Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 20 - Alais >>>> Dans la fôret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 20 - Alais >>>> Dans la fôret   Sam 3 Sep - 20:12

CELLENE

Dans la forêt, à quelques lieux d'Alais

Tous étaient très fatigués, plusieurs se retenaient de s'endormir sur leurs montures. A plusieurs reprises, l'Azurée s'était surprise à s'endormir dans les bras de l'Argenté. De temps à autre, elle l'avait même sentit posé sa tête contre la sienne. Il était grand temps de s'arrêter pour dormir. Cellene prit un côté des rennes, sa main sur celle de Samaël, elle tira un peu dessus, donnant un coup de talon avec son pied opposé. La jument se dirigea alors dans la forêt. Elle jeta un coup d'oeil à l'Argenté, qui semblait avoir compris ce qu'elle souhaitait faire. La troupe suivit sans problème, puis jugeant qu'ils étaient bien cachés, Cellene fit stoppé la monture. Même procèdé qu'à Murat, elle passa sa jambe par dessus sa monture et se laissa glisser au sol. Samaël fit de même. En observant un peu, elle put remarqué un petit court d'eau, Cellene esquissa un sourire et amena sa monture près du ruisseau. Puis elle se tourna vers le groupe, tous étaient plus ou moins fatigués, mais une garde devrait quand même être fait. Elle soupira avant de carrément posé la question.

Bon, on s'arrête pour la nuit... Par contre, qui n'est pas trop fatigué pour faire une garde? s'il faut à deux bien sur.

Souhaitant pas attendre de réponse dans l'immédiat et les laissant réfléchir, elle embrassa Samaël fougueusement, avant de lâcher rapidement.

Je reviens...

Elle s'approcha ensuite de sa Douce Peste, soupirant. Elle se souvint de son regard noir pendant la route, un regard qui lui avait pas fait du bien du tout. Elle la prit par le bras, l'amenant à l'écart, ne demandant même pas l'autorisation du Ténèbre, de toute façon, il n'avait absolument rien à dire à ce sujet. Mitigée entre la fatigue et la colère, elle regarda Lupia un moment, sans rien dire, puis finalement, elle rompit le silence pesant d'une voix légèrement tremblante par la colère qui avait emplit son ventre.

Tu m'explique ton regard pendant le voyage?? Et ne me fait pas le reproche de t'avoir laissée hein... t'étais en très bonne compagnie faut dire, j'allais quand même pas faire chandelier non?

Elle lâcha son bras, posant ses mains sur ses hanches, elle attendit sa réponse, alors que le reste du groupe préparait le camp pour la nuit.


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE

La nuit avait été courte à Murat mais profitable .
Un peu avant de s'endormir , roulée dans une couverture épaisse Jeahne avait discretement arraché une page de son livre des vertus , sur laquelle elle avait griffonnée "languedoc". Puis elle l'avait glissé sous une pierre qui lui avait servi d'oreiller pour la nuit .

le lendemain , la chevauchée avec le taciturne repris de plus belle.L'homme n'était pas désagréable , peu bavard , la serrant de près mais sans atteinte à sa pudeur...Jeahne aurait bien papoté un peu . Mais la bande dans son ensemble semblait très concentré sur sa "mission" , peu enclin au dialogue.Jeahne essayait de comprendre leurs intentions ;..c'était difficile de savoir pourquoi ils avaient volé les reliques , ce qu'ils comptaient en faire .

Les jours passaient et pas traces de poursuivants , de soldats venus à son secours . Elle commençait à desesperer de voir les templiers surgirent soudain autour des profanateurs pour la sortir des griffes de ce clan aux sinistres et obscures desseins .
Son épée lui manquait , elle aurait bien fendu quelques crânes de ces hérétiques malgré tout, son instinct guerrier lui démangeait les entrailles au fur et à mesure que l'espoir d'une aide exterieure fondait comme neige au soleil. Sa foi en Aristote et le réconfort qu'il lui apportait ne suffisait plus à la convaincre du bien fondé de son engagement au temple . Qu'etait devenu la soi disant fraternité légendaire de cet Ordre pour lequel elle aurait donné sa vie ? Où étaient ces guerriers pourfendeurs des ennemis de la Foi ?
Doucement , le doute , ...l'affreux ...le terrible doute s'insinuait en elle ....s'était elle trompée ? fourvoyée ?
Un homme d'église , il lui aurait fallait en rencontrer pour guider sa reflexion , chahutée par la douleur et l'incompréhension. Mais ce n'est pas au sein de cette bande qu'elle en trouverait un et son livre des vertus , seul support tangible de sa Foi et de ses convictions , s'effeuillait au fils des kilomètres ...tout un symbole !

L'image de Hern allongé sur le sol hantait son esprit, et la distrayait de ses mystiques interrogation, parfois elle retenait quelques larmes ....Mais son caractère enjoué reprenait rapidement le dessus et l'espoir de le revoir, de nouveau le serrer contre elle ramenait le sourire sur son visage . Elle préférait vivre dans l'espoir fut il illusoire , plutot que de se morfondre et en mourrir à son tour.

Le groupe traversa la ville du Puy , Jeahne en profita pour chiffoner et jeter quelques feuilles de son livre au hasard de la route. Ils filaient , brides abattues vers Allais.

Ils atteignirent les environs de la ville au crépuscule, et firent halte en lisière d'une sombre et vaste forêt.
Plusieurs d'entre eux avaient manqués choir de cheval sous l'influence du sommeil qui devenait imperieux pour tous . Jeahne toujours bien calée entre les bras de son garde du corps ne risquait rien.
Alors qu'une fois de plus le taciturne l'aidait à descendre de cheval , Jeahne esquissa un sourire à son attention :

merci.......heuu merci qui au fait ?


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Contrairement à l’aller, où l’excitation de l’inconnu vers lequel cette nouvelle mission les menait, le voyage de retour vers le Manoir comblait l’esprit du Taciturne de souvenir de plus en plus vivace. S’il avait été habité d’un quelconque sentiment religieux, il n’aurait pas hésité à parler de pèlerinage. Bien que ce mot convienne parfaitement au quasi mysticisme qui le liait sa belle. Il s’était peu abandonné dans se vie mais cet abandon avait été total. Il priait secrètement tous les diables des enfers qu’elle soit indemne et qu’enfin ils puissent s’étreindre sans retenue.
L’impression désagréable qui le taraudait depuis leur départ de Clermont c’était estompée après le passage de la frontière. Si poursuivants il y avait eu ils n’avait probablement pas pu la franchir. Et pourtant au fur et à mesure qu’ils ralentissaient, ce sentiment refaisait surface.

Alais…

Souvenirs tenaces, physiquement douloureux, son regard se porta courtement sur sa main dont il avait récupéré une bonne partie de la mobilité à force d’exercices discrets. Souvenirs tenaces, émotionnellement et exceptionnellement doux, tendres et revigorants. Ses yeux à jamais fusionnés à son âme.

Seamus aida la templière à descendre de la monture qui les avait emmenés tout deux jusque là. Elle s’enquit de son nom. Relevant doucement la tête il plongea ses yeux dans ceux de la captive et dit d’une voix douce.

…Seam…us…

Bien que voulant se montrer paradoxalement aimable, son visage ne reflétait rien si ce n’est peut-être un certain désabusement. En effet la frontière avait été franchie et ils foulaient le sol languedocien. Homme de parole, Seamus se devait d’avoir une conversation avec son otage. N’avait-il pas fait une promesse trop rapidement, au mépris des règles de tout clan, de la hiérarchie, même s’il n’avait jamais pu considérer Cellene comme en faisant partie. Une partenaire, une complice, une alliée mais pas une chef en tant que tel. Seul le Maître pouvait prétendre occuper cette place et encore.
Il se tourna donc vers Cellene et la trouva fort occupée. Belle excuse que pour pouvoir décider seul.
Il prit la templière, dont il préférait ignorer le nom, par la main et la conduit un peu à l’écart du groupe. En penserait qui voudrait.

…assied toi…

Lui-même s’assit au sol, les jambes croisées devant lui, son faucon perché sur son avant bras. Il lui donna un morceau de viande séchée et le propulsa dans les airs. L’oiseau s’envola en poussant des cris plaintifs et désapprobateurs. Le Taciturne entama un long monologue d’une voix morne.

…pas été poursuivis…
…à toi de voir…
…pas prévue pour la Manoir…
…bonus pour le Maître…
…vaut mieux pas…

…pas d’armes…
…nous accompagne…
…jusqu’où tu veux…
…ou fuis…
…cette nuit…

Il plongea à nouveau son regard dans le sien et laissa un silence pesant s’installer entre eux.


_____________________________________________________________________________________

HERN

Ils les avaient observés un long moment, mais jamais jeahne n'avait été laissée sans surveillance plus de quelques minutes impossible de tenter la moindre des choses.

Il serait bien resté la nuit à guetter la moindre occasion, mais si celle ci ne se présentait ,il n'aurait pas dormis alors que le groupe qu'il suivait lui serait reposé.
A regret il s'était donc forcé à s'éloigner un peu, s'enroulant dans sa couverture, peinant à trouver le sommeil, inquiet de ce qu'il pourrait arriver à Jeahne , sa Jeahne sans qui il n'imaginait pas l'avenir.

Il était néanmoins moins angoissé , car il avait put constater qu'elle n'était pas mal traitée, juste retenue prisonnière, mais qu'en serait il quand le groupe atteindrait sa destination.

Au matin, il avait été réveillé par les bruits de préparation de la petite troupe, il les avaient laissé partir sans bouger, puis avait fouillé le campement, trouvé la page du livre avec la mot griffonné, sourit il se doutait qu'elle ferait cela, qu'elle savait que s'il était vivant il ne l'abandonnerait jamais.

Il avait donc repris la route suivant le groupe à la trace, maintenant une distance suffisante pour ne pas le perdre mais aussi ne pas être repéré.
Il fallait qu'il fasse savoir à la templière qu'il était là, en chevauchant il réfléchissait à la manière de le faire sans être repéré.

Il griffonna à son tour sur la page du livre, quelques mots
'je suis là, mais je suis seul, j'attends une occasion, garde courage et confiance, je t'aime. Hern.'

La page roulé en boule il attendit le moment opportun quand il pourrait s'approcher suffisamment près pour lui lancer, sans trop de risques de se faire voir ou prendre.
Il devait l'avertir, pour qu'elle garde l'espoir.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

Des jours, peut-etre même une semaine qu'elle chevauchait avec eux maintenant, au fur et à mesure, elle s'habituait à certains d'entre eux, commençant même à se dire que peut-être ce clan lui irait pour un temps si on l'emmenait là bas.
Seamus était full avec la prisonnière templière, ne s'occupant plus trop d'elle, ce qui la dérangeait bizzarrement, il la protegeait et plus elle, même si elle n'en avait plus vraiment besoin.

La vagabonde restait en retrait, en arrière du groupe comme toujours, et elle avait vu des pages blanches voleter de ci de là, mais n'en avait rien dit, après tout elle s'en moquait.
Son esprit vagabondait ailleurs, vers Montluçon depuis qu'il avait franchi la frontière du Bourbonnais.
Enfin ils s'arretaient, dans une foret, pour pas changer, la boss de becosse avait demandé des vigies pour la nuit.

Ali avait une idée derrière la tête et se porta donc volontaire, sans en ajouter plus, ajoutant juste qu'elle voulait "participer".
Seamus discutait avec la templière, s'avançant vers eux sans bruit, elle posa sa main sur l'épaule de son "geolier" qui n'en était plus vraiment un.

Va dormir, je garde ta prisonnière.

Son regard allant de l'un à l'autre, elle lui sourit étrangement en lui faisant un signe de tête.

Pas d'options autres

Poussant le taciturne vers un arbre auquel il s'adossa en ronchonnant discrètement, elle attrapa la templière par le bras et l'entraina vers le p'tit cours d'eau à l'opposé de la cheftaine.
La tirant vers le bas pour se dissimuler derrière un buisson, elle se mit à chuchotter à la jeune femme.

T'ecoute tu te tais, l'autre garde l'as pas été tué si j'ai bien entendu.
J'ai vu les pages que t'as laissé voler, fais gaffe quand même, seront pas dupes longtemps.
Te propose une chose, pars, maintenant, fuis, sont tous fatigués.

Lui tendant une dague qui lui était toute personnelle, elle lui colla dans la main sans lui laisser le temps de réagir.

Suis pas des leurs, suis pas tueuse ou ch'ais pas quoi, assome moi et part, prend mon cheval si tu veux.
Drette là !!!!

Alors qu'elle commençait à s'agacer, elle sentit le pommeau d'une dague s'abattre sur sa tempe, l'envoyant au doux pays des songes, sa tête heurtant le sol lourdement, elle n'était cependant pas certaine qu'il s'agisse d'un coup porté par la templière, tant l'action fut rapide.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 20 - Alais >>>> Dans la fôret   Sam 3 Sep - 20:13

SAMAEL

L'argenté avait tenu le coup, soutenant la belle azur par moment durant le voyage, calant parfois sa tête contre la sienne, tant pour la maintenir des cahotements du chemin que pour s'empêcher de sombrer aussi.
Lorsqu'ils avaient passés Mende, le regard de l'argenté s'était porté vers Divine, rapprochant son cheval du sien, tendant la main vers le ventre d'Ivy en lui caressant.

Souvenir...

Pas un mot de plus, à part un sourire enjoleur, et il s'était éloigné reprenant la tête du groupe.
Cellene s'était reveillée et, se rendant compte de l'état de fatigue des autres, s'était enfoncée dans la forêt pour prendre une pause bien méritée aux abords d'Alais.
descente fut faite, et l'azurée s'éloigna avec la mystérieuse Lupia, à priori pas pour une conversation de tout repos.

La vagabonde s'était proposée pour la garde, après tout pourquoi pas, si les autres, ou au moins certains lui faisait confiance pourquoi pas, elle avait l'air de prendre sa tache à coeur, isolant la templière en l'emmenant vers le ruisseau.
L'ensemble c'était preparé à passer la nuit tranquillement, calmement, mais toujours sur ses gardes, toujours à l'affut d'un éventuel poursuivant.
Seamus s'était isolé et Ivy aussi, de toute façon il attendrait d'être au calme pour lui parler, il attendrait le manoir, l'emmenerait à l'auberge pour rester en terrain neutre dans le meilleur des cas.

A son tour, il s'asseya adossé à un arbre, fermant les yeux, l'un s'ouvrant toujours de temps à autre par sureté.
Quelques heures déjà qu'il était ainsi installé, les lueurs de l'aube commençaient à poindre et il n'y avait aucune trace d'Alienor, balayant le campement du regard, il ne l'aperçu ni elle, ni la templière.

Hum... j'aime pas trop ça...

Certains n'avaient pas bougés, d'autres n'étaient plus à leur place initiale, heureusement que le bestiau n'était pas avec eux, il aurait eu peur un moment qu'il ait décidé de s'occuper de la voleuse.
Se redressant, il commença à arpenter le campement, à sa recherche.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

Tout le long du chemin, les deux jeunes amoureux avaient chevauchés cote cote, la nuit passée ensemble après le rabibochage avait été des plus agréables.
Plus le temps avançait, plus la puce s'attachait à Gus, elle en tombait même franchement en amour d'ailleurs.
La fatigue se faisait ressentir, et au fur et à mesure qu'il revenait vers le manoir, une boule se formait cependant au creux de son estomac, ils avançaient vers Béziers, vers l'endroit où son coeur s'était ouvert pour la toute première fois.
L'espace d'un instant, elle se dit que si elle en avait l'accord, elle irait récupéré Ressurection qui était restée là bas, et espérait ardemment que Gus l'accompagne.

Dans ses pensées peu joyeuses, elle suivit le groupe qui s'arreta enfin, attachant la jument qu'elle avait prise à un arbre.
Lasse du voyage, Anyanka sortit la couverture de sa besace et sans demander son reste regardant à peine ce qui se passait autour d'elle, elle se dirigea vers un buisson non loin de son ange gardien, invitant tacitement Gus à se joindre à elle, bien qu'il ne fut nullement nécessaire de lui préciser que sa présence était plus que bienvenue à présent.

Sans se faire prier, la puce s'allongea dans l'herbe et ferma ses yeux après s'être recouverte de sa couverture, s'endormant quasi instantanément.
Les lumières du soleil levant vinrent la réveiller quelques heures plus tard, s'étirant, elle se leva en mailleure forme, prête à reprendre la route et se dirigea vers sa jument pour l'emmener s'abreuver au ruisseau.
Tandis qu'elle en profitait pour se rafraichir, elle remarqua avec etonnement que la voleuse de chevaux s'était endormie au bord de la rivière.

drôle d'idée, mais après tout si une angine de poitrine ne l'effraie pas pourquoi pas.

Samaël pointa le bout de son nez peu de temps après, ne souhaitant pas rester trop proche de lui, elle rebroussa chemin une fois la soif de son cheval étanché et son visage nettoyé.


_____________________________________________________________________________________

GUS

Hé ben c’était pas trop tot. Le Gamin avait l’entre jambe en feu et c’était pas d’avoir suivi de trop près son amoureuse. Le canasson c’est pratique mais ca vous fiche des irritations partout à la longue. Il avait jamais fais un aussi long voyage le Gus.

Il descenda donc le plus vite possible de son cheval et alla l’attacher à un arbre. Il essayait que sa se voit pas trop quand il marchait mais il souffrait un vrai martire. La mignonne Puce alla s’installer pas loin du Taciturne et lui fit signe de venir le rejoindre. Il regarda étrangement la Taciturne. Ce mec devait vraiment avoir un problème avec les femmes. Maintenant c’était pas celle qui causait bisarrement mais l’autre qu’il avait gardé comme prisonnière pour lui tout seul. C’est clair que de se frotter contre quelqu’un pendant des heures ca crée des liens.
Oh et puis c’était pas ses oignons. Y avait bien mieux à faire et même si c’était pas encore le grand soir, rien que de dormir en serrant sa belle c’était déjà vachement bien.

Alienor (je sais plus si Gus connaît son nom mais on dira que oui) avait comme qui dirait jarté le Seamus de sa Dame Croix-Rouge. Héhé elle devait être jalouse la teigne. Bien fait pour sa poire au gars-qui-pronnonce-jamais-plus-de-trois-mots-à-la-suite.

Et puis on a déjà dit qu’on s’en foutait. Il se coucha tout à côté de sa meuf et il passa son bras autour d’elle. Et v’la ti pas que la salle bestiole a plume venait les emmerder. Seamus l’avait viré et elle devait chercher quelqu’un à faire suer. Et comme par hasard c’est le gamin et son amoureuse qu’il choisit. Oh mais ca allait pas se passer comme ca. Il faisait peut-être de plus en plus noir mais Gus était habile. Il s’appuya sur son coude et ramassa un beau cailloux bien dur. Il le lanca de toute ses force sur l’oiseau qui se recula. La pierre fi un grand plouf en tombant dans le ruisseau tout à côté. Sans se prendre la tete, Gus en ramassit un autre et le lanca tout aussi fort, un peu plus sur la droite. Ca fit un gros poc suivi d’un pouf comme si quelque chose glissait sur le sol. Gus ne se demanda même pas ce que c’était vu que l’oiseau avait plus envie de jouer et s’était cassé ailleurs.

Il se recoucha et embrassa sa douce Anyanka comme un dingue. Et pour une fois, vous me croirez ou pas, il resta bien sage. Même qu’il s’endormit comme un sac bercé par les mots d’amour que la Puce lui glissait dans le creux de l’oreille.

Le lendemain matin il se réveilla tout seul. Il ouvrit un œil et sourit. Il allait avoir un sacré bon réveil si personne ne venait les déranger. La Puce commencait à se laver la figure. Avec un peu de bol elle se laverait le reste aussi. Il se redressa pour regarder le spectacle. Et sans se cacher cette fois. Il était son officiel non ?
Puis tout d’un coup elle regarda sur le côté et se dirigea vers lui. Tant pis une autre fois surement.


_____________________________________________________________________________________

HERN

Il cherche toujours une solution pour faire un signe à Jeahne ,lui faire savoir qu'il est là, que lui ne l'a pas abandonné, qu'il fera tout pour la sortir de là.
Mais aucune occasion ne se présente, jusqu'à ce qu'une femme vienne remplacer celui qui depuis des jours reste à surveiller la templiére. Il n'en croit pas ses yeux elle l'emmène même à l'écart, l'éloigne du feu et donc de la lumière.

Serait ce sa chance? Au moins il peut voir de quoi il en retourne, discrètement il se glisse , fait un détour arrive en vue des deux femmes, sa garde lui parle à voix basse, il n'entend pas ce qu'il se dit.
Il s'approche encore un peu, s'il est découvert il pourra disparaître facilement dans la nuit.

Il est a quelques pas, étrangement la femme ne semble guère prêter attention alentour, puis soudain son coeur se met à battre follement, une courte lame vient de briller dans la nuit............
Sans plus réfléchir il bondit sa propre dague à la main, il frappe à la tête espérant que le coup suffira à assommer .

Le corps s'affaisse mollement devant lui , dévoilant Jeahne qui le regarde stupéfaite.
Echange de sourire rapide, les mains se joignent une seconde, besoin de s'assurer par ce contact même rapide que tout va bien.

Un doigt sur sa bouche, il lui désigne les armes de celle qui gît à leurs pieds.
Pendant qu'elle s'équipe en hâte, il regarde aux alentours, priant pour que personne n'ai rien remarqué, l'espoir fait battre son coeur dans sa poitrine à tout rompre, encore quelques secondes et ils disparaîtront dans la nuit , encore quelques secondes et elle sera sauvée.


_____________________________________________________________________________________

VERSUS

Ils chevauchaient depuis de longues heures, trop longues. Il était pourtant assez fort et résistant à la fatigue, mais là. Il lui fallait du repos, autant pour lui que pour son étalon. Il observa la belle Lu, à plusieurs reprises, il l'avait vu s'endormir et s'était rapproché d'elle. Il lui parlait autant qu'il le pouvait, lui expliquant ce qu'il s'était passé à son dernier réveil. Il avait vu la colère de la Belle. Une étincelle au fond des yeux, une flamme. La flamme de la vengeance sonnera à un moment ou un autre. Versus jubila intérieurement, il était curieux de voir comment la Belle allait s'y prendre avec le Gamin.

L'Azurée les amena hors de la route pour s'engouffrer dans les bois. Puis décréta qu'il était temps de s'arrêter pour dormir.

L'était temps
, songea-t-il. Il fit arrêté sa monture près de celle de Lupia, mais cette dernière fut attirée plus loin par la Belle Cheftaine. Sans demander, et avec un regard froid pour le Ténèbre. Ce qui lui fit haussé les épaules. Si elle croyait lui faire peur, elle se trompait fortement. Rien ou presque pouvait effrayer le Ténèbre. Il décida pour l'heure de ne pas s'en occuper. Il était trop fatigué pour se poser des questions de toute manière.

Il fit boire son cheval, puis s'assit au même le sol, contre un arbre. Il observa tout ce monde un moment, chacun se prépara à passer la nuit. Versus ne put tenir bien longtemps éveillé. Les bras croisés, une cheville posée sur l'autre, les jambes tendues et la tête légèrement baissée. Il rouvrit les yeux qu'au petit matin, tournant la tête à se faire craquer la nuque. Il s'étira de tout son long, puis se leva. Plusieurs s'étaient déjà levés et préparer. Versus n'eut besoin que de quelques minutes pour rassembler ses affaires. Certaines personnes s’agitèrent un peu trop, il les observa, sans rien dire. Avant de tourner la tête et regarder Lu. Elle avait du passé la nuit avec la belle Azurée. Il lui sourit légèrement, lui adressant un clin d’œil taquin.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 20 - Alais >>>> Dans la fôret   Sam 3 Sep - 20:14

SAMAEL

La gamine avait rebroussé chemin en le voyant arriver, grand bien lui en pris, qui sait sur une impulsion il aurait pu avoir envie d'une gourmandise fraiche et innocente, de surcroît non consentente, un réel délice pour résumer.
Samaël observa la croupe de la puce à qui les cahots de la foret donnait une démarche sans doute plus chaloupée qu'elle ne le désirait, soulignant ses formes mi-femme, mi-enfant si... appétissantes.
Revenant à ses moutons en secouant la tête, pour sortir de son esprit les idées salaces qui le traversaient, il se rapprocha du ruisseau, profitant d'y être pour s'éclabousser le visage et se rafraichir, s'acroupissant avec moins de difficultés qu'il ne l'aurait fait sans l'onguent de Kaerven.

S'ébrouant le visage, l'ange déchu tourna la tête vers la droite, fronçant les sourcils, il venait de trouver ce qu'il cherchait, se redressant rapidement, l'argenté se dirigea vers le buisson d'où dépassait des jambes de femmes.
Contournant les branchages qui lui obstruait la vue sur le corps étendu dans les feuilles mortes, il put reconnaître la voleuse de chevaux, inconsciente.

Je savais que quelque chose clochait !!!

Se rapprochant du corps inerte, il s'agenouilla, soulevant délicatement la tête d'Alienor en la maintenant par la nuque, elle semblait vouloir s'éveiller, mais quelques gifles l'y aideraient surement.
Sans violence, il lui soufflotta le visage pour la faire revenir à elle, l'asseyant au fur et à mesure de son réveil.
Instinctivement elle porta sa main sur l'arrière de son crane, Samaël ne mit pas longtemps à comprendre ce qui c'était passé ici.

Où est la templière ?

La question était nette et précise, cependant la vagabonde ne semblait pas la comprendre, et lui expliqua qu'elle était en train de lui parler en la menant au ruisseau et qu'après plus rien si ce n'était ce mal au crane qui la lançait.
Ni une, ni deux, l'ange déchu releva l'imbécile qui avait perdu l'otage, se disant qu'elle avait du être secourue, que la peronnelle n'était pas assez gourde pour s'être fait assomer par la templière.
Quelqu'un les avait suivi pour la libérer, et rien ne disait que d'autre n'était pas dans le coin.

Rapidement il rejoignit l'ensemble du groupe, comme de bien entendu, le cheval de la voleuse n'était plus là non plus.
Tant qu'à faire, la prisonnière avait choisi de se l'accaparer, l'argenté ne put s'empêcher de porter un regard plein de suspicion sur Alienor, comme par hasard c'était elle qui se faisait connement assomée et c'était son cheval qu'on dérobait, Samaël n'était pas un fana des coincidences, il était bien rare qu'elles existent dans ce genre de situation.
Raliant le groupe, il se mit à donner des ordres sans avoir consulté Cellene, mais l'heure n'était pas à la bienséance, ils avaient été suivi, il fallait bouger et vite.

Allez on se bouge tout le monde, l'otage s'est fait la malle en piquant un cheval, et elle a surement pas fait ça seule !!!
On était suivi, donc on dégage de là et rapidement.

Laissant à peine le temps à Seamus de se réveiller, il s'approcha de lui suivi de près par la voleuse, se penchant sur lui pour lui parler.

Ta nouvelle compagne de route !!! garde là à l'oeil, à mon avis elle n'est pas étrangère à la fuite de la templière à vous de vous arranger !!!

Sans attendre davantage, Samaël enfourcha le cheval de Cellene, lui attrapant la main pour la hisser devant lui, enroulant un bras à sa taille prenant les rennes d'une main.

Pas eu le temps de vous consulter y'avait urgence

Le ton donné était loin d'être douceureux comme à l'habitude, l'ancien chef de clan reprenait le dessus, n'en déplaise à qui voudra, mais qu'on vienne lui redire une fois saufs au manoir.
La monture fut talonnée sans ménagement et le groupe de cavaliers reparti en galopant pour encore quelques jours de chevauchée et quelques nouvelles étapes avant de retrouver le confort de l'antre de La Main Noire.


____________________________________________________________________________

LOON

Loon revint vers la foret. mais, là où des loups auraient du l'attendre se trouvaient... des gens. en nombre et en force.
heureusement, ils ne la virent pas(ses talents de marchombres lui avaient encore servis).
marchant silencieusement vers le camp, son esprit fut envahit par une grande colère. la jeune fille aux cheveux blancs et la mèche noire en fut tellement désarçonnée que, par un malheureux hasard, elle fit un faux pas, et une feuille glissa. loon retint son soufflepourvut quepersonne ne l'eu entendue...


_________________________________________________________________________

JEAHNE

Alors que la jeune femme lui tend sa dague , une ombre surgit , assène un coup sur la tête de celle qui est en train de l'aideret qui s'effondre à ses pieds.
Jeahne recule sous la surprise , laisse tomber la dague .
Mais l'ombre reprend visage ...Hern ..c'est lui ..
vivant .
Jeahne se fenderait bien d'une prière à Aristote mais ce n'est pas vraiment le moment , sourires échangés suffisent à tout dire , avant même que les mains se joignent .
Jeahne reprend la dague , et doucement sans lâcher Hern le suit jusqu'à son cheval qu'il a laissé un peu plus loin .
Aucun bruit dans le camps des ...des quoi au fait ? Jeahne n'en saura sans doute jamais davantage ..
Profanateurs impies ...c'est tout ce qu'elle sait d'eux et un nom : Seamus.
Une fois enfourchés le cheval , elle se serre contre Hern et lui chuchote doucement :

J'aurai bien fendu un ou deux crânes avant de partir mais je n'ai plus mon épée .haaa...au fait ....je t'aime toi bien que tu m'ais fait peur .
Je t'ai bien cru mort.

Le cheval galope à travers la nuit noire du Languedoc , filant vers le Nord ...vers chez eux .
La tête de Jeahne s'affaisse doucement sur le dos de Hern , ses yeux papillonent et se ferment alors qu'elle murmure dans un petit souffle qui s'éteint car elle sommeille presque:

dis ...tu me raconteras ?
...sont où les templiers ....?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 20 - Alais >>>> Dans la fôret   

Revenir en haut Aller en bas
 
20 - Alais >>>> Dans la fôret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Ferté Alais 22/05/2010
» Racisme dans WOW
» [RESOLUE]Importer des images dans Little Big Planet
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: