Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor   Sam 3 Sep - 22:27

ANGEL EL FEROZ

Ses pas l'avaient menée devant le jardin de la maison, la première chose qu'il avait remarqué était l'odeur des chevaux...
Angel avait donc sauté la balustrade et se dirigeait à pas de loups vers la fenêtre afin de s'assurer qu'à cette heure tout le monde était à l'intérieur et non pas en train de jardiner et contrecarrer ses plans.

Le féroce arque un sourcil... Incroyable... S'approchant le plus doucement possible il caresse la tête du hibou posté là et attendant qu'on le trouve et souffle :

- Ben alors toi ? Ils comptent te laisser geler ? Mon pauvre ami... Viens donc avec moi...

Terminant sa phrase il défait son foulard et y enferme le gros volatile, qui n'a pas vraiment l'air d'apprécier la manipulation. Le mot à sa patte est coincé sous un caillou, ils le trouvertont plus tard...
Une fois "dans le sac", le bohémien l'accroche à sa ceinture tel une bourse d'écus, et ose un oeil par la fenêtre.
Rassuré Angel se dirige à pas de loup vers les écuries en sifflottant doucement pour ne pas effrayer les chevaux et ameuter la ville entière.
A la lueur de la lune montante il en choisit deux au hasard avant d'aller fouiller et leur trouver de quoi les seller.
L'opération avait duré plus que nécéssaire étant donné du soin qu'il mettait à ne faire aucuns bruits, un réajustement de sangle plus tard il ouvre la porte de la première stalle et rejoint la deuxième, le cheval tenu par la bride.
Tout se déroulait sans accroc, il ne restait plus qu'à quitter le jardin et rejoindre la rue.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

Hosta traversa lentement les rues de la Rochelle, comptant au passage ses économies qu’elle avait gagnée en travaillant comme une forcenée et tenant la bride de Tempête par une main. Pouvait-elle se payer une chambre, à l’étage d’une taverne, ainsi qu’un abri pour son cheval ? Elle pensa à Nanoues qui allait arrivée demain, et qui lui avait envoyée une lettre où elle s’inquiétait énormément pour sa fille adoptive qui avait fait Saintes jusqu'à La Rochelle toute seule.

« Mon dieu que je suis fatiguée… »

Elle frotta ses yeux, bailla un coup et marcha un peu plus vite que tout à l’heure, pressant l’allure pour chercher un endroit où dormir pour la nuit. Les sabots de Tempête frappait le sol mais faisait très peu de bruit. Elle observait chaque habitation avec attention, les échoppes également, d’où on pouvait voir à travers les vitres les ventes, car elle devrait s’acheter quelques aliments pour le lendemain car elle n’avait presque plus rien comme nourriture à part quelques fruits. Puis, elle devrait acheter de l’avoine pour Tempête…

Alors elle aperçue une ombre mouvante, au loin. Elle fronça les sourcils et vérifia si ses dagues étaient bien accrochées à sa ceinture en cas d’agression. Ses mains touchèrent les deux armes et elle poussa un soupire de soulagement. Gare à celui qui s’attaquait à elle. Son caractère n’était pas des plus approprié…Elle observa l’ombre qui représentait la haute carrure d’un homme, et ne pu apercevoir quoi que ce soi d’autre. Qui était ce ? Que faisait-il si tard le soir, d’abord ? Elle ralenti le pas ainsi que celui de son cheval. C’était louche. Elle s’arrêta quand l’homme s’arrêta aussi et elle se mit hors de vue derrière une maisonnette. Hosta regarda avec des yeux écarquillé l’homme qui rentra dans le jardin en sautant par-dessus la palissade.

« Ah mon avis, quand on vient chez quelqu’un pour lui rendre visite, on ouvre le portail…on ne rentre pas par effraction…Allons voir ça de plus près… »

Elle serra plus fortement la bride de son cheval dans sa main et lui caressa la crinière pour le rassuré.

« Mon dieu, Tempête est vraiment encombrant pour espionner. Il va me faire repérer si je m’approche trop. Et je ne peux pas le laisser tout seul…Temps pis. »

Hosta voulait satisfaire sa curiosité et s’approcha de la demeure, essayant de faire le moins de bruit possible, et sortit une de ses dagues pour se défendre si l’homme s’apercevait de sa présence. Elle entendit alors des hennissements, mais très peu, pas assez pour inquiéter les propriétaires de la maison. Elle vit qu’il allait sortir, et recula doucement. Que devait-elle faire ? De toute façon il allait la voir, en plus il semblait connaître son travail de voleur et semblait vachement balèze…Elle pouvait ameuter La Rochelle, mais il aurait fallu donner des explications sur sa présence, un procès et tout ses trucs ennuyant qu’elle détestait plus que tout.

« Roh et puis hein…Je risque quoi ? »

- Dites, c’est pas bien de voler les gens ainsi. Remettez ses chevaux à leur place si vous voulez mon avis, ou sa ira mal pour vous je pense
, dit-elle avec assurance d’une voix nette qui s’éleva dans les airs et arrivèrent jusqu’aux oreilles de l’homme...

On pouvait dire qu'Hosta avait un sacré culot...


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOUS

Nous s'avance à pas feutré de la maison, quand soudain il stoppe...
Il s'est fait serrer cette espèce d'âne bâté...
Mais non c'est juste une grognasse qu'a reluqué sa gueule d'ange...

Nous observe la scène. Cette jeune personne à l'air bien inoffensive pour un carnassier comme angel. Il repère la dague luisant sous la faible lumière.

Hosta a écrit:
"Dites, c’est pas bien de voler les gens ainsi. Remettez ses chevaux à leur place si vous voulez mon avis, ou sa ira mal pour vous je pense"

Nous s'amuse de cette situation...alors ainsi Angel était venu voler des chevaux.
Mais pourquoi "des"?, un lui aurait suffit!
...cela voulait dire que la cheftaine rousse devait lui avoir donné des ordres. Pourtant il n'imaginait pas ce fière jeune homme obéir à une femme si séduisante soit elle!
C'est sûrement pour s'enfuir avec la blondasse!

Mais non, il aurait pu l'attraper sur le rafiot! Et puis elle à l'air d'être liée à la flamboyante!

...Alors il prépare un coup fumeux!

Néanmoins si celle qui vient d'entrer dans sa vie par effraction sonne l'alerte, il va être mal barré!

Nous se décide à intervenir, il reprend la direction de la maison et sans bruit se glisse derrière la jeune fille la main sur son cimeterre.

Dites, c’est pas bien d'espionner les gens ainsi. Remettez vos envies d'héroïsme à leur place si vous voulez mon avis, ou ça ira mal pour vous je pense...

Eux éclatèrent d'un rire sonore sous son crâne, Nous se contenta de sourire sous son masque.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ANGEL EL FEROZ

Angel s'arrête...
Un bruit... Il fronce les sourcils et fait encore un pas vers la ballustrade.
Une voix... Féminine... Le ténébreux sourit, ne s'attendant pas à avoir déjà de l'agréable compagnie, il espère qu'elle vaut le détour... Le bohémien ferme un instant les yeux, sentant la douce chaleur de son sang parcourir son corps, il revit enfin depuis son embarcation improvisée, et souffle :

- Mal pour moi ? Mais qui vous dit que c'est pas moi le mal ?

Une autre voix, familière...
Tiens donc, le masque jouerait-il les garde du corps ? Comme si il en avait besoin... Si c'est la rouquine qui l'envoie surveiller ses arrières ça va pas se passer comme ça... Accepter de jouer les voleurs passe, mais pas besoin de chaperon ! Elle croyait quoi la rousse ? Qu'il allait se tirer avec des chevaux qui ne lui appartenaient pas ? Et combien même !
Tout ça énerve passablement le Féroce, qui commence à se faire des idées... Pas bon pour la belle de nuit, elle risque d'en faire les frais.
Quoi qu'il en soit... Deux hommes pour une seule demoiselle, comme c'est inégal comme confrontation, mais comme c'est plaisant...

Sans se préoccupper de la donzelle qui ne perd rien pour attendre, le ténébreux fait sortir les chevaux et fixe à une selle son sac à plumes remuant, on ne sait jamais, le volatile pourrait gêner ses mouvements.
Une fois les chevaux attachés, il s'approche de l'inconnue, la tête légèrement penchée de côté et chuchotte à son oreille tout en lui enserrant fermement le poignet droit:

- Ne vous a-t-on jamais appris qu'il ne faut pas traîner dans les rues quand la nuit tombe ? On y fait de vilaines rencontre il paraît...

Angel prend une inspiration, s'impregnant du parfum de la jeune femme, prise entre le marteau et l'enclume... Il bouillonne.
Son autre main vient lui caresser la joue alors qu'il pose son regard noir sur elle.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

SUSU

Susu balade en chemin quand tout à coup apercu du monde dans le jardin de Fyodor.

oula sais quoi ce delire

Susu arrive en cheval devant la maison de Fyodor puis vue beaucoup de personnes qu’il connaissait pas alors sortir son épée

OHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
vous faite quoi ici
JE VOUS PARLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


________________________________________________________________________________________________________________________________________

GALIDEA

Tard dans la nuit, la jeune femme était dehors près des écuries a regarder le ciel. A quelques metres de là, du bruit. Elle se leva et alla voir. Elle aperçu des ombres près de sa monture et sortie son épée.

« Bonsoir »
cria t’elle d’une voix grave et coléreuse

« Que faite vous, dans cette demeure ? »

Elle s’approcha d’eux , arme à la main et remarque un homme près à fuir avec les cheveux. Elle s’approche juste devant lui et s’exclama.

« pars pas d'ici avant d'avoir eu affaire à moi»


________________________________________________________________________________________________________________________________________

SUSU

Susu reconnu Galidea dans le noir

galidea suis la !!!!!!!!!!

Susu avec son épée à la main regarde l’homme puis approcher avec l’épée

ecoute ce soir tu repatira pas avec un de sais cheval sinon tu aurra faire a moi et la demoisselle

Regarde l’homme furieux

DEGAGEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE viteeeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor   Sam 3 Sep - 22:27

GALIDEA

"Susu contente de te voir , tu vas bien?" dit elle d'une voix douce et sereine face à son ami .

Elle pris le type par le col et le plaqua contre le mur de l'écurie. Elle pointa sa dague sur sa gorges et repeta de nouveau

" Que fais tu ici ?"


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOUS

Nous regarde amusé Angel, faire comme si sa présence était quantité négligeable. Il a l'impression que le bellâtre se ferait bien un encas de la jolie imprudente.
Et toi qu'est ce que tu attends? Le dégel! Une femme offerte à la lueur de la lune ça ne se refuse pas à Nous...

Nous s'apprête à faire passer son cimeterre sous les jupe de la demoiselle pour y voir les trésors cachés quand...
Mais c'est quoi ce bordel! Une réunion chiffon!
Pfffffffffffffffffff on peut pas s'amuser tranquille, faut toujours que des cloportes se mêlent du festin des autres!

Un homme au langage difficile.
Une femme au babillage acide.

Comme d'habitude Nous est transparent. On l'oublie si vite. On l'aperçoit peut être mais comme il en a toujours été ainsi il n'existe pas...

La femme plaque le ténébreux contre le mur. Une belle cicatrice serait si virile sur sa face juvénile...
L'homme est tourné vers ce couple aux dents longues et acérées.
Nous est toujours derrière la belle qui aurait mieux fait de passer son chemin ce soir. Il l'a ceintre de son bras droit dans un étau puissant, lui collant les bras le long du corps, dans le même temps il place on cimeterre entre les lèvres entrouvertes de la jeune femme.

Bon! Il serait vraiment regrettable que nous nous entendions pas. Nous sommes des gens courtois et aimable, il me semble, et il serait plus que dommageable qu'une ou qu'un d'entre nous se trouve affublé de douleurs non nécessaires.

Je vous propose donc madame de lâcher le dragueur de seconde zone ici présent, monsieur d'aller détacher les chevaux, et alors chacun d'entre nous pourra repartir à leurs occupations.

Tout en disant cela, Nous avait reculé vers un mur de l'écurie pour éviter de se faire surprendre par derrière. Il tenait toujours fermement la demoiselle, il regrettait sincèrement de devoir la faire souffrir inutilement, mais cette décision ne lui appartenait plus. Soit les invités de dernières minutes obtempéraient, soit ça allait saigner. Dommage pour deux malheureux canassons!


________________________________________________________________________________________________________________________________________

WAKANA

wakana marcher dans les chemins pour prend un peu l'air quand elle vu chez son frérot plein de tête inconnu avec susu et galidea près a attaquer!!!
elle se demanda se qui pouvais bien se passer!!!
elle s'approcha un peu méfiante

bonjour tout le monde,euh dit moi que faite vous tous chez mon frére???
je vous connais pas messire Nous, Angel el Feroz et dame Hosta
s'il vous plait pas de violence inutile ici!! il peut y avoir les enfants de blanche .....
alors je vous prirai de nous dire en quelle raison êtes vous chez messire fyodor et ladameblanche s'il vous plait!!!!


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

« Je suis dans de beaux draps…Des envies d’héroïsmes ? Puis l’autre qui veut me faire croire que c’est le mal en personne…Nan mais c’est n’importe quoi là»

On pouvait dire que la situation où elle se trouvait n’était pas très engageante. Elle n’avait pas entendue « l’homme masqué » qui se trouvait à présent juste derrière elle, même si elle avait des oreilles plutôt sensibles aux sons. Elle s’était retournée et failli pousser un cri de détresse devant le personnage qui se trouvait en face d’elle. On pouvait dire que sa figure était effrayante, et son arme blanche qu’il tenait à la main également. Puis elle s’était retournée une nouvelle fois, en entendant l’approche de l’autre homme.


Nous a écrit:
"Ne vous a-t-on jamais appris qu'il ne faut pas traîner dans les rues quand la nuit tombe ? On y fait de vilaines rencontre il paraît..."


La main de l’homme s’était serrée sur son poignet, et il commençait déjà à l’engourdir et elle lâcha sa dague avec regret.

-Comme si vous me faites peur vous deux...et toi je te conseil pas de me toucher !
hurla-t-elle en sentant la main lui caresser la joue et en essayant de se dégager.

Susu arriva au même moment visiblement tout aussi en colère. Puis une femme qui sortit de nulle part, et qui faisait surement partie des habitants de la demeure. Celle-ci plaqua l’homme qui était encore près d’Hosta contre un mur de l’écurie, avec force. Elle sentit alors un bras lui entourée la taille et le cimeterre se posé sur ses lèvres et Nous parla tout en la faisant reculer...

« Comme si ça allait m’empêcher de gueuler… »

Elle se débâtie puis se calma, réfléchissant sur la situation présente, ne faisant même pas attention au cimeterre qui commençait à lui ecorcher les lèvres tellement il était affuté.

« Il me prend pour qui l’homme sans visage ?!? Il va voir de quel bois je me chauffe. »

Elle aperçue alors Tempête qui surgit, ses naseaux frémissants. Il galopa vers Hosta, et poussa un hennissement terrible et pendant ce temps, celle-ci réussi à se libérer de l’étreinte de l’homme et à sortir la deuxième dague qui se trouvait à sa ceinture, ainsi qu’à ramasser l’autre qui était tombée sur le sol quelques instant plus tôt. Elle les prit dans ses mains, les serrant fortement et se tenant à distance.

- Ca ne va pas se passer comme ça ! Des gens courtois et aimables ? Comme si on croyait une sottise pareille !


Décidément ça finirait jamais d’avoir toujours à se battre, d’avoir des armes attachées à sa ceinture, et d’avoir des écorchures dans le cœur en pensant à son passé. C’est la qu’elle s’aperçue que son enfance n’avait pas été aussi martyrisée que cela. Elle s’était pas mal entrainée et était devenue agile. En plus de ça, elle c’était trouvée dans pleins de situation pas possible d'où elle réusis à s'en sortir, et son caractère avait changé. Elle avait simplement oubliée ses bonnes vieilles habitudes depuis tout le temps qu’elle était passée à Marmande. Elle sentait une vague d’énergie lui rentré dans le corps pour ne plus en sortir. Mais « l’homme masqué » était beaucoup entrainé, et l’autre homme aussi. Comment sortir de cette situation désastreuse ? Elle grimpa sur Tempête, après s’être psoée cette question mentalement.

« Et voilà les ennuis qui commence »

Une troisième femme avait fait son apparition. La nuit était visiblement agitée, et personne n’arrivait à dormir. C’est vrai qu’avec le bruit qu’ils faisaient…

« Je pari que tout va finir dans un poste de police, je déteste ça…mais est ce qu’on a le choix ? »



Elle regarda tour à tour les personnes présentes, puis répondit à la femme :

-J’ai croisée cet homme dans la rue et sa présence dans cette demeure ne me présageait rien de bon. Puis ce…cette homme masqué est arrivé,
fit-elle en montrant les deux complices du doigt. Puis ensuite ses deux autres personnes sont arrivées…Mais l’heure n’est visiblement pas à la discussion. Vous me direz, j’aurais pue prévenir la police, mais les hommes de lois…ça me plait pas. Ca fait des démarches pas possible, et je préfère régler les choses à l'amiable...

Puis elle fronça les sourcils, tenant toujours ses armes.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

SUSU

hosta ca va tu a rien de cassé

Susu regarde l’homme sans visage puis avec un doux sourit crie

casse toi vite avec ton ami ,il aurra pas de sang si vous quité la maison

Susu regarde hosta vien de rien moi, et Susu d’un petit cri

wakana reste pas ici je voudré pas qu il t arrive quelque chose


Alors Susu regarde l’homme pose le cheval a sa place puis….


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

« Depuis quand j’ai une tête à me cacher ? »

Elle se posa cette question à la seconde où Susu lui avait dit de se planquer derrière lui, ce qu’elle allait nullement faire d’ailleurs. Elle soupira, et pris un air désespéré et resta là où elle était, faignant d’avoir ignoré l’ordre, jetant sur Susu un regard noir. Elle caressait doucement la crinière de son cheval, qui avait réussi à la libérer des bras musclé de l’homme masqué. Il fallait trouver quelque chose, une idée pour les faire partir sans en arrivé à faire coulé du sang sur le sol, que Tempête frappait avec un de ses sabots de devant, impatient que quelque chose se produise. Hosta n’avait rien d’autre à faire que d’observer, aucune idée germant dans son esprit. Elle regarda longuement Angel, les yeux noirs, les cheveux noirs, les vêtements noirs. Mon dieu que tout était noir chez lui ! N’empêche, Hosta lui trouvait quelque chose de séduisant…Elle secoua la tête pour se réveiller.

« Je deviens complètement folle, vivement que cette nuit se termine enfin ! »

Puis elle regarda l’homme masqué mais tourna la tête de dégoût. Comment avait fait cet homme pour que son visage soit caché par un masque ? Son visage était-il mutilé ? Puis il semblait que quelque chose de bizarre habitait son âme...une drôle d'impression...
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 643
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor   Sam 3 Sep - 22:28

ANGEL EL FEROZ

L'odeur de la demoiselle met tous ses sens en éveil... Angel peut presque sentir son coeur bondir dans sa poitrine... Douce rêverie, ennivrement d'un instant, moment d'innatention... Et voila la situation inversée.
La surprise lui a fait lâcher le frêle poignet où ses doigts sentaient le sang battre, et il plonge son regard, dans celui de la demoiselle qui, arrivée en silence, le tenait plaqué contre le mur, couteau sous la gorge.
Un homme débarque et crie, mais il n'en tient pas compte, pas plus que l'épée qu'il brandit, sait il au moins s'en servir ?
De toute façon il ne pipe pas mot de ce qu'il dit, ce qui facilite la chose.

Un sourire se profile sur son visage d'ange alors qu'il sent la rage l'envahir, cette même haine qui lui fait perdre la tête, qui lui rappelle oh combien les "gadjos" sont fourbes, celle qui lui fait oublier qu'il est homme et qui inhibe ses pensées, ne laissant place qu'à la violence.
Le ténébreux aime cet état, mélange de plaisir et de jubilation, d'extase presque... Il n'est plus celui qu'on croise et qui passe pour n'importe quel bohémien, il devient celui qu'on craint et qu'on respecte, celui qui terrorise et qui séduit.
Angel la regarde, sans ciller, et l'esquisse de sourire laisse place à un rictus malsain, dévoilant ses dents.
Ce qu'il fait ici ? Qu'est-ce que ça peut bien lui faire ? Si elle s'imagine qu'il va se rabaisser à lui répondre...

Nous somme de le lâcher, à ses mots il pose sa main, brûlante sur celle de la brune et appuie un peu plus fort la lame sur son propre cou, y faisant perler son sang et siffle :

- Allez jusqu'au bout de votre geste la belle...

Autour d'eux tout se bouscule, l'homme continue de brailler, un cheval sême la confusion et Nous perd la curieuse... S'il n'était pas en train de provoquer l'impétueuse, il lui aurait probablement jeté un de ses regards explicites... Du coin de l'oeil le bohémien voit la blonde sauter en selle et en profite pour tordre le poignet armé de la brune qui pensait le tenir par le colbac et, à son tour la plaque, face contre le torchis des écuries en lui maintenant solidement le bras dans le dos.

On pouvait à nouveau négocier...

Saisissant son poignard à sa ceinture il en appuie la lame sur la carotide de la courageuse en péril...
La moindre trace d'humanité quitté son esprit, il n'hésitera à aucun moment à tuer celle qui l'avait mis en rage. D'un coup d'épaule il la fait pivoter face à Susu et Wakana, puis souffle, reprenant sa phrase laissé en suspend :

- Sinon il pourrait se retourner contre vous...

Son regard d'acier les fixe et le Féroce crache :

- Si vous bougez un cheveu, on lui dit adieu...

Enfonçant un peu plus la lame de manière à ne laisser place à aucune ambiguité il lance au masque :

- Prend les chevaux, on ne s'est que trop éternisés ici.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOUS

Nous ce demande bien comment une aussi frêle jeune fille a pu se débarrasser de lui de la sorte. Sa blessure au flanc à dû l'affecter plus qu'il ne le pensais.

Angel avait rétablis la situation avec sa manière féline qui le caractérisait. Nous était encore libre de ses mouvements: la brune hors d'état de nuire, l'homme semblant ne pas vouloir trop s'en mêler de près, la jeune donzelle se demandant bien comment elle allait se tirer de se fort mauvais pas.
Le ténébreux l'enjoint alors à prendre le but du larcin.
Nous les prend à la bride, Il se hisse sur l'un d'eux sans souplesse et tend l'autre à Angel. A lui de se débrouiller pour se tirer de se mauvais pas.

Déjà Nous talonne sa bête brutalement en direction du port.
Eux satisfait de filer plus vite que la brume, certains regrettant tout de même le festin prometteur écourté avant d'avoir commencé.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

LA DAME BLANCHE

Blanche arriva en trombe dans l'écurie, l'arc à la main, sa dague glissée dans sa ceinture, elle vit les 2 lâches partir et ce ne fut pas l'envie de prendre son cheval et partir à leur poursuite pour leur décocher une flèche en plein coeur qui lui manquait.
On lisait sur le visage de la jeune femme une expression de colère terrible et un regard noir effrayant avait prit place sur ses yeux habituellement bleu comme tantôt celui de la mer tantôt celui du ciel, c'était la première fois que l'on put y apercevoir une telle expression; elle fit un brusque signe à sa chouette pour qu'elle les suivent.
Après avoir visé tout le monde elle se rendit compte que personne ici présent n'y était pour rien, elle baissa sa garde relâchant peu à peu ses muscles tous contractés.
Elle essaya de se calmer tentant de retrouver son sourire habituel:

Tout le monde va bien ? Pas de blessés ?
Venez, entrez tous.

Comme d'habitude, avec son oeil de lynx, même si Hosta et Gali n'avaient rien dit elle aperçut dans l'obscurité leur poignet et cou légèrement imprégnés de sang.

Elle les guida dans la pénombre vers la demeure se souciant de chacun d'eux: elle fit passer Waka, Gali, Hosta et Susu devant elle, et quand revint Blanchette elle l'accueillit sur son bras. La chouette semblait dire à sa maîtresse qu'elle n'avait rien trouvé, elle était simplement revenut avec l'autre chouette...


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ANGEL EL FEROZ

Nous disparaissait à l'angle de la rue lorsque le Féroce fit valser sa cavalière dans les bras armés qui le menacaient. D'un mouvement félin le saltimbanque rit appui sur la croupe du cheval et dans un geste précis tira sur les rennes en talonnant fermement ses flancs.
L'animal fit demi-tour et prit le galop, suivant le même chemin que le masque.
Une fois à hauteur de la blonde, Angel ne manque pas de lui adresser un clin d'oeil, un peu déçu, ma foi, de n'avoir pu goûter un peu plus à sa présence.
L'heure n'était pas au plaisir, et à son tour il oblique et s'évapore dans la nuit.

La chouette à force de se débattre et aidée par les secousses de la cavalcade réussit à se libérer de sa prison de tissu, Angel ne cherche pas à la rattrapper, l'oiseau est bien plus rapide et il n'a pas tout perdu, un petit détour par le pigeonnier de la ville devrait arranger ses affaires au mieux.
Un petit contre temps, trois fois rien finalement.
Scrutant les toits pour se repérer il apperçoit ce qui doit être le dortoir des emplumés, une tourelle qui dépasse sans pour autant surplomber le clocher.

Une autre pression sur les flancs de sa monture et quelques minutes plus tard il glisse de la selle et s'empare d'un faucon, laissé là par un noble sans doute le temps de son séjour. Déja encapuchonné il est fermement maintenu par les doigts fins du bohémien qui ne s'arrêtera que sur le pont du Tir Na Nog dans un fracas à réveiller les morts.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

Hosta se remit en tête tout se qui était arrivée depuis qu’elle avait passée le jardin de la demeure, jusqu’à ce que les deux voleurs partent au galop, sur les chevaux qu'ils avaient finalement réussi à voler. Elle les avait regardé des yeux et s’apprêtait a les suivre quand la propriétaire de la maison était arrivée.

"Tout le monde va bien ? Pas de blessés ?
Venez, entrez tous"
-Non, je dois aller hum…vérifier quelque chose.


Elle salua d’un geste les personnes présente, Tempête avança jusqu’au portail et le poussa avec son museau, et ils se retrouvèrent tout les deux dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor   

Revenir en haut Aller en bas
 
9 - La Rochelle >>>> Demeure Dame Blanche et Fyodor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CDF 2011 - La Rochelle du 21 au 24 Juillet
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou
» La Rochelle en quête de sa première victoire! Cherche cobaye et arbitre
» La troupe de dame Iseult
» strat dame Vashj

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Dieppe (2008)-
Sauter vers: