Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 12 - Clermont >>>> Le parvis de la Cathédrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 12 - Clermont >>>> Le parvis de la Cathédrale   Ven 2 Sep - 11:15

SEAMUS

Les trois comparses débouchèrent d’une petite rue sur le parvis de la Cathédrale. En chemin, Seamus avait pris discrètement Aziel en aparté pour lui expliquer en quoi la femme leur serait utile et pour lui recommander la plus grande prudence à son encontre. D’un geste laconique de la main sur son cou il lui donna la marche à suivre en cas de problème. Jusqu’à preuve du contraire, la voleuse était en sursis.

Le parvis s’étalait sous leur yeux, vaste dallage en pierre du pays s’ouvrant d’un côté vers l’impressionnant portail du temple d’Aristote et de l’autre sur d’étroites bâtisses proprettes sagement alignées. Une taverne égayait la place par des rumeurs de chants paillards quelque peu paradoxaux à proximité d’un lieu réputé si saint.

Quelques bateleurs rangeaient leur étal tandis que dans un coin une troupe de saltimbanque arracha un sourire au Taciturne. Pas que leur comédie soit particulièrement drôle vu d’où il les observait mais bien par les souvenirs qui revinrent à son esprit. Cracheuse de feu et habile boliste, c’est à la lueur des flammes de sa belle qu’il avait commencé à raviver la sienne. En tout cas à en envisager un possible réveil.

Quelques mendiants avinés complétaient le tableau. Toujours avec nonchalance, le deux hommes emmenèrent la femme vers un recoin discret d’où ils pourraient observer les allées et venues tant de la cathédrale que des rue abouchant sur le parvis.
L’attente était désormais leur seule compagne. Avant d’enfin s’élancer dans leur périlleuse entreprise.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

La vagabonde avait pris suite au mouvement, Seamus avait simplement fait comprendre par mots couverts, mouvements de têtes, la suite ne laissant rien filtrer pour une non-initiée aux habitudes du groupe, comme elle l'était.
L'homme au contraste, Aziel, ne semblait pas tres heureux de voir se greffer sur leur groupe des étrangers, le boss de becosse intérimaire lui fit comprendre en peu de mots que ce n'était pas le cas.
Les trois furent dirigés par le taciturne vers l'imposante cathédrale, qu'est-ce qu'il allait faire là-bas ? Ils avaient pas franchement des têtes à s'incliner devant un autel.

Finalement, elle se retrouvait devant le but de son passage ici, la cathédrale de Clermont, la plus belle du BA à ce qui se disait, sa fascination pour les monuments l'avait conduite ici, comme quoi le destin reservait parfois bien des surprises.
Une taverne au hasard, un cheval volé tout aussi hasardement, repris de son cavalier, pour finir ici, devant le parvis de la cathédrale.
Subjuguée par la beauté du batiment, Aliénor ne put s'empecher de voir le mouvement qu'orchestra Seamus à Aziel du coin de l'oeil, elle n'avait aucun doute sur ce qu'il signifiait et de qui il parlait en faisant ce geste.
Il n'avait donc toujours aucune confiance en elle, il avait raison, à la première occasion elle comptait bien filer à l'anglaise vu le sort qui lui semblait de toute façon reservé.

Qu'elle se tienne tranquille ou non, ils avaient l'intention de la tuer à priori, un coin sombre où elle se voit embarquée, peut-être la mort frappera t-elle plus tôt que prévu.
Non, juste une attente, insoutenable pour Ali qui n'aime pas poireauter pour rien.
Un mouvement et elle embarque le taciturne derrière elle laissant les autres faire le guet.
Sans menace, ni violence mais fermement, elle l'entraine à l'écart en le poussant, le fixant dans les yeux.

Faut qu'on jacte... Drette là !!!
Tu as proposé un marché, d'accord !!! Mais suis pas si stupide que ça, je t'ai vu avec l'autre niaiseux.


Rapidement elle repris le geste de main sur son cou, et hausse les sourcils en posant ses mains sur le mur au dessus des épaules du taciturne, le visage à quelques centimetres du sien en le fixant droit dans les pupilles.

Le marché aurait-il changé ? Si je dois mourrir quoi que je fasse, j'en rame pas une, faut pas me prendre pour une gourdasse.
Seamus, j'ai pas plus confiance en toi que toi en moi, mais tu m'as donné le choix, maintenant on est deux à plus l'avoir.
Soit tu joue franc avec moi, soit tu te débrouilles sans moi...


La vagabonde attendit de voir la réaction, elle s'attendait déjà à voler de l'avoir amener ici sans trop lui laisser le temps de réagir et y était préparée, maintenant il pouvait aussi la surprendre, elle verrait bien.


_____________________________________________________________________________________

AZIEL

Le jeune homme s’accola tranquillement à un mur, laissant vagabonder ses pensées bien plus loin que cette mission, prêt de son aimée, de son énigme… de celle qui causerait invariablement sa perte un jour ou l’autre, mais qu’il attendait avec une douceur inconcevable pour tout autre.

Il vit à peine la farouche créature emmener le taciturne à l’écart, s’il elle tentait de l’embrocher, il ne doutait pas que Seamus serait parfaitement capable de défendre lui-même sa carcasse et puis au besoin, il n’avait qu’à appeler.

Il attendait encore, impatient cette fois de la retrouver vraiment, de la sentir dans ses bras, de frémir sous ses étreintes, inquiets pourtant de l’avoir vu si fragile, peut être plus que d’habitudes, d’avoir perçu son murmure qu’elle ne lui destinait pas… et pourtant…
Un léger soupir s’élève dans la nuit sombre, alors qu’il jette un œil à la véhémente jeune femme, qui semble s’en prendre plus ou moins à Seamus dans un semi murmure pourtant audible auquel il ne prête pas vraiment d’intérêt…

Dommage, elle était charmante la belle, mais après tout qui sait, il n’était pas si rare que ça de voir des personnages peu commun venir grossir les troupes au retour… bien que plus souvent en tant que prisonnier.

Le jeune homme haussa les épaules avec un sourire, faisant face à ses propres pensées, qu’il balaya d’un revers d’esprit, revenant au présent… Il serait bientôt temps d’entrer en jeu, de jouer le rôle pour lequel il était là, avant la tomber des masques… qui sait ce qui adviendrai ce soir… une chose seul compter, elle… l’avoir retrouvé elle…

Ses lames glissait doucement dans leur étui, accroché discrètement à ses avant bras, sa chemise large n’en laissant rien deviner, il était prêt… ou du moins ne le serait il jamais autant que ce soir…


_____________________________________________________________________________________

VERSUS

La jeune femme dont il ne connaissait pas le nom, tenait parfaitement les rênes. Pas trop vite, ni trop lent, ce n'était pas la peine de se faire remarquer. La charrette faisait un peu de bruit sur les pavés des rues de Clermont, mais rien de bien inhabituelle. Même si la nuit était déjà tombée, ils ne faisaient que passer. Une rue, puis une deuxième, la jeune ébène semblait savoir où elle les emmenait. Toujours aussi muet, Versus observa les alentours, jetant de temps à autre un oeil sur l'autre homme qui n'avait, lui non plus rien dit depuis un moment.

Voilà un qui ne parle presque pas. Tant mieux... aime pas les discussions pour pas un sous.

Curieusement la jeune femme ne pipa pas un mot non plus. Elle semblait plutôt énervée, ou peut être n'aimait-elle pas la présence masculine. Une question que Versus se devrait d'avoir une réponse à un moment ou un autre.

Alors que la cathédrale se fit plus apparente à chaque avancée que faisait la charrette, la jeune ébène arrêta le convoi. Versus se demanda pourquoi, mais il eut vite en réponse. Ils semblaient être arrivés, devant un parvis apparemment. La jeune femme descendit rapidement et pris les rênes du cheval pour l'attacher vers d'autre monture. Le Ténèbre reconnu rapidement la sienne, qui était resté assez calme. Cela valait mieux, son étalon était d'un genre nerveux. D'un bond, il descendit à son tour, alors que l'homme et la jeune femme se dirigèrent sans tarder vers le groupe. Versus hésita un instant, puis s'avança quand même, attendant de voir s'il faisait partie de la suite des événements ou non.

Il observa discrètement l'homme au bandeau et la belle Aliénor d'après ce qu'il avait compris, tous deux en pleine discussion. L'homme qui se nommait Aziel, était adossé à un mur. Il semblait assez jeune et attendait sûrement autant que le Ténèbre que les choses bougent.

Peut être qu'encore une fois, le Ténèbre allait sévir...


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Un main lui saisit l’avant bras, celui de la main gantée. Mauvaise idée. Alienor emmène le Taciturne à l’écart la mine furibonde. Il la suivit nonchalamment jusqu’à ce qu’elle le pousse le dos contre un mur. Un léger rictus commença à poindre sur ses lèvres, mais disparut instantanément lorsqu’elle posa ses mains de part et d’autre de sa tête. Très près, trop près de son bandeau… Et elle voulait « jacter » comme elle disait de son accent étrange.

Il la laissa terminer sa diatribe sans sourcilier bien qu’une étrange lueur vint colorer son regard habituellement vide. Il prit une profonde inspiration avant de très lentement poser sa main droite sur l’avant bras de sa vis-à-vis. Il pouvait sentir son souffle sur son visage, ce qui le troubla bien plus qu’il ne se l’aurait admis. Il avança lui aussi son visage vers la voleuse. Il lui aurait suffit de pencher très légèrement le visage pour que leurs lèvres ne se touchent. En avait-il envie ? Etrangement. En avait-elle envie ? Probablement. Pourtant les lèvres de Seamus ne se mirent en mouvement que pour laisser filtrer de rares mots.

…une parole…

Il réitéra le geste mimant l’égorgement.

…si tu faillis…
…uniquement…
…serait dommage…
...vraiment dommage


Les derniers mots sortirent dans un souffle porté près de l’oreille de la jeune femme. Fermement mais sans violence, Seamus se défit de son emprise en lui écartant le bras. Des bruits de mouvements attirèrent son attention à proximité des chevaux. Il releva lentement la tête et reconnut leurs trois comparses revenus dotés de l’objet de leur rapine.

La petite troupe se reformait et risquait de se faire repérer. Il fallait qu’ils se dispersent sur le parvis et se mêlent aux quelques badauds encore présents. Il leur chuchota rapidement

…Aziel…
…Aliénor…
…Chariot…
…soyez prets…

…Lupia…
…Kaerven…
...Versus...
…restons en vue…


Sans plus attendre ni se retourner il s’avança empli d’une grande sérénité et d’un calme rassérénant vers le milieu du parvis ou jongleur continuait ces facéties malgré le soir tombant. Ses Yeux l'accompagnaient, comme toujours
Revenir en haut Aller en bas
 
12 - Clermont >>>> Le parvis de la Cathédrale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cathédrale de Clermont
» SALON CHIBI CLERMONT MANGA
» Fête des jeux à Clermont ferrand 63
» Regional clermont??
» Seigneurie issue de mérite de Sinard (Clermont en Trièves)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: