Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 22 - Béziers >>>> A quelques lieux, la plage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 22 - Béziers >>>> A quelques lieux, la plage   Sam 3 Sep - 20:18

CELLENE

A l'écart, dans la forêt

La dernière étape, la dernière ville avant d'arriver au Manoir. Tous autant épuisés et pressés de rentrer au plus vite. La chevauchée se fit sans problème, le pas quelque peu accélérer. On sentait bien l'impatience de chacun prendre le dessus. L'Azurée appréciait grandement la compagnie de Samaël sur sa monture. Chacun, à tour de rôle s'assoupissait, blottit l'une contre l'autre. Mais ils menèrent le groupe jusqu'à leur dernière halte: Béziers.

Cellene arrêta sa jument, trouvant un coin tranquille dans la forêt, la plage à quelques mètres plus loin. Elle descendit du cheval, puis Samaël fit de même.
Chacun se prépara à passer la nuit, les ados collés l'un contre l'autre depuis un sacré moment, Ivy restant près de Seamus. Sa Douce Peste flirtant sans vergogne avec Versus. Kaerven toujours aussi éloigné du groupe. Un vrai loup solitaire.

L'Azurée sortit quelques victuailles, le peu qui pouvait en rester, mais bientôt ils seraient rentrés. Elle en tendit à Samaël.

Une petite faim?

Elle lui sourit, avant de s'assoir confortablement sur le seul. Cellene garda un oeil sur la vagabonde. Son histoire ne cessa de tourner dans la tête de l'Azurée. C'était trop facile, son explication n'était pas du tout plausible. Elle resta quelque peu dans ses pensées, observant chaque personnes, tous réagissaient différemment à la fatigue. Mais ils avaient sûrement tous un point commun: être de mauvaise humeur, lors d'une fatigue éreintante.


_____________________________________________________________________________________

IVY

Ils étaient repartis. Plus que quelques jours, enfin quelques heures étaient mieux pour le moral d’Ivy. Elle n’en pouvait plus des chevauchée, elle avait l’impression d’avoir un arc bien tendu à la place du bassin à force d’être assise dans cette posture. Et voilà le dernier point de halte avant de retrouver sa chambre si longuement délaissée, son lit douillet. Elle en salive presque. Cellene les forces tous à arrêter le temps d’un court repos. Le poison aurait surement préférée faire les quelques lieux qui les séparait de son ante de solitude mais la cheftaine a raison, une pause n’est jamais de refus. Elle descend de son cheval se dégourdir les jambes. Les autres en font tout autant. Seamus n’est pas très loin d’elle. Il a l’air inquiet, elle se doute bien du mal qui le ronge. Elle aussi se sent ainsi mais pour des raisons que les autres ignores toujours, même lui.

La forêt n’est pas très dense. Ivy entend au loin le bruit de l’eau, la plage n’est pas très loin. Cette même plage qui longe également Narbonne, celle-là même où elle a passé une nuit magnifique en sa compagnie. Ou est-il en ce moment ? Elle ne le saura surement jamais et il en est aussi bien ainsi. Le regard dans le vide, aucun appétit, elle marche doucement, tournant en rond comme un lion en cage plus précisément. Le mal de vivre la ronge toujours autant, cependant le Patron n’est plus pour accomplir sa part du marché, elle devrait vivre avec, éternellement probablement.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

A l'écart dans la foret


Le manoir se rapprochait de plus en plus, c'était comme ci le vent glacé de la bâtisse et les hurlements des loups lui parvenait, comme un rien il aurait continué la route jusqu'à l'antre de la Main Noire, mais bien qu'ayant aidé pour certaines étapes, il n'était en rien décisionnaire et pour une fois resterait à sa place.
Il déscendit de cheval à la suite de l'azurée, et s'assit ses cotés lorsqu'elle proposa un semblant de repas, qu'il accepta bien volontiers, s'adossant à l'arbre pour se nourrir, jetant de temps à autre un regard à celle qui avait échappé à ses faveurs bestiales de peu.

Toi la voleuse tu perds rien pour attendre...
se dit-il intérieurement, une lueur fort malsaine dans le regard d'or.

Ayant achevé les quelques denrées que l'azurée lui avait si gentiment offertes, il se rendit compte qu'elle ne semblait pas encline à rejoindre sa moitié femme en cette soirée, qui avait de toute façon l'air bien occupée avec le petit arrogant de Nîmes.
Passant son bras autour des épaules de la belle, il la ramena contre son poitrail, lui caressant doucement le flanc malgré le corset de cuir, l'invitant à dormir contre lui.

Vous avez tout autant besoin que moi de sommeil, bel azur, plus vite reposé, plus vite reparti, dormons quelques heures et bientôt nous serons au Clan.

Un sourire, un clin d'oeil, un baiser, le menton de l'ange déchu se cale sur la chevelure noire de Cellene, fermant ses yeux pour si ce n'est dormir au moins se relaxer.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

Elle se sentait épiée depuis le départ de Nîmes, et aavit froid dans le dos dès que son "sauveur" de Clermont posait les yeux sur elle depuis leur "discussion" dans le verger, il lui collait la froideur partout.
La boss de bécosse ne lui inspirait pas plus de chaleur d'ailleurs, elle cherchait soutien pour la nuit, pas plus rassurée que ça malgré sa capacité à se défendre, et il semblait qu'ils approchaient de leur point de chute, elle avait plus intêret à là faire basse figure.

Alienor chercha son défenseur de Nîmes du regard, mais celui-ci semblait bien trop occupée avec une donzelle que pour lui être d'une réelle aide en fait.
La voleuse se décida alors à se tourner vers son compagnon de chevauchée, le taciturne, elle s'approcha de lui sans pour autant se mettre à le géner, elle s'installa donc vers un arbre non loin ne souhaitant pas le déranger, ils étaient déjà à la colle toute la route sur leur cheval à pas échanger plus de trois mots, c'était surement pas pour avoir l'envie de se la farcir en phase de repos.
Pas que ça l'aurait embéter mais bon, fallait savoir se faire petite par moment, c'était comme ça...

Ouvrant sa besace, elle reprit le parchemin chiper à Montluçon à son "hébergeur-tavernier", un soupir s'échappant de ses lèvres, se demandant ce qu'il devenait, et même si elle le reverrait un jour.
C'était pas grand chose ce bout de papier, mais la signature de représentant au bourbonnais, ça en jetait mine de, et s'était tout ce qu'elle savait déchiffrer "Nehwin, diplomate bourbonnais- Consul".
Si il savait, elle essaierait de retourner le voir mais rien n'était moins sure.
Caressant le papier, elle leva la tête en direction de Seamus qui l'observait de façon étrange, lui aussi avait peut-être des doutes quand à la fuite de la templière

Mais la vagabonde s'en moquait pas mal, elle avait fait ce qui lui semblait bon, comme elle l'avait toujorus fait, et advienne que pourra.
Enfouissant le velin dans son corsage, elle le plaça tout près de son coeur, ici personne ne l'y prendrait sans l'avoir tué avant.
Chopant une couverture, elle la remonta sur elle, essayant de dormir, mais n'y arrivant que d'un oeil vu les dangers autour d'elle.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Imperceptiblement pour son entourage, la tension interne du Taciturne se faisait de plus en plus importante. Bézier, plus que probablement dernière étape avant de savoir, ou pas ce qui serait sans doute pire. Ses yeux le hantaient jour et nuit désormais. Impossible de savoir si les regards qu’elle lui adressait alors étaient pur fruits de son imagination ou issus d’une quelconque transmission de pensée. Plongé dans de sordides souvenirs d’un autre temps, seule la présence d’Ivy parvenait à le tranquilliser. Pas que les autres ne puissent, par l’effet de meute, lui apporter le moindre soutien, mais tous étaient bien pensifs aussi. Ils devaient se demander s’il fallait voir la fin de cette mission comme un échec et dans ce cas appréhender l’accueil leur serait réservé ou au contraire considérer d’avoir privé le clergé clermontois de sa relique comme une fin en soi. Ils seraient bientôt fixés.

A vrai dire, les pensées de Seamus n’allaient pas dans cette direction. Une grande partie de lui-même n’avait pas pris part à cette mission. La seule chose qu’il craignait encore était de la perdre, de se retrouver à nouveau amputé de l’essentiel qui l’avait maintenu à flot et même fait reprendre goût à la navigation sur les brisants de la vie. Il déployait une énergie considérable à bien faire la part des choses entre un passé qu’il avait enseveli d’un trait en plein front et l’hypothétique fin dramatique de son Aimée. Bien que généralement optimiste de nature, les donnes avaient changé. Et l’arrivée de ce pervers psychopathe à la tête du Clan n’en était pas la moindre.

Seamus resta bien longtemps en selle, après que ses compagnons de mission aient quand à eux déjà mis pied à terre. Face à la mer, le Taciturne noyait son regard dans l’infini des vagues. Impossible de savoir ce qui le tira de sa rêverie délétère, un bruit, une odeur, un mouvement fugace. Il finit par descendre de sa fidèle monture dont il flatta l’encolure distraitement, plus pas automatisme que par réelle reconnaissance.

Il s’attarda auprès de la Poison, plongeant un regard à nouveau vide et désabusé dans ses yeux si pétillants, y cherchant refuge, réponse et réassurance. Après de longues minutes de cet échange muet, mais au combien bienfaisant, Seamus alla s’asseoir au pied d’un vieux chêne et s’y installa pour tenter d’affronter la nuit qui se profilait doucement. Il vit venir la voleuse à proximité mais garder une distance respectueuse. Son mal être et son angoisse transparaissaient-ils à ce point, il n’en avait cure.

Usant, abusant toujours de ses jeux de regards, il invita cependant la Poison à le rejoindre.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 22 - Béziers >>>> A quelques lieux, la plage   Sam 3 Sep - 20:18

VERSUS

Il était prêt à en découdre, à se battre ici, dans ce verger. Mais voilà que la Belle aux yeux bleus se ramena et lui ordonna de baisser son arme. Une colère noire s’installa en lui à ce moment là. Il serra les dents, personne ne s’était encore permis de lui donner un ordre, même avec certains mots « gentillets ». Le ton ne passait franchement pas. Un vif coup d’œil à la Belle Lupia plus loin. Qu’est-ce qu’il le retenait ? Une femme… bien évidemment. Un regard noir fut lancé à la troupe, un regard d’excuse à la vagabonde. Il rangea lentement, très lentement sa épée dans son fourreau, puis s'approcha de la Belle Lupia. Ils passèrent la nuit ensemble, avant de reprendre leur chevauchée.

Tout au long du voyage, Versus garda une certaine haine pour ce goujats aux cheveux blanc, ainsi qu'une colère grondante pour l'Azurée. Il tenta de la cacher comme il le pouvait. Pas la peine d'attirer l'attention de la Belle Lu. Il ne saurait l'expliquer de tout manière. Une halte, à nouveau, encore et toujours un camp monté rapidement. Des victuailles sortis, mangés. Versus resta près de Lupia, gardant quand même un œil sur le couple d'enfer, plus loin. D'ailleurs, Cellene ne semblait pas vouloir le quitter celui là. Tant mieux du coup, Versus pouvait au moins rester un peu plus avec Lupia.

Il s'allongea sur le sol, observant la Belle et l'invita à le rejoindre. Il lui offrit son épaule, sa chaleur pour la nuit. Un bref coup d'œil pour vérifier l'endroit ou Alienor s'était mise. Bien loin de l'Argenté... fort bien...

Le Ténèbre ferma les yeux, la Belle Lu, contre son torse musclé. Il se reposa, sans forcément dormir, toujours à l'affut d'un bruit suspect.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

La puce était restée sagement à sa place, observant la femme aux cheveux noirs qui collait d'un peu trop près Seamus à son gout, mais après tout ça ne la concernait que peu, le taciturne s'en arranerait avec sa protectrice au retour au manoir.
Restant proche de Gus, elle avait suivi les différentes étapes, se réjouissant de sentir le manoir un peu plus proche chaque jour.

L'approche de Béziers l'avait cependant fait se refermer petit à petit, trop de souvenirs dans cette ville, sa première mission pour le clan sous les ordres du Patron, son rite de passage en quelque sorte, et puis cette homme, ce premier amour, abandonné à la sauvage pour retourner vers sa destinée.
Trop de souvenirs, bons et moins bons se bousculaient dans sa tête, cherchant vainement à les chasser de son esprit, ayant grand mal à trouver le sommeil, elle ne souhaitait qu'une chose, voir cette étape prendre fin et repartir vers le manoir.

Se blotissant contre Gus, elle observa le campement avant d'enfin trouver le sommeil peu de temps avant que le soleil ne pointe ses premiers rayons, bientôt ils repartiraient et tout serait oublié.


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Après avoir manger un peu avec Samaël, ce dernier l'attira contre lui. Lui faisant poser sa tête sur son torse. Elle esquissa un sourire, observa rapidement sa douce qui faisait pareil avec Versus. Ses deux là étaient maintenant presque inséparable. En revenant sur le bel Argenté, elle répondit à son baiser, se serra contre lui. Elle passa un bras dans son dos, tant dis qu'elle posa son autre main sur son torse. Elle ferma les yeux, laissant le sommeil la gagné, se sentant protégée et en sécurité dans ses bras.

Au première lueur, l'Azurée ouvrit les yeux, et se rendit compte que tout le monde dormait encore. Lentement, elle se redressa, levant la tête pour poser ses yeux sur le visage de l'Argenté. Endormi ou somnolant? Elle ne put le savoir. Elle déposa un doux baiser sur ses lèvres et murmura.

Bel Argenté! Il est temps de repartir.

Elle se détacha de lui, à contre coeur et se leva. Elle le laissa émergé pendant qu'elle alla réveillé ses comparses. Sans se faire prier, ils se levèrent, se préparèrent pour partir. Le rituel de départ fut célébré comme à son habitude. Un tour du camp, effacement de leurs traces. Tous à cheval, l'Argenté qui l'attend. Elle s'approcha de sa jument, levant la tête pour regarder Samaël. Elle lui adressa un sourire. Elle attrapa la main qu'il lui tendit et grimpa devant lui. Elle se colla à lui, avant de donner le départ.

Cette fois... au Manoir!!

Le ton donné, la dernière ligne droite. Cette fois, la halte sera au Manoir. Mais qu'est ce qui peut bien attendre là-bas pour l'Azurée. Une partie de la mission avait échoué, la disparation de certains du groupe, des nouveaux. Des pensées qu'elle tenta d'effacer pendant le chemin. Finalement, elle verrai bien sur place.
Revenir en haut Aller en bas
 
22 - Béziers >>>> A quelques lieux, la plage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques videos sympathiques
» Quelques sort du Roublard, rien que pour vous :D
» Voici un truc génial pour se faire quelques billets.
» Convention des Stratèges Cathares - 29/30 oct 11 - Béziers
» Recherche quelques dropes de métier et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: