Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1 >>>> Narbonne Aller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 1 >>>> Narbonne Aller    Mer 24 Aoû - 19:21

ALLER

"UN HERBAGE OCCUPE..."
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 1 >>>> Narbonne Aller    Mer 24 Aoû - 19:22

KIMERA

A proximité de Narbonne dans un bruit de sabots et de fers martelant le sol, soulevant la poussière des chemins secs de n'avoir pas reçu de pluie depuis longtemps, un groupe de cavaliers approchait...
Ayant chevauché une bonne partie de la nuit et de la matinée, la horde s'arrêta dans un herbage non clos où coulait un ruisseau pour reposer leurs montures et qu'elles s'abreuvent ainsi que les cavaliers...
L'endroit avait été choisi pour son calme et sa discrétion, une des amazones avança son cheval jusqu'à une autre femme à priori plus "gradée" dans cette expédition.

Ca te va ici comme endroit, y'a pas trop de passage à priori... Et de quoi faire boire les bêtes... Faudra juste guetter, organiser des tours de garde... En même temps on va pas non plus s'éterniser...

La cavalière s'en retourna rejoindre un homme qui était déjà affalé sur le sol à mâchouiller un brin d'herbe pendant que son destrier s'abreuvait au ruisselet proche, elle en fit de même et descendit de sa monture.

Et bah tu perds pas de temps, à peine arrêté que t'es déjà allongé toi... Je te jures si tu reviens vivant de ce voyage t'auras de la chance... grogna t-elle sur un ton rieur en lui envoyant une pichenette sur le front.



SEAMUS

Ils avaient chevauché sans se retourner. Tous étaient fourbu mais ne le montraient pas. Seules les bêtes marquaient un peu le coup, leur col taché d'une écume blanche significative.
Seamus regarda ses compagnons s'installer progressivement et il avisa une souche un peu à l'écart et y jeta sa couverture roulée. Il se dirigea vers le ruisseau et plongea son regard dans l'onde, pensif.
Après de longues minutes il se redressa et vint s'asseoir sur la souche auprès de laquelle son cheval pie, déjà complice l'attendait.
Le groupe s'était installé, les couples reformés pour le repos. Certains ne semblaient guère avoir l'esprit à se reposer mais le Taciturne n'en avait cure, ce n'était pas quelques petits cris épars qui l'empêcheraient de récupérer de la première étape de leur voyage.
Il ouvrit sa besace et y prit un morceau de pain qu'il commença à mâcher lentement, pensant à ce qui les attendait dans les jours à venir.
Son regard se porta sur la Maure qui semblait également plongée dans de sombres pensées. Il avait remarqué son hésitation à les suivre mais elle n’avait pas eu le choix. Il lui sourit timidement d’un air entendu, lui signifiant ainsi qu’il avait remarqué sa souffrance mais qu’il savait qu’elle n’en dirait rien. Ayant fini son frugal repas qu’il avait agrémenté d’un morceau de viande séchée, il s’allongea, sa couverture roulée sous le cou.

Le meneur de la troupe tonna. Il fallait organiser le campement au lieu de rêvasser. Rêvasser… Le taciturne le regarda d’un air mauvais lui souhaitant d’être aussi habité par les rêves qu’il faisait nuit et jour.

Quatre noms cinglèrent

Kimena, Aicha, Seamus, Barabas… Vous serez successivement de garde, à la moindre alerte vous beuglez comme les possédés que vous êtes.

Voyant un couple qui tentait de s’éclipser discrètement il les apostropha.

Les tourtereaux, puisque vous êtes debout, allez panser les chevaux, il s’agit d’en prendre soin. On va pas en trouver à chaque coin de rue des pareils…

Il envoya encore quelques compagnons chercher du bois pendant qu’il allumait un feu…



AICHA

Aïcha c’était laissé glissé à bas de sa monture plus qu’elle était descendue. Son corps était à Narbonne, mais son cœur et son esprit tourmenté, était resté dans une chambre où il reposait dans un état lamentable … Elle avait été obligée de partir, elle maudissait celui qui l’avait mis dans cet état et celle qui était la cause de cette fureur…

La jeune maure leva les yeux quand Kimera s’adressa à elle et acquiesça, l’endroit était parfait, isolé, loin des regards. Exactement ce qu’il avait demandé. Elle se dirigea vers le ruisseau où la quinzaine de chevaux s’abreuvaient déjà et s’accroupi près de sa monture. La route avait été longue et serait encore longue. C’était son tour de garde, pas le temps de s’endormir. Elle laissa couler l’eau glaciale sur ses mains un moment, et s’en aspergea le visage. Il fallait se reprendre et accomplir ce qu’elle devait accomplir pour pouvoir revenir le plus rapidement possible…

Son regard croisa celui de Seamus quand elle se releva. Elle lui rendit son sourire et se dirigea vers lui en retirant les deux lames courbes qui étaient à sa ceinture. Blackhand avait pris les chose en main et le campement s’organisait. Elle ne voulait pas être seule, pas en se moment. Les lames s’entrechoquèrent quand elle les laissa tombé sur l’herbe près de la souche.

-Tu permets que je m’assoie près de toi ?



SEAMUS

Le Taciturne regarda la Maure lentement venir à lui. Il répondit positivement à sa question en lui désignant du menton la place à ces côtés. Les silences qui suivirent lui furent plus réparateurs qu’une longue discussion. Il ramassa deux morceaux de bois qui traînaient à leurs pieds. A l’aide d’une de ses dagues, il les sculpta l’un et puis l’autre. Sous les yeux curieux de sa voisine, il leur donna l’allure parfaite de petits couteaux acérés mais inoffensifs.
Bien sûr ils étaient tous très aguerris, mais Seamus savait qu’un petit combat aurait bien des vertus. Celle d’exorciser les tensions accumulées les deniers jours n’était pas la moindre.

Il lui lança un des deux couteaux factices et lui marmonna :

Duel ? pour garder la main...avant d'aller dormir un peu...



AICHA

Il resta silencieux, l’invitant d’un signe de tête à s’asseoir, ce qu’elle fit. Elle lui fut reconnaissante de ne pas revenir sur les évènements qui avaient précédé leurs départs. Juste d’être là était suffisant. Elle l’observa sculpté habillement les bout de bois sans dire un mot. Il avait du temps à tuer sûrement, il le tuait comme il pouvait se disait t’elle, curieuse.

Le campement était bien installé. La majorité des membres c’était endormi ou vérifiait leurs équipements. Kimera embêtait Barabras comme à son habitude. Ils faisaient un joli duo ces deux là….Elle attrapa le couteau de bois que venait de lui lancer Seamus et le regarda surprise en l’entendant marmonner.

Tu veux un duel ?!?…. Bien... Pas peur de te faire battre par une femme ?

Aïcha trouvait l’idée alléchante. Ça lui permettrait sûrement d’évacuer les tentions. Elle lui sourit taquine et se leva. Seamus c’était levé aussi et se tenait prêt. Elle se planta devant lui et le défia du regard. Ils c’étaient mis a tourner autour l’un de l’autre, ne se quittant pas des yeux. Aïcha se déplaçait de façon féline, prête à bondir…

Alors tu t’y mets ? Ou je dois venir te chercher…



EB

Eb avait décidé d'aller voir son champs, et elle parti donc, chargée seulement d'un peu d'eau et d'un poignard, on ne savait jamais...
Elle apperçue un campement, chose étrange dans cette région plutôt paisible. Elle décida donc d'aller aux nouvelles, et se dirigeat vers le groupe.



BARABAS

A peine descendu de sa monture, il s'etait allongé dans l'herbe pour se reposer pendant que les autres paradaient sur leurs destriers...

Kim s'approcha au pas, et le jaugea du haut de son cheval, elle secoua la tete, haussant les yeux au ciel et poussant un soupir de lassitude.

Oh elle va encore m'engueuler et me prendre la tête, je le sens bien.... songea t-il en jouant avec un brin de paille entre les dents.

Il ne s'était pas trompé, aussitot le pied à terre, sa Kimera vint le ouspiller, lui mettant une pichenette sur le front.
Commençant à en avoir assez de son ton hautain, il lui choppa le poignet et lui plia derrière le dos pour s'approcher de son oreille et lui murmurer sur un ton sec.

Chaton, ca commence à bien faire, je t'adore mais oublie pas que je suis ton ainé... lui mordillant l'oreille il ajouta alors tes sauts d'humeur et ton caractère de peste tu te le met où je pense !!!

Barabas la redressa en lui tenant le bras et l'embrassa, pas comme un frère le ferait avec sa soeur... Ca non !!!
Il jeta un oeil, à la cheftaine et au mystérieux qui se battait comme deux couillons avec des épées de bois et tourna son regard vers les portes de la ville.

Il donna un coup de coude à sa soeur et lui indiqua d'un signe de tête, une intruse qui s'approchait dangereusement du groupe.

Hep... Regarde là-bas... Previens que je m'en occupes... Files !!!

Mettant en oeuvre ce qu'il venait de dire à Kimera, il s'avança en direction de la femme qui s'aventurait sur des terres inconnues et peu enclines aux rencontres d'un pas leste et rapide.

Arrivé à hauteur de la donzelle, il lui fit son plus beau sourire et la salua.

Bonjour !!! Puis-je savoir ce que tu viens faire par ici... t'être d'un quelconque utilité ???

Je vais déjà commencer par te rendre un fier service tu va voir....

Passant son épaule autour du cou de la femme, il la fit se retourner pour la ramener sur le chemin qui passait non loin de leur campement.

Vous voila rendus chère damoiselle... Notre...hum... groupe ne souhaite pas être dérangé, voilà pourquoi nous sommes à l'extérieur de la ville plutôt que dans une auberge...

Je te demanderais donc gentiment de passer ton chemin, même si tu as l'air charmante... Je te conseille de ne pas fourrer ton joli p'tit nez par ici... mes amis masculins pourrait être moins courtois que moi....

Barabas termina par un sourire qui signifiait que la discussion n'était pas possible et que lui aussi serait bien moins courtois si la demoiselle s'obstinait à vouloir venir roder dans les parages...

Bonne route à toi et bonne journée...


KIMERA

Surprise de la réaction de son frère elle obéit sans discuter même si elle bouillait à l'intérieur de lui en décoller une et se dirigea vers celle qui était normalement de garde.

Aïcha !!! Tu dors où quoi ???? Au lieu de jouer au soldat fait ton boulot bordel !!!

Y'avait une inconnue qui se radinait, Barabas est parti s'en occuper, mais au lieu de jouer avec des bouts de bois, guettes !!!!

Elle observa Aïcha qui n'avait pas l'air d'apprecier plus que ca le ton employé par Kimera, et se pencha pour saluer l'homme avec qui elle "s'amusait" à se battre.

Bonjour Seamus !!! Enchantée !!!

Se redressant, elle bouscula Aïcha.

Bon tu te bouges ou je te ramenes par la peau des fesses !!! Allez reveilles toi ma jolie !!!

N'attendant même pas qu'Aïcha daigne bouger, elle pressa le pas, presque courant pour voir où en était son idiot de frère.


EB

Eb vit un homme d'allure peu engageante s'avancer vers elle. Il la reconduisit vers la ville d'une façon plutôt cavalière.
Oh là, Messire! Nous n'avons pas étés présentés, et il m'est désagréable d'être tutoyée à tout bout de champs. Quand à me balader dans le coin, je pense en avoir le droit, et je ne comprend pas en quoi ma présence vous gêne.
Elle ajouta, avec un sourire ironique : Toutefois sivous avez quelque chose à cacher, je ne chercherais rien et je ne suis pas assez folle pour venir prendre des coups... Elle pensa à son bébé, laissé sous la surveillance d'une amie. Non, c'est sûr, elle ne ferait rien qui puisse priver Kementari de sa mère...
Elle se tourna vers la ville, la tête haute et parti, un peu inquietée par cette troupe étrange, qui paraissait avoir des intentions belliqueuses..


AICHA

Aïcha se retourna vivement en entendant vociféré l’imprudente. Sa main se porta a son dos qui ne rencontra que le vide. Elle se souvint avoir enlevé ses lames de leurs fourreaux avant de s’asseoir. Elle avait une chance inouï cette poufiasse, elle l’aurait saigné sans autre forme de procès.

La maure rattrapa la furie par un bras et l’obligea à lui faire face.

Il y a quelque chose que ta pas compris la recru … on n’est pas au manoir ici… Si tu vois se que je veux dire… Si tu ne veux pas terminer le voyage avec un joli sourire qui orne ton beau petit cou, tu te calmes les nerfs. C’est suffisamment clair pour ta petite tête.

Elle jeta un œil vers Barabas qui raccompagnait l’intruse d’où elle venait… Et ton frère, ton amant ou je veux pas savoir ce qu’il est pour toi. Il peu très bien se débrouiller sans toi.

Aïcha lâcha le bras de l’insolente d’un mouvement sec. Maintenant retourne te reposé tu va en avoir besoin... on repart bientôt...


BARABAS

Barabas esquissa une courbette aussi narquoise que l'avait été le sourire de la damoiselle en parlant de cachotteries.

Navré si je "vous" ai offensé "gente dame", point n'etait mon intention, et mes compagnons ainsi que moi même n'avons rien à cacher, nous voulons juste du calme pour nous reposer quelques heures, nous avons fait grand route et repartons pour autant...
On ne veut pas être dérangés c'est tout !!!

Sur ce, bon retour à "vous gente dame" !!!

Tournant les talons, il retournait vers le campement tranquillement quand des éclats de voix lui parvinrent, fronçant les yeux, il vit sa soeur qui se fesait rudoyer par la cheftaine.

Oh c'est pas vrai avec ses grands airs et sa grande goule, elle s'est encore attirée des ennuis !!! Merd.... Elle en loupe pas une, fais chier !!!

Barabas se mit à accelerer le pas craignant le pire, car connaissant sa soeur et ce qu'il avait pu apercevoir, il savait qu'elle n'en resterait pas là et que ça risquait de mal tourner... Il finit par se mettre à courrir... espérant arriver à temps pour éviter l'irréparable...


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 25 Aoû - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 1 >>>> Narbonne Aller    Mer 24 Aoû - 19:24

CASTELRENG

Le soldat Castelreng qui finissait son tour de garde vit au loin une troupe de cavaliers et une silouhette qu'il reconnu comme étant celui de sa femme.
Il alla donc au devant . Elle revenait à grand pas.
Il marcha à grand pas afin de rejoindre Eb présentant un danger et arrivé à ses cotés, il vit qu'elle était pale.

Qu'y a t-il ma puce , que fesais tu là bas ? Expliques moi ?

Sans rien ajouter de plus , prenant le bras de Eb et se dirigeant vers les murs de la ville tout en se disant qu'il allait se renseigner et prévenir la garde de la présence de ces cavaliers.


SEAMUS

Le Taciturne vit débouler une furie vociférante au moment où il avait repris son corps à corps avec Aicha.

Il revit se jouer sous ses yeux une scène similaire à celle qui s'était jouée dans sa chambre peu avant le départ. La conclusion ne fut cependant pas la même et Seamus le regretta d'un petit rictus moqueur.

Il vit au loin le frère de l’emplumée remonter vers le campement en courant. Derrière lui, en contre-bas il aperçut un soldat harnaché marchant rapidement vers le village.

Les deux donzelles à la testostérone bouillonnante se faisaient face, prêtes à se ruer l’une sur l’autre. Il siffla entre ses dents…

Suffit !!!

Il regarda le ciel et leur dit…

On n’a plus le temps de rire… Vous allez gentiment réveiller les autres et leur dire de se préparer… Plus on part tôt, moins on souffrira de la chaleur…

Les deux femmes continuaient à bouillir, toutes griffes dehors mais Barabas s’étant rallié à l’avis du Taciturne, elles se dirigèrent en silence vers chacun des cavaliers endormis.
Lentement le groupe s’éveilla, quelques uns s’ébrouèrent dans le ruisseau, d’autres s’harnachèrent directement.
Seamus parcourut rapidement le campement pour être sur de ne pas laisser de traces probantes de leur passage.


AICHA

Les chevaux avaient récupérés, les voyageurs c’étaient sustentés et avaient pris un peu de repos. Heureusement ou malheureusement, il n’y avait eu ni mort ni blessé. Seamus c’était occupé d’effacer toute trace de leur passage. Il terminait d’enfouir les cendres encore rouges du feu qui avait servit à préparer le repas.

Les deux femmes s’étaient affairées à réveiller tout le monde, non sans se jeter des regards meurtriers à l’occasion. Aïcha sourit, sarcastique, se disant qu’au moins cette altercation lui aura permis d’évacuer un peu de la tension accumulée…Tout le monde étaient en selle, après avoir vérifié qu’aucun couple ne traînait dans un buisons. Aïcha se hissa sur sa monture également et Le signal de départ fut donné.

La quinzaine de cavaliers partirent dans un galop effréné, Le bruit assourdissant des sabots qui martelait frénétiquement le sol se rependit dans la ville de narbonne. Plusieurs curieux étaient sortis pour voir ce qui pouvait bien faire un tel bouquant…

Sans même ralentir la horde traversa la ville et s’éloigna encore un peu plus vers le nord. Les visiteurs mystérieux poursuivait leur route, disparaissant dans la forêt, laissant une traîné poussiéreuse qui resta un moment en suspend derrière eux….
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1 >>>> Narbonne Aller    

Revenir en haut Aller en bas
 
1 >>>> Narbonne Aller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [QCDF] Japan Expo
» Pensez vous aller voir TRON Legacy au cinema?
» Aller d'un aeroport a un autre
» Mon nabaz ne veut pas aller au dodo
» Un film qu'il faut aller voir!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission au Puy (2007)-
Sauter vers: