalgique s'affichait sur son visage.
La belle fit arrêter la troupe afin d'avoir leur avis sur une éventuelle halte.

Je suis d'accord pour pousser jusqu'à Murat. Je suis crevée aussi mais je pense que l'on devrait faire un dernier effort pour mieux profiter ensuite. Nous avons assez perdu de temps et je commence sérieusement à m'ennuyer!

Elle attendit. Elle retourna auprès de sa douce en lui adressant un clin d'oeil plein de promesses....[/color]


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

La situation était lourde, une décision devait être prise. Décision difficile pour l’Amazone. Tout d’abord Samaël, qui murmura. A deux reprises, il avait donné son avis, mais cette fois elle avait plus l’impression qu’il lui dictait sa conduite. Le visage de l’Azur s’était fermé, sa mâchoire crispée. Même la main de l’Argenté sur sa cuisse, ne calma pas le grondement qui se faisait entendre au plus profond de l’Azur. Elle allait pour lui répondre quand Anyanka prit la parole, demandant combien il y avait de chef ici. Cellene haussa un sourcil, restant toujours silencieuse, ses mains crispées sur les rennes. Kaerven prit la parole, donnant lui aussi son avis, elle l’écouta, comme elle l’avait fait avec les autres. Lui aussi disait que le groupe devait pousser jusqu’à Murat. Elle observa ensuite Gus qui prenait lui aussi la parole. Sa naïveté donna un rictus à l’Azur.

Dormir dans un lit ? Pis quoi encore, tiens !pensa-t-elle. Elle se promit de le reprendre dès sa décision prise. Elle observa ensuite Seamus, qui prit la parole, du moins lança quelques mots que Cellene comprit rapidement sans chercher plus longtemps. Elle commençait, petit à petit à le comprendre. Puis sa douce pris la parole à son tour, elle aussi souhaitait qu’on pousse jusqu’à Murat, puis lâcha en même temps une remarque, ou plutôt elle râla un peu. Cellene ne put qu’en sourire légèrement avant de lui lancer un clin d’œil. Elle la reconnaissait bien là, sa petite râleuse.

Elle observa un moment Aziel qui semblait très loin, sachant qu’on devait retrouver son énigme, Cellene se doutait de sa réponse. Elle prit une grande respiration, puis posa sa main sur celle de l’Argenté qui était resté sur sa cuisse. Elle le regarda droit dans les yeux, d’un regard froid.

Premièrement, c’est moi qui commande.
Deuxièmement, votre avis… le bienvenu, mais ne tentez pas de me manipuler à votre guise. Je ne suis point une femme comme les autres. Clair ?


Elle lui adressa un rapide coup de la tête entendu avant de regarder Gus.

Un lit ? Dans tes rêves !! On n’est pas en vacances. Faudra t’y faire, mon Chou. Finit les privilèges.

Son regard se tourna vers Anyanka.

Un seul chef… et c’est moi… Sa voix se fit un peu plus douce en lui parlant. Elle lui adressa un rapide clin d’œil, accompagner d’un sourire. Elle tourna ensuite la tête vers Seamus. Les deux options valaient la peine d’être réfléchit, plus longuement quand même. Son ton interrogatif, stressait un peu l’Azur qui dut prendre sa décision rapidement. Elle poussa un léger soupire.

Bien… deuxième option… on pousse jusqu’à Murat… et que j’entende personne se plaindre.

Sa voix tonna séchement, puis elle fit demi tour avec son cheval, bousculant un peu l’Argenté à ses côtés. Elle s’excusa du regard, peut être l’avait-elle fait exprès pour l’embêter un peu, peut être pas. Seule elle le savait. Elle regarda Aziel, qui était resté un peu derrière.

Du même avis je suppose ?

Elle n’attendit même pas sa réponse, elle lui adressa un petit sourire avant de talonner son cheval et de lâcher rapidement.

En route.

Elle attrapa les rennes du cheval de sa douce, après avoir dépassé Aziel. Elle observa sa belle un instant, un sourire tendre sur les lèvres. Alors qu’elle attira son canasson près du sien, prenant toute les deux la tête du groupe.

Ma petite râleuse… promis… de l’action, il va en avoir… soit encore un peu patiente… tu veux ?

Elle lâcha ensuite la bride, puis passa sa main sur la joue de Lupia. Après cette douce marque d’affection, Cellene se pencha pour l’embrasser rapidement, avant de se remettre en place sur son cheval et de se baisser à cause d’une branche un peu basse. Elle sourit à sa belle, puis elle remit son épée sur sa selle, attachée de telle façon qu’elle puisse être sortit rapidement. Son regard azur scrutant l’horizon, encore un peu tendue par certaines paroles de l’Argenté.

La prochaine étape était proche.

Revenir en haut Aller en bas
 
5 - Murat >>>> En pleine fôret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abordage en pleine mer ! La Ligue contre les pirates !
» Gizmo en pleine forme!!!
» Jour 3 : la pleine lune, çà fait mal même chez les Miss !
» Prise de Murat par la compagnie du Levant
» Figurine originale MURAT 1813

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: