Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 21 - Nîmes >>>> La maison perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 21 - Nîmes >>>> La maison perdue   Sam 3 Sep - 20:15

SEAMUS

Quelque part dans la forêt bordant Alais

Etrange réveil que celui du Taciturne ce matin là. Etait-ce l’approche de leur destination finale, le fait que la voleuse avait pris son relais auprès de la prisonnière, mais cette nuit là Seamus était enfin parvenu à lâcher prise et à se laisser submerger par un sommeil réparateur.

Il eut grand peine à émerger mais se sont les invectives de Samaël qui le sortirent de sa torpeur. Il ne comprit pas tout de site ce qui c’était tramé cette nuit là. Et pourtant il ne s’était rien passé d’autre que ce qu’il avait escompté. Il comprit à peine ce que l’Argenté lui souffla avant de repartir remuer les autres endormis. Il regarda Aliénor avec un air plus qu’interrogatif.

…moment…

La jeune femme resta toute penaude et hésitante, une grimace douloureuse rivée à son visage, tandis que Seamus se dirigea vers le petit ruisseau dans lequel il plongea la tête en maintenant son bandeau en place. Les idées un peu plus claires il regroupa ses effets et monta en selle. Il tendit la main à la voleuse et l’aida à le rejoindre sur l’animal qui fut cause de leur rencontre. Le voyage de retour était vraiment étrange.

Les comparses chevauchèrent en rang serré, leurs montures faisant voler des mottes de terre sur leur passage, laissant effrayés ou circonspects les rares voyageurs qu’ils croisèrent. Entourant Aliénor d’un bras puissant, Seamus discuta avec elle au tout début du voyage, si l’on pouvait qualifier ces échanges monosyllabiques de discussion. D’autant que les propos d’Aliénor n’étaient guère éclairant quant à la fuite de la templière. Le reste du voyage se passa dans un mutisme quasi complet.

Le soir tombait brusquement à cette saison et Seamus et ses compagnons eurent juste le temps de trouver un endroit calme pour passer la nuit avant que la pénombre ne recouvre les environs de Nîmes de son épais manteau nocturne.

Dans le verger abandonné

Ils trouvèrent refuge dans un épais verger abandonné. Afin de vérifier la sécurité de l’endroit, le Taciturne pénétra dans un véritable maquis. Il y avait bien longtemps que la main de l’homme n’avait façonné ces pommiers, pruniers et autres poiriers qui s’enchevêtraient l’un à l’autre rendant l’endroit quasi impénétrable. Un peu plus loin, une bâtisse en ruine semblait en cours de rénovation. Ils ne l’approcheraient pas. Moins ils rencontreraient d’autochtone et mieux ils se sentiraient.

Seamus rejoignit le groupe et se porta lentement à hauteur de Cellène que ne quittait plus sa Peste attitrée. La cheftaine semblait avoir réintégré les fonctions que Samael lui avait subtilisées dans l’urgence de la découverte de la disparition de la templière et des conséquences qui risquaient d’en découler.

…sécure…
…ici…

Bien que laconiques, ses mots furent entendus de tout un chacun et le petit campement discret fut mis en place rapidement. Certains, comme le Gamin, retrouva les bras de son aimée, d’autres comme Kaerven évitèrent soigneusement d’affronter leurs insupportables démons.

Seamus vint s’asseoir aux côtés de la Poison, de l’amie qui lui avait grandement manqué. L’heure n’était peut-être pas aux longues explications, mais un brin de papotte ne serait pas pour lui déplaire tant qu’elle ne le poussait pas à s’époumoner dans des phrasés à rallonge.


_____________________________________________________________________________________

KAERVEN

Une première halte avait été faite aux alentours d’Alais. La fatigue prenant le pas, il s’était assoupi. Le réveil ne fut pas ne douceur la templière avait mis les voiles. Kaerven avait un moment espéré une traque, mais Samaël en avait décidé autrement. Ils durent lever le camp dans l’urgence pour une chevauchée nocturne. Afin de prévenir à une éventuelle poursuite, et de mettre de la distance. Chaque foulée les rapprochaient du Manoir. Bientôt ils seraient chez eux. Kaerven se languissait de cet instant. Après son altercation avec le Poison, il avait besoin de quiétude. Il firent halte dans ce qui semblait être un verger à l’origine mais les années de jachère avaient conduit la nature à reprendre ses droits.

Il mit pied à terre et conduisit sa monture pour qu’elle puisse se restaurer. Il la descella et l’étrilla un peu. Il lui avait demandé énormément ces dernières semaines, et le remercia de son endurance, exprimant sa gratitude en lui flattant l’encolure. Du coin de l’œil il vit Seamus allé auprès d’Ivy. Au moins comme cela il serait tranquille un moment, elle ne viendrait pas lui pourrir la vie. Il se mit en quête d’un endroit pour s’y reposer un peu, non sans avoir prit une sacoche avec lui.

Il s’assit dans un endroit un peu moins touffu. Une jambe repliée devant lui , il posa son bras dessus, sortant quelques morceaux de viande séchée dont il fit son repas afin de reprendre un peu de forme. Avec le voyage son goût était devenu fade et insipide. Il se nourrissait presque sans appétit tant l’épuisement l’affectait. Il prit ensuite une outre et but de grande gorgées d’eau fraîche. Cela lui procura une sensation douce tel un élixir de jouvence, le délassant, le régénérant un minimum. Il commença enfin à se détendre, il jeta un coup d’œil aux autres qui s’affairaient eux aussi. Il s’enroula alors dans une couverture, et laissa Morphée l’emporter dans l’abîme de ses ténèbres. Une nuit sans rêves, comme à son habitude…


_____________________________________________________________________________________

LUPIA

Alors il avait osé le freluquet, et elle qui commençait à le trouver attachant, il allait le payer cher. Elle ravala sa colère, c'était pas le moment. Elle aurait tout le temps de se venger une fois au manoir. Elle chevauchait aux côté de Versus, et échafaudant mille plan les plus cruelle les uns que les autres pour sa vengeance.

Sa Belle l'attira dans un coin sans ménagement. Ce qu'elle était excitante quand elle était furax.

Tu comprends pas pourquoi, je t'ai regarder de travers? Je savais que tu allais être heureuse quand le blanchâtre allait réapparaitre, mais de la à me mettre au rebut, t'exagère quand même. Tu as le droit de t'amuser, je n'ai jamais dit le contraire, d'ailleurs moi je compte bien profité de Versus. Mais t'a pas intérêt à m'oublier. Et puis entre nous, je me demande ce que tu lui trouve à l'autre gueule d'emplâtre. Y a quand même mieux au Clan.

Elle lui sourit et lui fit un clin d'oeil complice.

J'espère au moins qu'il est mieux pourvu que ce qu'il laisse paraitre.

Sans lui laisser le temps de répondre, elle la bâillonna d'un baiser vigoureux.

Au petit matin, Samaël paraissait plus que nerveux et c'est lui qui bougea le groupe pour reprendre leur route. Lupia reprit la chevaucher aux côtés de Versus, satisfaite que les choses se soient arrangées avec sa Belle. Une fois arrivé à Nîmes, tous dressèrent le camp pour la nuit, dans l'habitude silence qui enveloppait le Clan. Lupia installa son lit juste à côté de celui de sa Belle, rien que pour prouver à Sam qu'elle n'était nullement impressionnée par sa présence et qu'elle n'avait pas l'intention de la lâcher si facilement.

Elle s'aperçut que Versus n'appréciait pas. Ce qu'il serait jaloux... Parfait!


_____________________________________________________________________________________

IVY

Une route qui n’en finissait plus, Ivy en avait plus qu’assez de voyager. Un périple pour une vengeance qu’elle n’avait même pas pu assouvir pour son ancien maitre plus que l’homme dont elle s’était éprise pour la première fois de sa vie était l’ennemi. Elle était partie sans un mot pour lui, il devait la chercher probablement à l’heure qui l’est. Jamais il ne la retrouverait et c’était aussi bien ainsi sinon elle devrait le tuer malheureusement. Ensuite à peine de retour au manoir qu’elle avait du en repartir sous les ordres du nouveau remplaçant. Elle en avait plus que marre oui… et voilà qu’elle s’était rendu là et qu’elle s’ennuyait à mourir. La belle Lupia aussi venimeuse que le pire des serpents, Kaerven le loup qui la dévorerait sans merci, et cette petite poufiasse pas plus haute que trois pommes qui la dévisageait au moindre battement de cils. Et tout cette compagnie lui tapais déjà sur les nerfs fallait en plus qu’elle tombe dans la même mission que l’argenté. Elle soupira, pas possible d’être aussi maudite. Et ce chemin qui n’en finissait plus… pas moyen de se reposer que à peine à l’aube fallait encore repartir et cela durait depuis des mois pour elle.

Lorsque l’argenté décida en ce beau matin au abord d’Alais que le départ sonnait parce que la captive s’était fait la malle. Le poison perdit sensiblement la tête. Il se prenait pour qui celui là ? Ce n’était pas Cellene qui donnait les ordres ? Elle savait bien qu’il fallait mieux éviter de lui chauffer les oreilles à celui là, que lorsqu’il perdait les pédales c’était loin d’être amusant, quoique, elle s’était bien amusé finalement avec lui la dernière fois. Avait possiblement tenté le diable mais elle était toujours en vie. Elle obéit tout de même en apparence, monta sur son cheval et passa à sa hauteur.

L’altesse a parler, faut obéir à ce que je vois. Les bonnes manières te font toujours défaut. Les bonnes choses ne changeront jamais… Et le s’il vous plait ?

Elle le gratifia d’un sourire moqueur comme seulement elle savait le faire et sans même attendre une réponse enragée, le savait-elle, elle conduisit son cheval vers celui de Seamus qui s’était mis également en route vers la prochaine destination. Elle savait qu’il désapprouverait sa façon d’agir, mais la connaissant mieux que quiconque dans ce clan avec la belle rousse, il ne lui en tiendrait rigueur. Elle lui tapa un de ces divins clins d’œil souriant toujours. Occupé pour l’instant, le taciturne se concentra plus sur la voleuse que sur elle, cela lui allait très bien. Elle chevaucha à leur coté jusqu’à la prochaine halte dans un petit verger à la déchéance.

Elle attacha son cheval et s’assoya sous un arbre qui avait du être un pommier ou quelque chose s’y rapportant mais pour le moment tout était plutôt mort en cette saison premièrement mais il semblait abandonner qui plus est. Seamus ne tarda pas à venir la rejoindre, cela ne lui annonçait rien de bon mais sa présence était toujours pour elle aussi chaleureuse. Elle le laissa prendre place à ces cotés, un sourire aux lèvres.

Hum… tu n’es surement pas là simplement pour voir mon ecchymose sur mon cou je me trompe ? Que veux-tu savoir mon ami ?

C’était bien une des seules personnes qu’elle appelait comme cela. Elle en comptait peu, soit parce qu’elle était une vrai garce et s’assumait pleinement ainsi, soit parce que elle détestait la majorité des gens mais pour Seamus et Xandrya c’était différent.

_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Une mise au point, des mots lancés ironiquement, l'Azurée écouta sa belle, haussant légèrement les épaules sous ses mots. Elle tenta de rester aussi calme que possible. La Peste le critiquait, mais Cellene ne disait rien concernant l'homme qui ne cessait d'être collé aux magnifiques miches de sa douce. Cellene secoua vaguement la tête, exaspérée par ce discours. La jalousie de sa Peste était presque comique, si Cellene n'était pas aussi anxieuse et nerveuse, elle en rirait. Mais là, la fatigue, la sensation d'être crade ne favorisait pas son humour. La Peste l'embrassa avec fougue sans même lui laisser le temps de répondre à ses mots. Et puis à quoi bon en rajouter après tout.

L'Azurée ne savait plus ou se mettre pour dormir. Avec sa belle, ou avec le Bel Argenté? Gros dilemme. Mais elle opta pour se poser à un endroit et à voir qui viendrait. Elle n'eut le temps de voir quoi que ce soit, que le sommeil l'emporta rapidement. Au petit matin, l'Argenté agitait tout le monde, rapidement, en colère, nerveux. Enfin des sentiments que Cellene ne put comprendre sur le moment. Il donnait des ordres, une nouvelle fois, il avait prit le dessus, prenant les rennes du groupe. Cellene s'apprêta à lui fermé son caquet quand elle comprit que la templière s'était évadé, à cause de la vagabonde. Elle fronça les sourcils, serrant les dents, elle contint sa colère et grimpa sur son cheval avec Samaël. Il lui murmura quelques mots, d'un ton sec et ferme. Finit la douceur de sa voix, finit les petites excéptions que l'Azurée avait eu le droit depuis la libération de l'Argenté.

Tous reprirent la route, le Poison vint même pendant la route, jetter son venin sur l'Argenté. Un rictus amusé sur les lèvres de l'Azurée se dessina. Elle observa le Poison, la première à l'avoir accueillit au Clan, si gentiment qu'il ne semblait pas être dans ses habitudes. Elle lui adressa un clin d'oeil alors que la belle Poison s'éloigna, ne laissant pas le libre court à Sam de répondre. Elle le sentit même se raidir un peu. Cellene se recula sur la monture, se collant contre lui, posant une de ses mains sur la sienne qui tenait les rennes. L'Azurée resta des plus silencieuse pendant le long du voyage, tentant de ne pas s'endormir.

Ils arrivèrent près d'un verger et décidèrent d'y passer la nuit. Cellene descendit de son cheval suivit de l'Argenté. Elle observa le groupe s'installer, toujours dans le même silence. Puis la colère de l'Azurée étant redescendu, elle s'approcha de Sam par derrière, posa une main sur le haut de son bras et se glissa devant lui. Elle le regarda un instant, puis s'approcha et lui murmura simplement.

Merci... d'avoir prit la tête du groupe pour nous faire partir...

Elle le gratifia d'un clin, avant de déposer un délicat baiser sur les lèvres. Elle attendit de voir sa réaction, s'il s'était adoucit avec le voyage. Pendant que sa belle installa son lit près du sien.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 21 - Nîmes >>>> La maison perdue   Sam 3 Sep - 20:16

BIBOUNE

la maison commençait a reprendre vie petit a petit.
Les travaux que biboune avait fait afin de rendre la maison plus agréable a vivre le satisfaisait pleinement. A part quelques herbes folles qu'il laissa tranquille, les parterre fleuris étaient prêt attendant que le printemps soit là pour commencer a fleurir et d'égayer de diverses couleurs chatoyantes son habitat.

La journée avait été rude et biboune monta dans sa salle d'eau.
Il remplit avec de l'eau chauffée le bassin qu'il avait construit lorsque Mephis habitait encore la demeure et se glissa dedans avec lenteur.
Il prit auparavant le carré de savon qui se trouvait sur l'étagère et une grande serviette afin de se sécher une fois son bain terminé.

Biboune se savonnant, fredonna une petite chanson qui lui était restée en tête toute la journée...

"Belle qui tiens ma vie Captive dans tes yeux,MMMmmMM
MMMmmmmMM Qui m'as l'âme ravie D'un souris gracieux,
Viens tôt me secourir Ou me faudra mourir.....mmmmMMMmmm

Pourquoi fuis-tu mignarde Si je suis près de toi, MMMmmmmMM
Quand tes yeux je regarde Je me perds dedans moi MMMmmmmMM
Car tes perfections Changent mes actions."

Le bain fini, Biboune retira le bouchon qui obstruait le conduit d'évacuation, qui eut pour effet de vider le bassin, et par un jeux de tuyaux savamment disposés arroser les différentes parties de ses cultures.
Biboune se sécha et s'habilla de vêtement propres.

Se penchant par la fenêtre, il admira un instant le clair de lune, cru entrapercevoir des mouvements dans le fond du jardin...

Qui pouvait s'être perdu a une heure aussi tardive.....
_____________________________________________________________________________________

ANGELIANA

Angeliana s’était préparée toute l’après-midi … Un sac en toile fut prêt pour cueillir des Framboises même si ce n’était point le moment ..
Elle enfila son châle de laine , sortit de chez elle en souriant et se dirigea vers chez Biboune …

En chemin elle croisa plusieurs connaissances à elle .. Le chemin était long pour y arriver .. Angeliana se rappelait le jour où elle était venu voir Méphis … une montée à franchir pour y arriver... Maintenant qu’elle était enceinte,c’était une autre histoire ..^^

Angie se rapprochait des sous-bois .. Il lui semblait entendre des murmures .. Voir des ombres .. Peut-être n’était-ce qu’une illusion…
Un frisson parcourut son corps .. Elle avança tête baissée, les mains sur son p’tit bidon et avança droit chez Biboune, le sac-en-toile à la main ..

Bon.. Je l’ai attendu toute la matinée pour cueillir des framboises … maintenant à moi de le sortir de chez lui
pensa-t-elle

Angel plaça sa main sur la porte .. Prête à tocquer mais elle entendit fredonner à l’intérieur .. Curieuse comme pas deux, elle colla son oreille à la porte en souriant et reconnaissant les paroles ..
Un léger fou rire vint .. Et repensa à la discussion de la veille …
Les minutes passèrent, elle attendait dans le froid , avec ce frisson qui l’animait encore ..
Puis elle se décida à frapper en disant légèrement:

Bonjour Biboune, tu chantes bien dis donc... Pourrais-tu m’ouvrir qu’il fait froidure ici ..


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

La route et la galopade qui y fut associée se déroula sans encombres majeures, Seamus discutant avec la voleuse que l'argenté gardait à l'oeil et avec qui il comptait bien avoir une discussion.
Penser à la vagabonde, lui permettait de ne pas penser à Divine qui n'avait rien trouvé de mieux que de le provoquer au départ d'Alais, chance pour elle qu'il était bien plus préoccupé par le départ de tous sains et saufs de là, sans quoi il aurait entrepris de terminer ce qui avait été avorté dans la chambre du poison.

Cellene semblait distante, sans doute n'avait-elle pas apprécié qu'il prenne la direction du groupe, mais ceci fut de courte durée, et elle se colla bientôt de nouveau à lui.
L'entourant d'un bras vaillant, et tenant les rennes à deux, ils chevauchèrent jusqu'à ce que le taciturne parte en éclaireur avec Aliénor, revenant après avoir trouvé un endroit calme pour passer la nuit.
Il était vraiment temps qu'ils arrivent les frimas de l'hiver se faisait de plus en plus cinglants et l'abri d''arbustes risquaient d'être léger, dommage qu'une lumière de bougie soit animée dans la maison à quelques entournures, ils auraient pu s'y entasser l'espace d'une nuit.

Cellene descendue de cheval, il en fit de même, fouillant les sacoches pour y trouver couverture et repas lorsqu'il la sentit venir se coller à lui, ronronnant presque avant de le contourner pour lui faire face.
Rivant son regard d'or au sien bleuté, il écouta les mots de l'azurée, elle le remerçiait, s'était bien étonnant, mais après tout il ne la connaissait pas vraiment.
Inclinant la tête après qu'elle lui eu offert un baiser, il se pencha à son tour pour lui rendre un baiser.

Pas de merci, ce n'est pas nécessaire

Se saisissant de son menton, il lui fit un clin d'oeil à son tour avant de l'embrasser.

Il eut été dommage qu'il arrive quoique ce soit à un si joli minois

S'éloignant il laissa l'azur retourner vers sa douce, alors qu'il se dirigeait vers la vagabonde qui s'était faite discrète jusque là, laissant le poison et le taciturne en tête à tête.
La saisissant calmement à la taille, il l'entraina vers les tréfonds du verger en jachère pretextant de l'aide pour cueillir des fruits ou ce qu'ils trouveraient pour le reste du groupe.
Arrivant hors de vue, s'étant suffisament enfoncé dans les méandres des arbustes, il fit violemment pivoter la donzelle, la calant fort contre lui, la bloquant d'un bras contre son buste, la main de l'autre se portant à la gorge frêle de la voleuse.

Il nous faut parler très chère, vous ne me ferez pas croire que la fuite de la templière est une "erreur", surtout quand elle prend "VOTRE" cheval.
POURQUOI ?

Samaël aimable, Samaël "obéissant" n'était plus, le combattant, ancien chef de clan était de retour et comptait bien obtenir réponse de grè ou de force, s'octroyant peut-être un bonus avec de la chance.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

La vagabonde s'était trouvé réveillé par son sauveur du parvis, Samaël si elle se souvenait bien, quand il compris ce qui c'était passé, il la tira rapidement l'embarquant vite fait bien fait.
Elle était ben amanchée, il semblait pas dupe de la fuite de la templière et la jeta au taciturne lui demandant de la prendre avec elle.
Un sourire étrangement timide, elle monta en selle avec Seamus sans dire rien, lorsqu'il passa le bras autour d'elle, un sentiment tout autre s'empara d'elle que l'appréhension du regard de l'argenté, plutôt une chaleur certaine s'emparant de son corps.
Son ancien geolier, ou nouveau selon ce qui c'était murmuré à l'oreille, lui faisait un drôle d'effet, ce mystère envoutant qui l'entourait lui collait une chair de poule franchement, il était vraiment canon.

La route s'enchaîne à vitesse folle, quelques mots puis presque plus rien mais son contact... mmmm... à se demander si elle avait pas le kick pour lui.
Après être parti en avant, ils découvrirent un verger abandonné, Seamus sembla content de sa trouvaille et revint pour l'indiquer aux autres qui s'empresserent de le suivre pour s'y poser pendant la nuit.
La femme qui les avaient rejoint à Aurillac, s'approcha du taciturne, discrète, Ali s'eclipsa, ils semblaient se connaître et elle n'avait pas envie de se sentir de trop.
Adossée contre son sac de voyage, occupée à regarder un courrier qu'elle avait pris chez Nehwin, n'y comprenant de toute façon pas grand chose vu le peu qu'elle savait lire, elle la remis rapidement dans son sac en voyant l'argenté s'approcher d'elle.

Il lui demande de la suivre pour cueillir des fruits, perplexe elle finit par croire qu'il a pris un coup de trop sur le crane, des fruits en c'te saison.
Mais pas bien le choix, le regardant, ainsi que le bras qu'il passe lascivement autour de sa taille, elle le suit dans les recoins du simili verger.
Soudainement, Samaël la fait virevolter comme un malade la collant à lui en la bloquant de son bras, pas bien grande, Ali redresse la tête et foudroie du regard Blanche neige.
Il se met à la crosser de mots, lui causant de la templière, il savait, il avait compris mais elle comptait pas pour autant lui dire quoi.

A cause ?

Ali était pas du genre à se laisser faire et c'était pas aujourd'hui que ça allait commencer, et l'argenté s'y prenait pas de la bonne façon.

Tu veux je te cause de quoi câlice !?!?!?!

Pas trente six soluces et pourtant, elle se permettait de lui répondre, réaction à la limite de l'inconscience.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Le regard ambré, la voix déterminée, la réponse de la voleuse ne font qu'accroître le sourd tambourinement dans ses tempes, celui de son sang qui cogne à n'en plus finir dans ses vaisseaux, résultat de l'impatience et de la colère qui s'emparent de lui.
Les mots qu'elle articule sont à la limite du compréhensible, s'il n'était des intonations, Samaël n'aurait surement pas saisi le sens de la phrase qu'elle lui crachait au visage.
Les doigts sur sa gorge se ressèrent dans une étreinte fort peu agréable pour la jeune femme, alors que le visage de l'ange déchu s'approche de celui de la belle.

Ne cherche pas à m'engrener avec tes expressions à la noix... tu l'as aidé à fuir je le sais, maintenant je veux savoir pourquoi ?
siffle t-il sur un ton glacé entre ses dents.

Un réflexe, une envie, une pulsion, l'argenté colle ses lèvres à celles de la vagabonde, fouillant sa bouche de sa langue insidueuse sans retenue aucune.
Achevant l'intrusion buccale, Samaël penche la tête en observant la donzelle, d'un regard concupiscent et le sourire narquoi aux lèvres.

J'attend, "Aliénor"...


_____________________________________________________________________________________

VERSUS

Les deux femmes discutèrent, s'embrassèrent, se collèrent l'une contre l'autre à en donner l'envie de les prendre toutes les deux. Versus les observa du coin de l'oeil. Un oeil salace, mais jaloux. A plusieurs reprise, le Ténèbre dut se reprendre, soupirant doucement. Pendant toute la chevauchée, Versus était rester auprès de Lupia, qui semblait bien pensive, peut être préparait-elle un coup pour se venger du Gamin. Allez savoir! En tous cas il la trouva craquante ainsi pensive. En plus, elle serrait la mâchoire par moment, Versus ne put qu'hausser un sourcil.

Le Ténèbre descendit de sa monture, près d'un verger. Il se prépara à passer la nuit, jusqu'à ce qu'il découvre que la Belle Lu avait décidé de se mettre à côté de la Belle Azurée. Versus observa la scène, haussant vaguement les épaules. Au moment ou la Belle Lu se tourna pour le regarder, Versus s'empressa de donner le change en s'occupant de son étalon. Il put remarqué que l'homme au cheveux blancs amènait Alienor dans un coin. La scène se fit violence, faisant froncé les sourcils au Ténèbre. Il avait peine à supporter qu'on puisse tenter de faire du mal à une femme. Trop de mauvais souvenirs refaisaient systèmatiquement surface. Des images violentes, de Sa Perle, de son ancien groupe, de son ancien mentor qu'il avait tué. Versus secoua un peu la tête, voulant chasser ses images, restant bien concentrer sur le pseudo "couple". Samaël embrassait avec rage Alienor, mais était-elle vraiment consentante?

Versus, ne souhaitant pas attendre plus longtemps, s'approcha du couple, les deux bras le long du corps, prêt à sortir sa lame, s'il le fallait. Il se mit à leur hauteur, serrant les dents quand il vit cette main entourer le cou de la Belle. Ne connaissant que trop bien ce genre de personnes, leurs réactions pouvaient être voraces, Versus plongea son regard flamboyant dans les yeux de l'Argenté.

Un blème??

Sa voix tonna, puis il lança à nouveau.

Drôle de manière... envers une femme...

Il tourna les yeux pour regarder la vagabonde, gardant quand même un oeil sur l'homme aux cheveux blancs. Il posa une main sur le bras de la Belle pour l'attirer à lui et tenter ainsi de faire lâcher prise à Samaël. Rien que pour lui démontrer qu'il ne le laisserait pas faire comme il le souhaite.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 21 - Nîmes >>>> La maison perdue   Sam 3 Sep - 20:16

ALIENOR

La vagabonde avait pris le risque, elle n'aurait pas du, la pression autour de son cou et de son buste augmenta davantage avant que la voix menaçante de l'argenté ne s'eleve à quelques centimètres d'elle, pouvant sentir son souffle sur elle.
Aliénor cherchait à se sortir de ce carcan quand il viola sa bouche d'une langue curieuse et vicieuse, ne donnant pourtant pas le change, il sembla y prendre un plaisir certain.
Comme un rien elle l'aurait crossé ou lui aurait mordu la langue, Ali s'apprétait à planter ses doigts dans la cuisse meurtrie quand une seconde voix masculine se fit entendre.

De dieu... vont s'y mettre à deux...

La tête de la voleuse pivote tant que faire se peu avec l'emprise de Samaël sur sa gorge, découvrant Versus qui n'a l'air pas bien heureux de la scène qui se déroule.
Son regard va de l'un à l'autre, les échanges entre les deux pourraient former des éclairs si la physique le permettait.
Son bras est saisi malgré le bras de l'argenté qui l'entoure, tirant dessus pour essayer de la sortir de là.

Bonne idée, mais va finir par me le dégointer si y continue de tirer alors que Blanche neige lache pas.

Alienor n'ose trop rien dire devant ce combat de coq dont elle semble être le trophée, la galère continue...
Tout file vite dans son esprit, que faire, comment et quand ? La main sur sa gorge n'est que trop serrée pour réussir à s'en défaire, un regard se porte vers Versus pour qu'il cesse de tirer autant sous peine de lui dégointer l'épaule, regard reconnaissant mais inquiet.


_____________________________________________________________________________________

BIBOUNE

Entendant que l'on frappait a sa porte, Biboune descendit de l'étage de la demeure pour se rendre au rez de chaussée.
Biboune reconnu la voix d'Angie et ouvrit la porte avec un soupçon d'empressement.

Angie se tenait là dans l'encadrure de la porte de la demeure, Biboune la regarda quelques secondes, lassant son esprit divaguer et se ressaisit lorsqu'il pensa qu'il n'avait toujours pas fait franchir le pas de la porte a Angie.
Alors d'un air un peu gêné Biboune dit a Angie.

Entre Donc ne reste pas là comme cela tu vas attraper la mort.

Biboune fit entrer Angie et referma la porte derrière elle avec soin et sans claquements d'aucune sorte.
Il la débarrassa de son sac et de son châle en laine avant de la conduire jusqu'au divan qui se trouvait devant l'atre et se tourna vers Angie.

Assied toi je t'en prie, met toi a l'aise je vais chercher de quoi te rechauffer.
Veux tu un vin chaud ??

Biboune alla dans la cuisine et attendant la reponse d'Angie, prépara un plateau sur lequel il disposa deux tasses assez profondes, et fit chauffer un mélange de vin, d'orange et de canelle.
Il prit quelques morceaux de sucres qu'il mit dans un recipient et une fois les tasses servies il revint poser le tout sur une table basse qui se trouvait entre le divan et l'atre.


_____________________________________________________________________________________

ANGELIANA

Angel attendait patiemment devant la porte .. le froid l'envahissait .. mais une pensée lui réchauffer le coeur .. Elle était quelque peu impatiente de rentrer au chaud ...Puis .. un bruit de pas se fit entendre derrière la porte .. Angie se lissa les vêtements du mieux qu'elle pu et afficha un léger sourire sur ses lèvres ..
La porte s'ouvrit et il était là ...
Elle attendit un petit moment ... retenant ses dents de claquer ..Laissant son coeur parler pour la réchauffer..Elle sortit de ses rêves en entendant Bib' lui dire:

Biboune a écrit:
Entre Donc ne reste pas là comme cela tu vas attraper la mort.

Elle le regarda dans les yeux en souriant et rétorqua:

Merci bien Bib', j'ai bien cru passer la nuit devant ta porte ^^

Angie franchit le pas de la porte .. défaisant son chale ..et le passant à Bib' quelque peu génée..
Puis elle vint s'asseoir sur le divant .. face à l'âtre .. Elle regardait les flammes danser entre elles ..Ses pensées vagabondaient et sursauta légèrement lorsque biboune s'adressa à elle

du vin chaud ?? quelle bonne idée .. cela va me réchauffer un peu ^^

Elle prit une tasse et commença à la boire légérement ..

Comment vas tu toi ??
je t'entendais chanter de dehors .. quelle douce voix tu as .. parfaite pour endormir un enfant je pense ..

Angie baissa la tête et regardait sa tasse .. soufflant dedans légèrement …


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

La fin de la phrase de Ivy et plus particulièrement son dernier mot réchauffèrent le cœur du Taciturne plus même qu’il ne l’aurait imaginé. Le terme d’ami reflétait parfaitement la réalité de ce qui l’unissait à la Poison. Car n’était-ce pas par amitié qu’il avait tremblé pour elle lors de son départ inopiné, n’était-ce pas l’amitié qui le poussait tout à la fois à respecter son silence tout en étant dévoré de l’envie de savoir tout ce qu’elle avait pu vivre depuis qu’elle avait quitté le Manoir. N’était-ce pas l’amitié qui faisait maintenant battre son cœur un peu plus vite que d’ordinaire, qui le faisait se sentir apaisé de sa présence.

Il la regarda comme tendrement, notant effectivement des traces qu’il n’avait pas appréhendé auparavant et s’installa confortablement à ses côtés. Il replia ses jambes devant lui et les entoura de ses bras. Il fixa alors un point imaginaire droit devant lui.

…j’étais inquiet…
…et furieux…

Il secoua la tête pensivement.

…aussi têtue que moi…
…que nous tous…

…tu racontes…
…si tu veux…

Il devait cependant l’informer des changements survenus au Manoir durant l’escapade de la Poison.

…par contre…
…nouveau Patron…

…le Maître …
…Chaos…
…Infamie…
…sa Main…
…bien nommés…

Sans en dire plus pour le moment, il laissait sous entendre qu’une escapade telle que celle d’Ivy, si elle devait se répéter, la mènerait sûrement à sa perte. Car il savait très bien que ni elle, ni Elle n’accepteraient jamais qu’il ne les protège, même d’elles même.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Dans le verger en friche


La vagabonde osait lui tenir tête, lui parlant un patois auquel il n'entendait pas grand chose, la poigne sur la gorge se ressere, il la fixe, la toise, pour qui se prend t-elle la voleuse de chevaux.
Alors qu'une "punition" qui lui était toute particulière, et qu'il affectionnait bien plus que d'autres pour faire parler, commençait à lui parcourir les veines plus qu'il ne voulait l'admettre, l'étranger si spécial s'avança vers eux.
Sans se demander si oui ou non, sa présence le dérangeait, Versus commença à hausser la voix, s'inquiétant d'Aliénor et de son sort, lui attrapant même le bras pour la sortir de l'étreinte de l'ange déchu.
Haussant un sourcil, Samaël toise l'effronté, resserant le bras autour de la taille de la voleuse, de quel droit croit-il pouvoir reprendre sa "proie".

T'as pas l'impression que t'es de trop ?
Je n'ai nullement besoin d'un assistant, je discute avec elle, tu peux partir pas besoin de toi.
Merci.

La main avait laché la gorge de la vagabonde pour se porter sur le pommeau de son épée, la tirant lentement de son fourreau, relachant légèrement la force qu'il mettait à tenir Aliénor qui semblait avoir compris qu'il ne valait mieux pas y jouer.

Encore des questions ?


_____________________________________________________________________________________

IVY

De voir Seamus s’assoir à ces cotés l’enchanta. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas eu la chance de ce sentir si près de lui. Depuis cette fabuleuse nuit au manoir en compagnie de Xandrya. Elle lui manquait cette farouche rousse. Qui auraient pu prédire ce qui s’était passée cette nuit là. De tendres souvenirs que le Poison chérissait.
Le taciturne comme a son habitude ne parlait pas beaucoup. Elle le regardait doucement, presque tendrement venant d’elle, presque un exploit. A savoir qu’il s’était inquiéter pour elle, cela lui fit un drôle d’effet. Personne n’avait jadis éprouvé ce sentiment vis-à-vis d’elle. Bizarre … Elle resta au début sans voix et écouta ses élocutions strictes mais tout à la fois essentiel.

Oui … Je crois tout d’abord que je te dois des explications, sur le simple fait que tu t’es inquiéter. Je sais que tu ne me force à rien, mais entre amis je crois que cela est essentiel. Je tiens à toi, et de savoir que tu as été furieux me blesse, c’est pourquoi je veux que tu comprennes ce qui c’est passée…

Ivy marque une courte pause, rassemble ses souvenirs de cette missive et tout les événements se replace dans sa tête une à une ensuite.

J’ai interceptée une missive qui t’étais adressé je crois, celle qui disait que les crépusculaires pouvaient être dans le languedoc. Je n’ai pas réfléchit, je l’avoue. Le besoin de bouger et de vengeances trop grandes. Malgré ce que les gens ont pu pensée à une certaine époque, j’ai toujours eu de profonds sentiments pour le Patron, il a été un peu comme mon sauveteur. Cela me peine de savoir qu’il est parti. J’aurais aimée pouvoir lui rendre l’appareil… le venger, j’ai échouée malheureusement.

Une boule dans sa gorge se forme, la douleur à son cœur meurtri se rouvre en pensant à ce qu’elle aurait du faire n’a pas pu, amoureuse de l’ennemi. Elle reprend son souffle, elle ne va surement pas tout lui dire, il comprendra de toute façon, cela a toujours été le cas avec lui, pas besoin de trop long de mots…

Je les es trouvés, mais je n’ai pas pu assouvir ma tristesse et mes désespoirs. De toute façon leur chef, Enoriel est mort donc je suis repartie simplement. Ils ne savent pas qui je suis, réussi à m’infiltrer un moment mais sans plus. Je rentre sans aucunes blessures apparentes comme tu vois. Disons que le reste n’est pas très important.

Elle aurait voulu lui dire. Cet homme, Lazard, il avait su révéler en elle certaine chose, et ce combat avec le jeune soldat blond, lui aussi ne l’avait pas laissé indifférente. Elle avait changé certes, des sentiments empoisonnaient ses veines maintenant. Elle était perdu, mais son tempérament bouillant était toujours là et près à faire souffrir tout ceux qui voudrait s’en prendre à elle. Trop d’énergie mis au bénéfice d’une simple randonnée perdu, toujours enfouis en elle. Lorsque cela ressurgirait, ce ne serait certainement pas loin de l’apocalypse.

Bon alors si je comprends bien, je vais devoir m’attendre à rendre des comptes à un phylécastrope qui se prend pour le Patron maintenant. Soit, j’espère qu’il ne ricane pas comme lui. Et sa main ? Où est passé l’autre ? Arf, et puis pas important, je verrais cela en temps et lieu, dans quelques jours. Promet moi simplement une chose Seamus, si jamais je ne dois pas ressortir de ses murs, ceux du manoir pour x raison, je veux que tu brules mon corps, je ne veux pas être exposée comme cette fille sur la devanture de la maison merci !

Elle lui fait un joli clin d’œil. Il ne la trouve pas drôle, elle le sait très bien. Mais pour Seamus, l’humour noir du Poison, c’est coutume courante.

Bon ils ont finis, on pourrait repartir non ? Je rêve d’un lit douillet moi ….

_____________________________________________________________________________________

VERSUS

Versus observait et vit le regard de la vagabonde, aussi, il cessa de tirer sur son bras, mais ne la lâcha pas pour autant. L'Argenté réagissait enfin, mais posa une main sur son épée. Versus fit un pas en arrière et leva lui aussi la main.

D'autre façon de discuter!!
Lâchez la! Pas vous le chef, il me semble!

Versus s'attendit à une nouvelle réaction violente de la part de l'homme au cheveux blancs. Mais il lâcha progressivement Alienor, mais pas suffisamment pour qu'elle puisse partir. Samaël commençait lentement à sortir son épée de son fourreau. Versus en fit de même. Si un combat devait avoir lieu pour défendre l'honneur d'une femme, le Ténèbre en était plus que prêt. Il serra les dents, plongeant son regard flamboyant et haineux dans les yeux de l'Argenté. Il attendit, la suite... entendant des pas vifs se rapprocher du groupe.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 21 - Nîmes >>>> La maison perdue   Sam 3 Sep - 20:17

CELLENE

Il semblait surpris de son "merci". Mais il l'embrassa avec douceur, avant de prononcer quelques mots, puis de prendre doucement le menton de l'Azurée entre ses mains.

Il eut été dommage qu'il arrive quoique ce soit à un si joli minois

Un compliment... il venait de lui faire un compliment... Cellene en resta presque bouche béa, haussant les sourcils, surprise, elle ne put qu'en sourire. Ne trouvant rien d'autre à dire qu'un faible "merci", soufflé, murmuré. Il s'éloigna ensuite, pour aller dieu sait où. Mais Cellene n'y prêta pas d'attention, il était bien libre de faire ce qu'il veut. Et au moins, elle put se mettre près de sa douce un moment. Elles discutèrent un moment, se donnant mutuellement de la tendresse. Geste qu'elles avaient autant l'une que l'autre besoin.

Chacun se reposa à sa manière, Ivy et Seamus discutèrent ensemble, les deux ados étaient enlacés. Kaerven était à l'écart comme à son habitude. Des éclats de voix se firent entendre, la voix de l'Argenté surtout. Elle détourna rapidement la tête, ses cheveux noirs bouclés lui revenant dans la figure. La scène qui se déroulait près du vergers, ne plus guère à Cellene. Elle se leva d'un bond, s'excusant auprès de sa douce et passa d'un pas rapide et énervé près de Seamus, espérant qu'il la suive. Arrivé à le hauteur de Samaël, Versus et Alienor. Cellene put remarqué que les deux avaient leurs armes sorties. Elle ne comprit pas ce qu'il se passait. Mais elle refusait de voir les membres du groupe se battre sous son autorité. Sa voix tonna, ferme, se fit violence.

C'est finit oui??? Vous me rangez vos armes et de suite!! Je sais pas ce qu'il se passe, mais vaudrait mieux pour vous de vous calmez.

Elle se tourna vers Versus, gardant le même ton.

Toi!! tu dégages plus loin et maintenant!! Va donc te reposer!

Elle observa Versus d'un regard noir, serrant les dents. Il avait tout juste deux secondes pour déguerpir d'ici. Une fois, Versus éloigné du moins, elle lui semblait. Elle observa l'Argenté, d'un air interrogateur, puis regarda la vagabonde. Elle ne connaissait pas très bien encore Samaël, elle ne pouvait que se douter qu'il souhaitait des réponses quant à la fuite de la templière. Sa voix s'adoucit curieusement en lui adressant la parole.

Mon cher... pouvez-vous m'expliquer ce qu'il se passe?

Puis elle se tourna vers Alienor, sa voix se fit à nouveau violence.

Vous... vous restez là... Je veux des explications et maintenant!!

Cellene attendit une réponse, se faisant légèrement impatiente. Elle n'était franchement pas d'humeur, elle avait une folle envie de rentrer au Manoir. Elle posa ses deux mains sur ses hanches, en attendant leurs réponses respectives.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

L'étranger porta à son tour la main à son arme imitant l'ange déchu dans le geste, plissant le regard mauvais, Samaël tire brusquement sur la vagabonde pour que le bras se detache de la main de l'impudent.

Je te le déconseilles gamin, à moins que tu veuilles mourrir cette nuit.

La voix se fait ferme, froide et déterminée, tout comme le regard de celui qui "ose" lui faire fâce et lui tenir tête.
Des pas, rapides, l'azur qui arrive, jugeant rapidement la situation, et envoyant promener l'inconscient qui ne se le fait pas dire deux fois, soit intelligent, soit lache, l'argenté le déterminerait plus tard.
Cellene se tourne vers lui, suave de ton, demandant ce qui se passe sans pour autant le laisser en placer une, s'adressant directement à Aliénor en lui disant de ne pas bouger.
Un sourire narquois s'affiche alors sur le visage du démon séducteur, collant avec violence la vagabonde contre lui malgré la répulsion évidente qui se fait sentir.

Oh elle ne bougera pas, pas l'intention de la lacher très chère.

Faisant un clin d'oeil à sa compagne de route, Samaël porte un regard malsain sur la voleuse avant de reporter ses yeux dorés sur l'azur.

Vous voulez des explications Cellene, c'est exactement ce que j'essayais d'avoir sans doute d'une autre manière que vous, j'en conviens.
lance t-il un sourire carnassier et vicieux rivé au visage.

Le souffle d'Aliénor se fait plus rapide, sa respiration plus saccadée, remontant la pointe de son épée vers le visage de la captive de ses bras, il en dessine lentement le contour, finissant par la placer sous le menton relevé.

Nous attendons, tenez vous vraiment à ce que nous nous impatientons ?

La pointe s'enfonce légèrement sur la fine peau laissant perler quelques gouttes de sang, qui coulent le long de la lame.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

Les voilà maintenant qui sortent les armes, décidément c'était pas son jour, l'étreinte se relache et alors qu'elle croit pouvoir se défaire de l'étreinte de Samaël qui s'est "détendu", La boss de bécosse se radine pour y mettre de l'ordre.
Un long soupir se fait entendre, de soulagement, vite contrarié par le départ de Versus, sur hurlement de la femme z'yeux bleus pas bien révéillée.
Le regard ambré d'Ali le suit alors que l'azur s'adresse à elle pas bien jouasse non plus, tandis que le porc la ressere encore contre lui, en jactant la furieuse.

Les voilà qui tergiversent quand à une explication de sa part, qu'est-ce qu'ils veulent qu'elle leur dise, elle n'en sais pas des masses plus.
Ses yeux voient revenir vers elle l'épée de l'argenté, un regard étrange au visage, s'amusant de la pointe à dessiner son visage avant de lui planter sous la galoche en lui "conseillant" de ne pas les impatienter.
Le froid de l'acier s'enfonce dans sa peau laissant la chaleur de son sang s'échapper sur la lame acérée.

De Dieu, qu'est-ce tu veux je te dise ?
Je causais avec elle et me suis retrouvée assomée, néant total, après tu m'as réveillée, on est parti comme des furieux, elle était plus là et mon cheval non plus, j'en sais pas plus !!!!

Ali avait étonnament une voix assurée dans ses propos, mais si elle disait l'entière vérité, elle se doutait qu'il risquait de lui transpercer le crane sur place si ce n'était pire.
En même temps, Ali ne mentait pas en disant cela, elle avait juste omis de dire de quoi les deux femmes parlaient.
Se tournant comme elle pouvait vers la boss de becosse, elle la fixa avec insistance.

Tu m'as déjà dans le pif, tu crois vraiment que j'aurais pris un tel risque, si j'avais du faire fuir quelqu'un, c'est moi qui me serait taillée, et y me semble pas que ça ait été le cas ces derniers jours.
J'ai pas prouvé que j'étais pas une mauvaise bougresse, je fais ce que vous me dites si c'est pas plus.

Alienor sentait la morsure de l'épée sur sa peau, saisissante douleur, effrayante sensation, fermant les yeux, elle finit par lancer dans un dernier souffle.

De Diou, qu'est-ce qui vous faut...

Comme une prière muette, elle espérait que le taciturne arrive, pourquoi elle ne le savait pas, peut-être parce qu'elle espérait qu'il la défende car à cet instant précis, elle n'avait aucun soutien et se sentait bien mal parti.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Elle écoutait, pendant que l'autre donnait ses explications, rageuse et colérique à souhait, l'azur dans toute sa magnificence, vraiment une femme de caractère cette Cellene.
Les élécubrations de la voleuse étaient peu convaincantes, mais rien ne prouvait qu'elles étaient fausses, et il restait encore du chemin jusqu'au manoir.
Plus d'un était pressés de le retrouver et le temps commençait à se faire long, plusieurs d'entre eux avaient déjà pris du repos, les autres se reposeraient mieux à l'étape suivante.
Relachant l'étreinte sur la vagabonde, il la repoussa loin de lui, se rapprochant de Cellene en ignorant royalement Aliénor, attrapant l'azurée par la taille pour repartir vers le reste du groupe.

Ses explications ne me plaisent pas plus qu'à vous, mais la tuer maintenant serait stupide, autant laisser le maître en décider.
On repart, ce serait mieux je crois, mais à vous de dire bel ange

Détournant légèrement la tête vers celle qu'il avait laissé en plan sans un mot, il lança.

Je t'ai à l'oeil "Aliénor"

D'un pas assuré, il s'en retourne tenant Cellene à la taille vers le reste du groupe, attendant de voir si elle décidait de partir maintenant ou non.


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

L'Azurée l'écouta, attentivement. Elle débitait un tas de mots, pour la plus part incompréhensible. Cellene commença sérieusement à se demander d'où elle venait pour avoir de telle expression. Quoi qu'il en fut, elle dicta rapidement et sans grands détails ce qu'il s'était passé avec la templière. Cellene n'était pas dupe pour autant, elle sentit son sang battre à tout rompre dans ses tempes. Son regard s'était durcit à nouveau. Se fouttre de sa tronche, n'était franchement une méthode qui plaisait à l'Azurée. Bien au contraire.

Mouais!!
dit-elle en secouant légèrement la tête. Elle se retint de lui dire sa façon de penser, au risque d'exploser. Elle était venu près de Samaël pour éviter un bain de sang maintenant. Il était plus que temps de se rentrer.

Elle se colla contre l'Argenté, écoutant ses propos. Elle acquiesça, avant de lui murmurer à l'oreille.

Elles ne me plaisent pas non plus. Le Maître en décidera dès notre retour.

Elle sourit grandement au petit nom qu'il venait de lui donné, avant de lui répondre.

On rentre oui...

Elle l'embrassa tendrement, mais rapidement puis avança jusqu'au camps, collée contre lui.

Préparez vous... on décolle.

Les ordres étaient donnés, le groupe s'exécutait rapidement. Cellene, après avoir fait le tour du camps, comme à chaque départ, monta sur sa jument avec l'aide de Samaël qui l'attendait sur l'animal. Elle se replaça devant lui, collée contre lui, enlacée de ses bras.

Le départ fut donné, pour leur prochaine étape et sûrement la dernière si tout se passait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 21 - Nîmes >>>> La maison perdue   

Revenir en haut Aller en bas
 
21 - Nîmes >>>> La maison perdue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Logiciel dessin maison
» Baliste faite maison
» Guide d'achat Maison Martell
» [Horde] Vide-grenier de la maison Vertsoleil
» Appartement, maison à louer ou vendre §

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: