Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 6 - Murat >>>>Près d'un grand chêne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 6 - Murat >>>>Près d'un grand chêne...   Ven 2 Sep - 0:44

SAMAEL

Bien plus tard...

L'azur avait poussé sa gueulante, même si en définitive, écoutant ce que chacun avait à dire, elle avait opté pour ce qu'il lui avait conseillé.
L'argenté n'avait pas apprécié son ton et encore moins ses propos, tout comme ceux de la pucelle qui reprenait de l'assurance, ce qui n'était pas pour lui déplaire, les proies faciles ne l'interessait nullement.
Poussés par l'énergie de la fatigue, la meute avait parcouru rapidement les quelques kilomètres qui les séparaient de Murat, empruntant à nouveau les chemins de terre.
Samaël se rendit compte que le taciturne semblait tendu, plus qu'à l'habitude et à l'affut du moindre petit bruit.

Tirant sur la bride de son étalon, il lui fit faire volte face et remonta le convoi jusqu'à lui qui fermait la marche contrairement au reste du voyage, reprennant le sens de la marche en l'accompagnant une fois à sa hauteur.
L'ange déchu savait que tout comme lui, Seamus avait l'expérience de ce genre de voyage, au moins pour la dernière en date avec le clan, ce qui expliquait son inquiétude somme toute modérée quand à son attitude.

Qu'est-ce qui se passe ?

Le regard perçant du taciturne était sans équivoque, il avait senti un danger ou quelque chose qui l'était potentiellement, Samaël songea un instant à aller prévenir Cellene, mais vu sa réaction au dernier de ses conseils, il se ravisa et prefera rester au coté de l'homme au bandeau.
La route se poursuivit sans encombre majeure, mais Samaël sentait comme une ombre planer non loin, comprenant mieux le comportement du taciturne, une sensation désagréable et non palpable.

La meneuse et sa compagne stoppèrent le convoi au pied d'un immense chêne, probablement millénaire vu la taille de son tronc et l'étendue de son feuillage, indiquant que leur campement serait établi ici.
Murat était tout proche ainsi que les chemins qui les amèneraient à leur destination finale, partant chacun à l'opposé.
Il fallait maintenant se reposer et préparer la séparation du groupe, mais ça n'était pas son affaire.
Cette mission, son échec ou sa réussite ne dependait pas de lui et on s'était "aimablement" chargé de lui rappeller, il ne remplirait donc que son rôle de "combattant" ni plus ni moins, qu'on ne compte pas sur lui pour autre chose, ni pour diriger, ni pour soigner...

Se rapprochant de Seamus, il lui demanda dans un hochement de tête explicite en descendant de son étalon : On prend le premier tour...
C'était eux les plus anciens du groupe, exception faite de la belle Illaura qui était déjà toute affairée à préparer quelques bourses de "survie" en cas d'attaque loin du chariot salvateur.
Attachant son cheval, en prenant soin de lui oter l'arnachage qui l'encombrait, il attendit la réponse sonore ou non du taciturne.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Seamus fermait inhabituellement la marche mais personne ne semblait y prêter une attention particulière. Il avait bien remarqué que l’attitude de Samaël était quelque peu différente depuis qu’ils s’étaient remis en route. L’Argenté finit par le rejoindre et l’interroger succinctement. D’un coup de menton il désigna la forêt derrière eux en faisant une moue dubitative. Les sens sont parfois trompeurs d’autant que la vie dans le Manoir ne nécessitait pas forcément de les exploiter aussi régulièrement qu’en mission.

Ils continuèrent de chevaucher côte à côte sans un mot mais dans une étrange proximité cependant.
Le chariot cahotait sur le chemin rocailleux, les bêtes peinaient particulièrement lors de l’ascension des côtes nombreuses dans cette région vallonnée.

Cellene leva le bras pour stopper le convoi. C’est au pied d’un majestueux chêne qu’ils allaient enfin prendre du repos. Le visage du Taciturne s’illumina à la vue de ce géant végétal. Il savait déjà où il dormirait. Et d’une certaine manière, auprès de qui.

Tandis que le campement terminait de s’installer, Samaël lui proposa d’assurer le premier tour de garde en sa compagnie. Seamus accepta d’un mouvement de tête approbateur et muet
Il était temps de confirmer ou infirmer ses appréhensions et les hautes branches du seigneur de la forêt constitueraient un observatoire de choix.

…vais la haut…

Joignant le geste au peu de mots énoncés il escalada l’arbre jusqu’à une hauteur respectable. Immédiatement il se mit à scruter les environs et tout particulièrement la route qu’ils venaient d’emprunter et ses abords.
Il fronça les sourcils. L’affairement autour du chariot était bien légitime, l’action tant désirée les attendait dans la ville suivante, mais le campement était trop bruyant. Ils n’étaient plus sous le couvert des bois, ce qui présentait bien des avantages mais avait également pour principal désagrément qu’il nécessitait un silence quasi absolu. La ville n’était pas très éloignée et il n’avait nulle envie de réitérer l’expérience, plaisante certes, risquée de Polignac.
Il fit un signe parlant à Samaël, qui pour le moment était resté au pied de l’arbre majestueux.

Son tour d’horizon terminé, il s’installa confortablement à la fourche de deux grosses branches et tira une dague de sa botte. Son épée était coincée derrière lui prête à l’usage.
Il commença à sculpter un morceau de bois qu’il tenait tant bien que mal de sa main gantée. Ces exercices lui faisaient le plus grand bien, il recouvrait peu à peu sa dextérité perdue.

_____________________________________________________________________________________

AZIEL

Que ce passait il ? Seamus avait fini de grimper à son arbre, et Samaël semblait plus inquiet que jamais… le groupe était tendu depuis que l’Azur avait râlé, ou depuis qu’ils approchaient de leur but…

Aziel restait sans vraiment prendre compte de tout ce récent remue ménage, pas vraiment important au fond, si le danger approchait, Seamus du haut de son perchoir aurait tout le temps de le voir venir… et lui de réagir en conséquence.
Combien de temps encore ? De moins en moins de lieu les séparés de leur destinations, le séparé d’elle, mais l’attente douloureuse devenait lancinante. Alors que les questions se bousculaient dans son esprit torturé, le jeune homme alla s’installer comme tout le monde, prendre un peu de repos après cette journée encore une fois éreintante… peu à peu les uns et les autres s’affalaient entre les quelques arbres, profitant de ce bivouac improvisé…

Au vu de l’attitude étrange du taciturne et de l’argenté, il fallait se douter qu’aucun feu ne serait allumé ce soir, et pourtant, il faisait réellement froid, un vent désagréable au fond glacé parcourait les lieux, et l’air ambiant avait rendu tout les vêtements plus ou moins humide et froid. Peu importe, seul comptaient ses rêves… le seul royaume qui lui appartiennent…

_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Cellene avait levé la main pour stopper le groupe près d’un énorme chêne. Elle ordonna d’établir le camp ici. L’azur avait sentit des tentions depuis qu’elle avait poussé sa gueulante. Le regard de Samaël avait changé. Qu’il ait apprécié ou non, le chef de la mission c’était elle et non lui. Qu’il donne des conseils passait encore. Or là, elle eut l’impression qu’il tenta de la manipuler. Une chose que Cellene ne supportait pas. Trop de gens avait réussir à faire d’elle qu’ils souhaitaient. A présent, cette attitude était inacceptable aux yeux de l’amazone. Personne ne pourrait plus l’apprivoiser comme le ferait un humain auprès d’un animal.

Le camp installé, Cellene allait pour donner les premiers tours de garde quand Seamus se mit à escalader un arbre pour se percher au plus haut. Le regard azur se posa alors sur l’Argenté qui semblait tendus. Elle soupira instant avant de dire d’un ton froid.

Premier tour de garde, Seamus et Samaël… vu qu’ils sont déjà en place…
Le deuxième tour, Aziel et Anyanka. Au milieu de nuit, vous prendrez la relève.
Avait-elle dit en regardant les deux dernières personnes nommées.

Elle reprit rapidement

Pas de feu... ça change pas ça!

Une fois les ordres donnés, Cellene se mit à l’écart. Il fallait qu’elle calme se grondement intérieur avant de commettre une faute. Elle s’installa contre un arbre, accroupie à sa base, le dos tourner au camp. Elle regarda l’horizon, avant de baisser la tête et de poser ses avants bras sur ses genoux. Elle ferma les yeux un instant, prenant de grande respiration.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

La puce ne savait trop ce qui se tramait au juste, mais le temps de la séparation était venu, suivant Illaura qui était quand même leur hiérarchie une fois que le groupe ce serait scindé, Anyanka se dirigea vers Cellene, en tirant Gus par la manche.
Illaura avait semble t-il besoin de quelques précisions sur la suite des évènements, informations données en peu de temps, satisfaisant les trois accolytes.
Rejoignant Aziel, qui avait pris la relève de Samaël depuis déjà quelques temps, la jeune femme grimpa agilement jusqu'au perchoir de Seamus, lui faisant un sourire, elle se cala non loin sur une fourche entre le tronc et les branches aussi énormes que le reste du végétal.

Tu peux te reposer et dormir un peu mon ange gardien !!! dit-elle en souriant à la toute première personne lui ayant parlé amicalement à son arrivée.

Tu peux rester ici ou descendre, peu m'importe mais moi après je dois partir, je pense qu'on partira après mon tour de garde tu sais, ça va faire drole, ni toi, ni xand...
Ca me rappellera Béziers tiens...
Bref je te laisse dormir


La jeune femme ne cessait de parler, sans doute angoissée par ce qui allait suivre tant pour son groupe que pour l'autre, guettant l'horizon des champs alentours et les lumières faiblissantes de la ville, Anyanka partit en reve, loin.... Béziers... Carca...
Baissant la tête son regard se posa machinalement sur Kaerven, endormi au pied d'un arbre, assis adossé à l'écart du groupe comme d'habitude et puis sur ce p'tit clown, Gus...
Un sourire éclaira son visage, attendri, il était là et egayait le campement de bien des facons au risque de se faire disputer, leur escapade à trois risquait d'etre amusante...
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 6 - Murat >>>>Près d'un grand chêne...   Ven 2 Sep - 0:45

SEAMUS

Ses sens l’avaient-ils trompé ? Ou les poursuivants avaient-ils abandonné leur traque ? Peu importait, le calme avait laissé place aux appréhensions même si la vigilance restait de mise.
Le tour de veille du Taciturne touchait à sa fin lorsque qu’un léger bruit, transmis par le tronc massif du vieux chêne, lui indiqua l’arrivée d’un comparse. Il ne fut que modérément surpris de voir apparaître le visage souriant de la protégée de son aimée. Il plongea un regard chaleureux dans les prunelles brillantes d’Anyanka en penchant légèrement la tête de côté. La voir le rapprochait en quelque sorte de Xandrya. N’étaient-elles pas liées par une histoire commune ? Du peu qu’il en savait ces deux là partageaient bien plus qu’une certaine gouaille.

Il la remercia d’une lente inclinaison de la tête pour la relève qu’elle venait assurer.

…reste…
…bien ici…
…avec toi…


Les mots avaient été prononcés avec douceur, ne laissant place à aucun sous entendu. Son attitude avec Xandrya n’avait été nullement équivoque en réunion et de toute façon la Puce, comme elle l’appelait, avait certainement d’autres vues que sur Seamus, si vues il y avait.

…Béziers ?...

Anyanka lui relata les événements qui suivirent son arrivée au Clan. L’émotion qui teintait certaines parties du récit laissait sous entendre qu’elle dissimulait volontairement certains chapitres de l’histoire. Seamus prenait ce qu’elle lui donnait sans en demander plus.
Le soleil darda ses premiers rayons à l’horizon alors qu’aucun des deux n’avait vraiment dormi. Mais cette douce proximité semblait leur avoir fait le plus grand bien à tous les deux.
Après s’être lentement étiré, il aida la jeune femme à descendre de leur perchoir. Le campement s’éveillait progressivement et une tension mêlée d’appréhension pour certains était tangible. Le temps de la séparation était venu. Les derniers préparatifs touchaient à leur fin, le chariot était prêt à partir. Le Taciturne s’approcha de ses trois compagnons et eut un mot pour chacun.

]Au gamin : …pas le mariolle…

A la Puce : …attache le…si besoin…

Il dissimulait tant bien que mal son malaise de la laisser partir vers l’inconnu par une maigre tentative d’humour.

A Illaura : …prend le…

Il lui tendit son faucon qui protesta allègrement.

…dira où…


_____________________________________________________________________________________

GUS

Bon…c’était le moment apparemment. Ils allaient enfin savoir. La douce Anyanka, enfin douce quand elle le voulait bien, attira le gamin vers la cheftaine.

Alors chef dis nous tout.

Plus elle donnait les instructions qu’elle avait reçues avec le faucon et plus la trogne de Gus de démontait. Vachement sympa d’être comme un coq dans un poulailler, d’être le seul mec de son groupe mais fallait pas déconner, il voyait bien venir l’histoire.
On engage monsieur muscle parce qu’il y a des travaux lourd à faire. Puis c’est quoi ce truc volumineux ? Il posa même pas la question, elle allait quand même pas lui répondre la cheftaine et il serait bon pour une taloche en prime. Qu’est ce qu’elle pouvait l’agacer celle là. M’enfin le moine avait que c’était elle la chef alors…

Et comme rien que pour l’embêter encore elle mit son amour avec l’autre là, cui qui petait pas un mot non plus. Franchement c’était le clan des muets ce truc. Il s’en tapait il causait pour deux lui.
Et maintenant la voila qui grimpe comme un écureuil. Elle avait vraiment toute les qualités, il avait vraiment fait le bon choix. C’est vrai que c’est pour retrouver le ninja mais pas grave il lui faisait confiance. A tous les deux d’ailleurs.

Un petit roupillon et zou ! c’est le matin, frais et dispo. Plutôt la tête entre les fesses pour tout vous dire. C’est pas un gamin du matin not’ Gus.
Pourtant aujourd’hui il était sur la réserve, excité comme un dingue par l’action qui allait pas tarder. Encore deux ou trois jours et c’était bingo !!!
Tout était prêt et il monta dans la carriole. Il vit les pelles qu’il avait mises à l’intérieur au manoir et fit une grimace. Oh et puis il verrait bien. Il gelait pas encore alors ça devrait le faire.
Il fit un clin d’œil à Anyanka et la poussa un peu d’un coup de train. C’est lui qui allait mener l’attelage tout seul. Hé faut pas croire mais il pouvait apprendre vite quand il voulait.

L’amoureux de la protectrice de l’amoureuse du gamin, en gros Seamus si vous avez pas tout suivi, s’approcha d’eux trois. Et le v’la qui recommence comme les autres. Noméo c’est pas parce que Gus l’a à la bonne qui faut abuser non plus. Et pourquoi pas une tite tape sur la tête aussi.
D’un geste rageur il fouetta les chevaux qui s’élancèrent dans un vrombissement du tonnère de tous les diables.
Dans un tourbillon de poussière le chariot s’avança dans le soleil levant du matin sous les cris d’encouragement du gamin à ses bêtes (je le fais bien hein ?)


_____________________________________________________________________________________
LUPIA

Le soir tombait et l'humidité semblait lui traverser la peau. Elle ne voyait pas la fin de leur chevauchée et chacun de ses muscle la faisait souffrir. En plus, elle manquait de sommeil, ses cheveux étaient sales, elle se sentait poisseuse, l'ambiance était de plus en plus pourrie et sa douce s'était complètement renfermée... Bref, elle était pas franchement de bonne humeur...

Ils s'arrêtèrent donc pour la nuit. Chacun prépara ses petites affaires dans son coin. Encore pas de grandes discussion autour du feu pour ce soir, d'ailleurs, pas de feu... Sa belle donna ses instructions pour les tours de garde. Seam se pencha sur un arbre, bientôt rejoint par la jeune Ana. Elle les observa quelques instants puis chercha sa douce du regard. Elle s'était isolée au pied d'un arbre. Elle n'hésita pas et alla la rejoindre espérant trouver un peu de chaleur.

Elle s'approcha doucement et s'accroupit en face d'elle. Elle avait le visage enfouit dans ses bras, elle lui caressa doucement la tête...

C'est moi ma belle... Je n'aime pas te voir aussi soucieuse tu sais... Tu dois être crevée... Viens...

Sans plus un mot, elle l'entraina vers son lit de fortune et l'invita à s'llonger sous les couvertures. Elle se blottit contre elle et lui susurra des mots doux jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Elle la regarda dormir d'un sommeil agité et sombra elle aussi..
Elles se réveillèrent au petit matin encore enlacées. Lupia vit juste la cariolle partir et Seam qui regardait s'éloigner le convoi.

Il était temps aussi pour eux de partir... Chacun prépara son barda et harnacha sa monture. Une fois tout le monde prêt, il reprirent la route vers leur destination...


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Après avoir raconté son excursion à Béziers quelques temps plus tôt à son ami taciturne, la puce avait pris son tour de garde observant l'horizon continuant à "discuter" avec lui.
Etrangement, il semblait enclin à la parlotte, à sa façon bien sur, mais c'était toutefois étonnant, peut-être le fait de les savoir séparer bientôt ou l'image d'un être cher transparaissant à travers elle, peu lui importait la cause, cela lui faisait du bien.

Les rayons du soleil montrait enfin le bout de son nez, il allai falloir partir, avec l'aide de Seamus, même si pas vraiment necessaire, Anyanka descendit de son perchoir se dirigeant vers la cariole.
Tout était en place, Illaura avait donné ses bourses de survie aux autres et était prête au départ, Gus également, la destituant gentiment de son rôle de cocher.
Seamus lui donna des "conseils" quand à son nouveau galant, ce qui la fit tendrement sourire, cela devait lui peser de la voir partir pour qu'il s'essaie à l'humour, le faucon confié contre son gré à Illaura, et les dernières recommandations faites, Gus agita les rennes de l'attelage les faisant cingler sur l'encolure des chevaux démarrant en trombe le chariot.

Un petit geste de la main à son ange gardien et la cariole s'aloignait en direction d' Aurillac.
Revenir en haut Aller en bas
 
6 - Murat >>>>Près d'un grand chêne...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» si près et pourtant si loin.
» Prise de Murat par la compagnie du Levant
» Figurine originale MURAT 1813
» [Seigneurie de Bléré] Croix-près-Bléré (Croix en Touraine)
» C'est arrivé dans une cave près de chez vous. - Jean-Marie Guffens -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: