Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle   Sam 3 Sep - 22:31

ZAIL

Sur le Quaie.


Zail, qui avais regardé le navire s'approcher et entrer dans le port s'avança à pas presser.

Il était loin d'être comme il l'avait l'imaginé, mais tout navire a son propre charme... Il s'approcha d'Old’Nick et le salua d'un signe de la tète. Celui-ci était bien trop occupé à amarrer son navire et ne le remarqua même pas. "Joli Navire" dit-il clairement, afin de se faire remarquer.

-Z'avez b'soin d'aide ?
N'attendant pas la réponse il prit L'amarre du vieille homme et termine de l'attacher.

- Les amarres souple doivent être évité dans se port, serrait bête de voir votre bâtiment disparaitre à la première nuit.

Il tourna sont regard vers le Pont du navire ou des regards peu amical c'était tourné vers lui. Il les ignora et regarda a nouveau le vieille homme.

- Vous venez d'ou comme ça ? Vous faites du commerce ?

Il parcourra à nouveau le navire du regard


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ANGEL EL FEROZ

Il avait quitté la maison à toute allure, et était passé voler un oiseau au pigeonnier de la ville. Deux vols et un peu de grabuge en une poignée d'heures, il ne s'était pas trop mal débrouille à bien y penser... "Pas mal finalement cette ville" Pense le ténébreux, passé maître dans l'art de l'autosatisfaction.

La première chose qu'on entendit du bateau furent les sabots résonner sur les pavés à un rythme éffréné, apparut ensuite un cavalier qui ne semblait en aucun vouloir ralentir sa monture et, faisant fi du capitaine et d'un jeune garçon les fôla dangereusement avant de s'engager à toute allure sur la passerelle de bois et s'immobilise sur le pont.

Ravi de l'éfficacité et de la maniabilité de l'animal volé, Angel sourit. Il était vraiment bien tombé : Non seulement les bêtes étaient magnifiques, mais elle avaient été débourrées avec brio, mêlant docilité et nervosité.
Toute once de colère l'avait quitté, cette petite chevauchée éffrénée ainsi que l'altercation et le larcin avait eu l'effet escompté et le manque d'adrenaline avait été comblé pour le moment.

Prestement il glisse de la selle, tape sur l'encolure du cheval de Nous déjà arrivé et qui pianotait impatiemment sur sa selle, puis lui donne les rennes de sa monture, c'était pas le moment de le voir fuir...
Sans un regard vers le masque El Féroz caresse le faucon à son bras puis, lance l'esprit à la raillerie et exagérant si peu la mauvaise foi dont il pouvait faire preuve :

- J'ai failli t'attendre.

Sans ajouter un mot il se poste à l'entrée de la cabine et y découvre la flamboyante endormie. Sans bruits il s'approche lançant un regard inexpressif à l'autre femme, se penche à l'oreille de Xandrya et souffle :

- Le prince charmant vous aurez embrassé l'endormie, je me contenterai de vous faire un présent.

Le bohémien pose l'oiseau près d'elle et lui ôte ce qui entrave sa vue. Libéré de sa capuche, le faucon secoue la tête et scrute de son oeil perçant la pièce tandis qu'Angel reprend sans un mot de plus le chemin du pont pour retrouver le masque.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

XANDRYA

La cabine du Tir Na Nog

Déjà quelques heures que la flamboyante avait sombré vers les bras de Morpheus, y croisant moultes personnes, agréables rencontres ou moins bonnes, doux souvenirs et pénibles souvenances.
Le visage de Seamus se croisant à celui d'Eulalie, sa main se crispant sur son médaillon, souhaitant que cela ne soit en rien un présage funeste.
Alors que ses rêves se calmaient cessant de l'agiter sans fin, lui permettant enfin de se reposer, un murmure accompagné d'un souffle chaud berça son oreille, ainsi qu'un étrange courant d'air sur son visage.
Ouvrant les yeux, Xandrya eut un mouvement de recul en voyant le faucon à quelques centimètres de son visage battre des ailes, retenu par l'entrave à sa patte.

Bordel !!!

Surprise, elle ne put retenir ce petit cri en se redressant, tournant la tête elle aperçu la silhouette d'Angel s'effacer dans les escaliers menant à la cabine, ses longs cheveux noirs flottants dans l'air.
Un sourire sur les lèvres, la flamboyante reporte son attention sur le volatile, zappant totalement la chienne qui semblait soit s'être résignée à ne pas bouger, soit attendre dieu sait quoi.
Attrapant l'entrave du rapace, Xandrya le laisse grimper sur son bras dont elle avait, fort heureusement, oté son scorpion.

Salut toi, tu sais que tu me rappelles quelqu'un, si tu fais ce qu'on te demande t'auras un copain là où tu vas.

Lentement sans geste brusque elle s'extirpe de la couverture et se dirige, en essayant de ne pas penser à son pied toujours aussi peu sensible, vers un semblant de secrétaire couvert de cartes maritimes, déposant le faucon sur le rebord d'un fauteuil fixant l'entrave au moment où le rapace lui pique le bras de son bec acéré.

HE !!! T'as peut-être faim remarque...

Attrapant sa besace, elle en sort un morceau de viande séché qu'elle tend à la bête qui ne se fait pas prier pour la dévorer en deux secondes, elle avait souvent observé Seamus faire avec son faucon, elle essaierait d'agir de même, mais à force elle se disait qu'il y aurait de plus en plus d'animaux au manoir.
Une pensée vers Blackwolf qui devait avoir bien grandi depuis son départ et ne plus rien avoir du louveteau peluche qu'elle avait laissé quelques mois plus tôt.
Revenant à ses moutons, elle se tourne vers Aarron se rendant compte qui lui non plus n'a pas beaucoup dormi, et lui lance dans un sourire.

Repose toi donc à ton tour, j'ai de l'écriture à faire donc je ne dormirais pas, ni ne ferais de folie de mon corps soit rassuré sur ce point.

Attrapant plume, encre et velins, Xandrya commença à rédiger la missive pour le maître de la chienne, celui pour Chaos pouvait attendre, Angel et Nous devait partir au plus vite.
Reprenant la plume depuis déjà quelques temps, elle se dit qu'au moins les bonnes soeurs lui auraient servi sur ce point, faire d'elle une femme un minimum cultivée, ça lui avait plus d'une fois servi.
Rédaction fut entreprise et quelques minutes plus tard la missive pour le Berry était fin prête.



Citation :Messire Morlhon-Laumière,

Nous avions des accords communs concernant une certaine Ilmarin, vous n'avez pas juger bon de tenir vos engagements, cela ne sied guère à notre organisation.
Voilà pourquoi, nous avons décidé de prendre compensation en la personne de votre dévouée Aurora.
Vous avez tout à fait bien compris, cette dernière est désormais notre propriété, si son sort vous intéresse un temps soit peu, vous devriez songer à honorer votre part du contrat.

Le Clan de La Main Noire


Relisant Xandrya n'était pas forcément satisfaite mais bon, ça ferait l'affaire, se levant en silence pour ne reveiller personne, elle se dirigea vers la ballustrade qui surplombait le pont pour voir avec Angel la suite des événements.

Angel, Nous, si vous êtes prêts à partir, ça va être le moment.

Avec grand peine, s'agrippant de toutes ses forces à la rembarde de l'escalier d'à peine cinq marches, Xandrya les rejoignit sur le pont pour leur amener ce dont ils auraient besoin.
Tendant la missive enroulée et scellée par un cachet de cire à Angel, elle donna à Nous une bourse bien remplie.

Voilà, vous amenez ça en Berry où je vous ai dit et après si le Clan vous interesse toujours, vous ramenez vos fesses à Carcassonne, y'a une auberge celle des promeneurs, sinon essayez de trouver le manoir à vous de voir.
Faites juste gaffe à vous

Faisant un tour rapide du bateau, elle se rendit compte que Raven n'était pas là, et son cheval non plus au demeurant.
Fronçant les sourcils, elle questionna les deux devant elle.

Où est Rav ? Elle était pas avec vous ?

Un chouia inquiète, elle attendait réponse en regardant le vieux nick qu'un jeunot avait aidé à accoster et qui semblait vouloir voir du pays.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOUS

sur le pont

Nous était partit à bride abattue dans les rues pavées de la rochelle, les sabots résonnaient d'un bruit métallique. Le cheval était ferré, c'était l'avantage avec les chevaux de ville par rapport à ceux de la campagne. C'était une jument robuste, à la croupe généreuse. Sa robe de couleur grise pommelée n'était pas très discrète.
Angel le rejoint.


Angel El Feroz a écrit:"J'ai failli t'attendre!"
Nous se fend d'un rire tonitruant. Décidément Nous appréciait le ténébreux.
Attention, la confiance offerte peut s'avérer mortelle à terme.
Nous n'avons besoin de personne ne l'oublie pas, nous sommes ta famille, tes amis...avec nous aucune trahison, aucun secret...
Oui mais bon! J'l'aime bien lui. Peut être un jour il nous rejoindra!

Déjà Angel repart en direction de la cabine, réapparait suivit rapidement par la flamboyante. Nous ne savait pas ce qui se tramait, au début du voyage la cheftaine avait parlé d'une mission, il n'en savait pas plus.
Un parchemin scellé.
Des bribes d'informations.
Un voyage dans le berry, pour la lettre probablement, Nous était du voyage.
Chouette, on va voir du pays! Le berry j'connais pas moi!
Pfffffffffffff, le trou du cul du royaume! pas sur qu'on y trouve un bordel!
Cette région est verdoyante certes mais proche de l'anjou, elle est une plaque tournante politiquement parlant mais aussi en ce qui concerne le commerce.

La ramène pas avec ta science à trois sous, c'est un duché de paysans mal dégrossit.
...

La flamboyante lui tend une bourse. Nous penche la tête d'un air dubitatif mais la range soigneusement, après tout elle devait avoir ses raisons pour leurs accorder sa confiance. L'avenir lui donnerai raison ou tord.

...Nous l'avons vu quitter le pont à la suite d'Angel, Nous avons essayé de la suivre sans succès, Nous ne savons pas où elle a pu aller...

Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle   Sam 3 Sep - 22:32

ANGEL EL FEROZ

Sur le pont


Angel était retourné près du masque et de son cheval, en attendant et pour oublier son estomac qui criait famine, il s'occuppe de vérifier les arnachements. Séllés dans l'obscurité et avec hâte, il se pouvait qu'ils soient mal sanglé ou que le cuir blesse les montures.
Un bruit de pas le détourne de ses ajustements et se retournant, le Féroce voit WXandrya descendre les marches pour les rejoindre.
Il fronce les sourcils.
Malgré le courage et le le caractère bien trempé de la rouquine, ses blessures semblent sérieuses, celle de son pied lui pose même de sérieux problèmes...
Le Féroce secoue la tête comme pour chasser ses pensées, depuis quand il se soucie des autres ?

Reportant son attention sur autre chose, il serre d'un cran la sangle du cheval bai, en répondant négligemment :

- Prêts, si Nous n'a pas à se repoudrer le nez avant...

Le ténébreux jette au masque un coup d'oeil amusé avant de se retourner vers la flamboyante et de saisir la lettre scéllée qu'il glisse soigneusement sous sa veste.
Gratifiant la belle d'un hochement de tête entendu il s'apprête à se remettre en selle quand Xandrya pose une question des plus innatendues. Ces deux là semblaient proche, si la rouquine ne savait où se trouvait l'autre, c'était peut être mauvais signe...

- Pas vu, elle était toujours à bord quand je suis parti...

Calculant rapidement le temps qu'il avait pu passer avec les chevaux et celui bêtement perdu à faire ami-ami avec les habitants et l'histoire du volatile, cela faisait quelques heures que la blondinette visitait la ville, il ajoute dans un souffle :

- La bavarde pourrait s'être mis dans le pétrin ?


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

A quelques mètres, près du bateau

Le chemin qu’elle avait prit l’avait amenée dans le port. Elle ralentit le pas de son cheval, observant chaque bateau. Ils ne pouvaient être que là…Elle avait sentie l’odeur de la mer sur eux.

C’est alors qu’elle vit un navire, imposant au milieu des autres bateaux. Hosta se rapprocha, poussée par la curiosité…pourquoi serait-elle venue ici, d’ailleurs ? Elle fronça les sourcils en regardant qui se trouvait sur le pont.

« Tiens, ils n’ont pas été bien loin les deux, là… »

Ils se trouvaient avec une femme aux cheveux rouge, qui pouvait se voir de très loin si on avait de bons yeux. Elle semblait être la chef, celle qui commande, dominante…Hosta ne pue s'empêcher d'avoir un frisson lui parcourir le dos.

« Charmante compagnie…bon en même temps, je me disais bien que les deux types étaient pas net, rien qu’en regardant leur tronche on peut s’en poser des questions… »

Elle s’approcha, se tenant tout de même à distance si ils tentaient quoi que ce soit, se racla la gorge pour signaler sa présence, et elle attendit en silence, gardant son calme.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

OLD NICK

Son nez pissait toujours le sang, donnant à sa barbe un air encore un peu moins ragoutant que d’ordinaire. Il l’essuyait d’un revers de la manche machinal mais le résultat restait des plus aléatoire. La vue brouillée tant par la colère contenue, que par le choc reçu voir même un certain manque d’alcool, le vieux capitaine tentait d’amarrer solidement son fier bateau. Après ca il filerait en douce au village quoique puissent en dire certaines. Une voix derrière lui le tira de ses brumes tandis que les amarres rafistolées lui étaient vigoureusement arrachées des mains manquant de le faire tomber à l’eau. Il tenait déjà pas très facilement sur ses quilles en mer mais sur terre c’était pire encore.

Hééééé…

Un jeune moussaillon venait lui prêter main forte. C’était bien aimable ma Nick savait très bien que rien n’était gratuit, ni sur terre, ni sur mer.
Le jeune homme prétendait lui donner des cours de navigation. Si seulement il savait à qui il avait à faire. Mais le vieux brisquard le laissa venir. Et comme de bien entendu un flot de questions suivit assez rapidement. Curieux ? Il allait être servi. Utilisant une vieille technique de fuyard il répondit à l’inverse de la vérité.

On vient d’où ? de Teste de Buch et on va à Dieppe. On accompagne une amie jusque là.

Même s’il était pas en accord avec ses ravisseurs il valait mieux pas trop vendre la mèche, à moins que le jeune homme cache dans sa chemise une troupe armée jusqu’aux dents. Mais au vu du poitrail glabre du bonhomme c’était bien peu probable.

Et ce beau bateau ne fait pas de commerce, juste du convoyage.
Sentant venir la suite de l’interrogatoire il poursuivit de suite, d’une voix tremblante, et y a plus de place.

Deux des trois tordus qu’il avait vu quitter le Tir Na Nog en revinrent avec des chevaux peu discrets. Mais la mignonnette avait disparu

Qu’elle aille se faire troncher en enfer
pensa-t-il.

De peur d’avoir pensé un peu fort il regarda autour de lui pour voir si la démone n’était pas réapparue. C’est alors qu’il aperçut une bien plus mignonne encore. Et au moins celle là ne lui serait pas hostile d’emblée ; ses douces mains de marins n’ayant pas encore parcouru un fessier qu’il imaginait bien ferme.

Chancelant il se dirigea vers la femme qui se raclait la gorge.

Un chat dans le gosier ma beauté ?

Il s’agrippa à la longe du fier destrier de la déesse.

Y a qu’une solution allons donc nous le rincer tous les deux. Si mes souvenirs sont bons y a un bouge pas trop grade là bas au bout.

Il fit mine de conduire le cheval dans la direction des bas quartiers rochellois.

________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

« Nan mais ça va pas ! C’est qui lui ? En plus il sent pas bon…Encore un cinglé… »

L’attente fût de courte durée, un homme, la barbe pleine de sang, des rides sur son visage, et avec une forte odeur d’alcool, s’approcha.


Old Nick a écrit:
"Un chat dans le gosier ma beauté ? Y a qu’une solution allons donc nous le rincer tous les deux. Si mes souvenirs sont bons y a un bouge pas trop grade là bas au bout."

Celui-ci mis une main à la courroie de Tempête, et le cheval ne semblait pas aimer ce geste. Et en plus, l’homme proposait d’aller dans une taverne pour se nettoyer le gosier ! Tempête secouait la tête de droite à gauche, ses sabots martelant le sol, furieux, les naseaux dilaté. Puis au moment où elle ne s’y attendait pas il se cabra, pour se débarrasser du capitaine du Tir Na Nog. Elle failli glisser de la selle pour tomber lourdement sur le sol mais ce ne fût pas le cas car elle s’était retenue au dernier moment, et le cheval semblait avoir repris conscience que sa maîtresse était sur son dos et ses sabots reprirent place sur la chaussée. Elle baissa la tête pour regarder ce qui était arrivé à l'homme barbu et pour voir si il appréciait toujours sa compagnie.

-Mon gosier va très bien, et je n'ai jamais bue d'alcool de ma vie. Par contre ça doit pas être de même pour vous !


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NANOUES

Nanoues, après avoir laissé Hosta et son cheval repartir sur la plage, avait eu des remords. Elle aurait du signaler sa présence à Hosta...

Aussi, ramassa t'elle ses affaires, et pris elle son cheval pour suivre Hosta.
Elle la perdit de vu, et la chercha pendant des heures dans les ries de LR...

C'est finalement en arrivant à proximité du port, qu'elle entendit un cheval hennir, et des chuchotements,elle s'approcha et vit Hosta, couverte de sang, son cheval , et un sale barbuqui tenait la bête par les rênes...

Le sang de nanoues ne fit qu'un tour, son cœur battait la chamade, son
cerveau s'embruma...Elle sauta vivement à terre, sortit son épée, et courut au secours dela jeune fille...Mais n'eut même pas le loisir de se battre...L'horrible arbu avait prit la poudre d'escampette, en entendant le cheval de nanoues arriver...

Cette dernière récupéra la jeune fille, regarda les plaies de son cou, puis
lui demanda ce qu'il s'était passé ...


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

-Je vais bien Nanoues, rien de cassé…ce n’est que du sang…j’en ai vu d’autres…

Elle ne s’attendait pas à ce que Nanoues allait arrivée en trombe sur le port pour la défendre. Elle la pensait encore sur les chemins ! Elle s’était surement dépêchée, la sachant seule à La Rochelle. Elle lui raconta brièvement l’histoire, à partir du moment où elle avait eu la curiosité d’aller voir ce que tramait un homme plutôt louche, ce qui s’était passé dans le jardin de la demeure de LaDameBlanche, la course à la recherche des deux voleurs qui l’avait amenée ici. Puis pour le capitaine du bateau, inutile de l’expliquer ; Nanoues avait du comprendre à l’odeur qu’il était complètement bourré et qu’il avait la tête dans la vague, et qu'il voulait profité de sa fille adoptive…

-Je voulais juste savoir d’où ils venaient…
tentant de rassurée sa marraine.

Elle tourna sa tête vers le navire, l'air plutôt songeuse.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

RAVEN

Ayant trouvée et chargée tout le bazar qu’ils auraient besoin pour la suite du voyage, Raven se remit en route vers le port. Cela faisait un long moment qu’elle était partie, le soleil était rendu bien bas. Elle hâta le trot du cheval pour se dépêcher d’arriver avant qu’inquiéter sa belle sylphide aux cheveux roux d’avantage.

Le port en vue, elle ralenti la cadence voyant le spectacle d’abord flou et ensuite de plus en plus précis. Le capitaine se tenait ventre à terre, une jeune femme blonde ensanglantée sur un cheval et une autre brune tenant une arme au nez presque du pauvre ivrogne.

Rhooo mais c’est quoi ce foutoire encore, on ne peut pas le laisser deux minutes sans qu’il nous attire des ennuis celui là….

Les pensées de l’oiseau colérique la persuadèrent de faire quelque chose, ils avaient encore besoin de lui, malheureusement. Elle dégaina une de ses épées et arriva à la hauteur des deux charmantes femmes rapidement. La lame de Raven se glissa sèchement sous le menton de la brune qui venait de se retourner en entendant les bruits de fer de son cheval.

A mon avis tu lâches ca, je suis sure que tu ne veux pas d’ennuis, nous non plus d’ailleurs. Nous sommes sur le point de partir… encore besoin de cet imbécile par terre…. Aller gros lard… lève toi et remonte à bord… Quand à vous mesdemoiselles, je ne vous ferais aucun mal si vous consentez à repartir d’où vous venez… MAINTENANT !

Elle appuya légèrement un peu d’avantage sur sa lame pour lui montrer qu’elle ne plaisantait pas. Elle n’aurait surement aucune peine à saigner même des jeunes demoiselles innocente telle qu’elles. Sa patience avait toujours des limites, et la mèche devenait de plus en plus courte en ce moment.

________________________________________________________________________________________________________________________________________

XANDRYA

Sur le pont du Tir Na Nog


Angel et Nous ne semblait pas savoir plus qu'elle où était Raven, mais tout à fait d'accord pour partir en mission, pour ne pas dire impatient.
Continuant son tour d'horizon du pont, elle ne vit pas non plus ce saoulard de capitaine, sans lui et sans le chevelu de Dieppe y'avait pas grand possibilité de repartir d'ici.

Bordel il est où encore celui là ?

Tirant son pied plus qu'elle ne marchait, boitant comme si elle avait une jambe de bois, Xandrya s'approche du bord du navire pour découvrir le vieux schnock en train de papotter avec un quidam du coin avant d'aller tenter une approche vaseuse avec une donzelle.
Au loin des bruits de sabots, tournant la tête rapidement dans la direction d'où provenait le martelement, une femme brune apparue fichant à moitié la frousse au vieux Nick qui commençait à vouloir se faire la malle.
Raven débarqua alors à ce moment, l'ange blond arrivait juste pile poil, s'arrangeant des deux donzelles.
Tournant son attention vers le vieux Nick elle le héla sans retenue.

Hé Nick ramène tes fesses sur ce rafiot !!! Fissa !!! Et amènes donc ce jeune homme avec toi, t'auras b'soin de bras pour faire bouger ce rafiot !!!

S'adressant à Rav, sur un ton bien plus enjouée, alors qu'elle tenait une des jeunes femmes en respect avec sa lame.

Ma belle laisse donc ses demoiselles passer leur chemin et rejoint nous, on s'en va.


Pas un mot, la flamboyante se dirige clopin-clopant vers les deux cavaliers improvisés, et leur claque une besace de bouffe sur le cheval d'Angel.

En route messieurs, amusez-vous bien.

Sa tache accomplie, elle s'assit sur la seconde marche de l'escalier menant à la cabine, attendant dieu seul sait quoi... les autres, qu'on l'acheve, une intervention divine, diabolique, n'importe quoi...
Au moment elle était lasse et voulait qu'on la laisse tranquille, ne fusse qu'une petite heure.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle   Sam 3 Sep - 22:33

OLD NICK

Le canasson de la donzelle était encore plus rétif qu’elle. Manifestement c’était lui qui décidait pour elle. Il envoya valdinguer le vieux Nick à même le pavé du quai qui lui râpa les deux coudes douloureusement. Le nez aux pieds du jeune gars qui lui avait arraché les amarres des mains, il maugréa de plus en plus fort. Cette vieille carne méritait une correction. Il tenta de se relever mais ses mains glissèrent et il s’écroula une fois de plus, impuissant.

Il prit une grosse bouffé d’air frais et retenta la manœuvre de redressement lorsque la « charmante » demoiselle au fessard tâté surgit d’on ne sais où. Elle se rua sur son agresseuse ou sur sa copine, les choses étaient pas très claires dans l’esprit du marin en manque d'alcool. Toujours est-il qu’elle profita de l’occasion pour encore l’amoindrir aux yeux de tous. Mais bordel de m erde il était quand même capitaine de cet équipage, un peu de respect quand même.

Ensuite c’est la roussaude qui s’y mit. Le ton restait impératif mais au moins elle demeurait conviviale pour une fois. Elle l’appela même par son prénom. Il avait donc réussi à l’amadouer. Avant la fin du voyage elle serait dans sa couche.

Dès qu’il fut relevé ses yeux se décrochèrent à la vue d’un petit tonnelet accroché dans le fatras de choses que la démone ramenait. Il ne tenta cependant rien. Après son nez et ses coudes, il en avait assez ramassé pour la journée. La chef avait rappelé ses moutons, l’accès au plaisir absolu était proche.

Il se tourna vers le jeune gars toujours en face de lui. Impossible de savoir ce qu’il pensait de se qui venait de se passer sous ses yeux mais tant pis. La chef des ravisseurs avait dit, le ravissé exécutait, y avait de la bibine à la clé. C’était pas glorieux mais efficace.

Bon mon gars, si tu aimes l’aventure, les femme accortes et la vie facile, ce rafiot est ton destin. Mais n’oublie pas, c’est moi qui commande la plupart du temps

Old Nick réintégra le pont de ce fameux trois-mats beau comme un trois-mats sur lequel il avait passé la majeure partie de sa vie


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ANGEL EL FEROZ

La réponse ne vint pas de Xandrya mais de la curieuse qui, visiblement les avait pistés jusqu'au rafiot. Angel lève les yeux au ciel mais ne peut réfréner un sourire, à croire qu'il se complaisait quand tout était emmêlé, dans les situations inextricables... Jetant un regard au masque il hausse les épaules exagérant son air d'impuissance et, faisant faire demi-tour à son cheval pour ne rien louper de la représentation du capitaine qui sonne le début de l'acte premier, le bohémien s'avachit, prenant négligemment appui du coude sur le pommeau de la selle et posant son menton sur son poing fermé, regrettant cependant qu'il n'y ait rien a grignotter pendant le spectacle.

Scène un et raclement de gorge donc, entrée de la première actrice :
Il jette sur elle un regard intrigué, teinté de curiosité, et la détaille sans pudeur de la tête aux pieds, attendant de voir la suite qui ne se fait pas attendre en l'approche cahotique de ce vieux Nick, le cheval n'apprécie guère, mais qu'en est il de la donzelle ? Premier rebondissement... Celui du fessier de l'ivrogne !
El Féroz secoue négligemment la tête avant d'être secoué par un rire franc, ponctuant l'arrivée d'une autre protagoniste.

Scène deux : Décidément, ce genre d'imprévus, ponctués d'épées dégainées et d'excès de bravoure l'amusaient grandement. On dégringole de cheval, on dégaine, on somme, le décors est planté, on attend la suite avec impatience...

L'acte prend fin avec l'arrivée de l'oiseau, qui ne s'était fourré dans aucun pétrin finalement, saluée d'un siflement du bellâtre .

Le dialogue est clair et concis, c'est qu'elle sait y faire la blondinette... Rien à redire, le maniement de l'arme précis et ne souffre aucune négociation.
La rouquine achève la représentation avec le tact qui la caractèrise et Angel va pour se redresser quand une grande tape réveille brusquement sa monture qui, dans un sursaut se rue sur la passerelle et se met au galop !
A peine le temps de se rétablir le ténébreux ! Non mais ho ! Elle n'imagine pas à quel point il est difficile de montrer autant de dédain et d'arrogance quand on manque de se vautrer ! Mais il a de l'expérience le Féroce et, presque l'air de rien passe près de ces dames en leur adressant un hochement de tête, appuyant d'un clin d'oeil le salut à la bavarde.

C'est dans un fracas de sabots martelant les pavés, et suivi de près par Nous qui ne reste pas en retrait qu'ils obliquent et disparaissent au détour d'une rue en direction de la sortie de la ville.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOUS

Nous n'était pas de ceux qui attiraient les situations rocambolesques, il était fils des ombres, il s'amusait de l'entre-choc des destins et des caractères.
Nous était servit depuis qu'il avait croisé le regard de la flamboyante dans ce cimetière de Dieppe.
Nous plisse les yeux en regardant le bellâtre se repaître de la situation.

Une tape sur la croupe de l'étalon. Le ténébreux s'envole vers les chemins au galop.
Nous incline la tête vers la cheftaine, éperonne sa jument et la dirige vers la passerelle, puis le quai en la serrant à la bride.
Arrivé à terre, Nous presse les talons, assure son assiette et relâche sa pression sur les rênes. La jument bien dressée bondit à la suite de son compagnon de route.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ZAIL

Old Nick a écrit:Bon mon gars, si tu aimes l’aventure, les femme accortes et la vie facile, ce rafiot est ton destin. Mais n’oublie pas, c’est moi qui commande
Une invitation à rejoindre l'équipage ? Zail regarda le capitaine retourner sur son navire. Le visage vide d'expression il le laissa partir devant pour le rejoindre quelques minutes plus tard. Faisant ses premiers pas sur pont, croisant plusieurs regards peu accueillants. Il tourna son regard en direction du port et de la ville de La Rochelle. Que fait-il ? il ne connaissait absolument rien d’eux et pourtant… Il continua son avancée pour allez au niveau d'Old Nick. Tout en regardant les personnes présentes, il s'adressa au capitaine.

- Et comment puis-je me rendre utile? et me faire peu être accepter parmi l’équipage...

Il regarda l'état du navire. Tant de monde a bord, et si mal entretenue... son regard s'arrêta sur une femme qui temps tôt avais l'air bien familière et autoritaire. Qui était t'elle ? il la dévisagea puis se tourna a nouveau vers le "capitaine"

- Les voiles ne sont pas rentrées.... et vous avez accosté ainsi... hé ben...

Il continua a inspecter le navire.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

HOSTA

Hosta s’était retournée en même temps que Nanoues en entendant les bruits de sabots sur le pavé. Une femme fit son apparition, aux cheveux blonds et aux yeux gris comme l’acier, sur un cheval chargée de diverses ressources : principalement de la nourriture et des bouteilles d’alcool. Hosta ne douta pas une seule seconde de qui sera l’heureux propriétaire des bouteilles.
La femme ne semblait pas de bonne humeur et sortie une de ses épées de son fourreauqu’elle avait à la ceinture, la plaça sous le cou de Nanoues et d’une voix calme donna l’ordre au vieil alcoolique de retourner sur le bateau, et à Nanoues et à elle-même de déguerpir sur le champ avec une voix un peu plus dure vers la fin.

-Viens Nanoues, j’ai assez trainée ici. Puis j’ai faim et une grande envie de dormir, la journée a été fatigante avec ce voyage et ses mauvaises rencontres.

Hosta s’approcha de l’épée de la blonde sans crainte, posa sa main sur le plat de la lame et appuya dessus pour qu’elle ne soit plus sous le cou de sa marraine.

-Vous n’en aurez pas besoin.

Elle entendit de nouveaux bruits de sabots et regarda les deux voleurs de tout à l’heure partir sur les chemins au galop. Elle fit signe à Nanoues de la suivre, aillant nullement l’envie de s’attardée ici. Elles sortirent du port et empruntèrent une rue de La Rochelle.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

RAVEN

Raven entendit les dire de sa douce sirène. Tout était sous contrôle. L’ivrogne se leva et aider d’un nouveau venu retourna sur le rafiot. Tant à elle, l’oiseau reporta son attention sur les deux brebis égarées qu’elle tenait en joue. La petite blonde comprit que sa place n’était pas ici, que les loups affamés qu’ils étaient ne feraient pas long feu de ses deux petites dames. A ce moment Angel et Nous partirent vers leur prochaine destination, sans oublier un petit clin d’œil au passage pour elle. Elle lui sourit et se radoucit ensuite en regardant les deux oubliées.
La mignonette toute blonde vient vers elle, déposa sa main sur sa lame que Raven laissa faire Elle baissant sa garde et les laissa partie toutes deux. Après s’être assuré qu’elle avait pris le bon chemin sans suivre les deux compagnons du clan, elle regagna à son tour le bateau.

A peine montée elle déchargea le pauvre animal qui avait peine à souffler. Nourriture, alcool et la colombe réclamée par la cheftaine.

Tiens Xand, c’est tout ce que j’ai pu trouver, le marchand m’a assuré que je pourrais envoyée une missive avec ca, peu discret par contre, désolée.

Une bouteille à la main elle se dirigea ensuite vers le capitaine, portant le breuvage à ses lèvres. La provocation se fait extrême.

Hummm… ca fait du bien !

Elle regarde le saoulard et sourit ainsi que son jeune ami. Propose l’alcool à son nouveau matelot.

Tu en veux ? Je te laisse cette bouteille, hum, à partager avec cet imbécile si il arrête de faire des conneries.

Elle s’approche lentement du dirigeant du navire, glisse ses lèvres sulfureuses près de son oreille.

Je ne serais pas toujours là pour te sortir des mauvais pas ivrogne, la prochaine fois, je me ferais un plaisir de te laisser souffrir, soit pas l’humiliation, soit par te vider de ton sang qui doit être plus qu’alléchant à voir quitter ton corps répugnant.

Le souffle chaud qui reste dans le cou de Nick, pour ensuite laisser ses yeux acier vide de sentiments régner sur lui. Un sourire et ensuite elle s’éclipse ailleurs. Elle prend un peu de nourriture et une autre bouteille, va vers la cabine pour en laisser à Aarron pour lui et les blessés.
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle   Sam 3 Sep - 22:33

OLD NICK

A peine arrivé sur le pont, Old’nick vit la Termite et le Masque s’éloigner dans les sombres ruelles de la Rochelle. Il semblait que la Roussaude n’attendait que ca et le retour de la tarée pour repartir. L’escale fut donc de courte durée. Pendant que Cuisse-mole réglait les formalité de départ avec les deux brins de femme, il prit le gamin un peu à part.

Bon vu que te v’la embauché, moussaillon, faut que je t’explique deux trois choses.

Etait-ce la hargne ou le manque mais sa voix tremblait de plus en plus.

Pour faire simple, c’est pas une partie de plaisir notre voyage. Ces gens là qui m’ont aussi embauché, (il ne voulait pas qu’il sache qu’ils avaient, un soir de beuverie, été tout bonnement enlevés, son singe, son bateau et lui), ces gens là donc, sont pas des tendres. C’est pas compliqué méfie toi de chacun d’eux, même s’ils te semble endormis ou même morts.
T’as pas l’air manchot sur la navigation, tu vas m’aider. Plus vite on est à Teste de Busch et plus vire on recouvre notre…euh plus vite on peut chercher de nouveaux contrat.

Il fut interrompu dans ses explications et consignes diverses par Fesse-mole. La satanée perverse le narguait une fois de plus, une fois de trop. Y avait des sujets avec lesquels il fallait pas badiner. Elle s’approcha très près de lui et lui susurra des nouvelles menaces. Il se mit doucement à ricaner, ils avaient bien trop besoin de lui que pour qu’il risque grand chose. Il plongea avidement son regard (helas rien que le regard pour l’instant) dans le décoleté généreux de la jeune femme. Il y vit bien des promesses futures en dépit des paroles qu’elle pouvait bien débiter. Les paroles s’envolaient après tout, seuls les gestes restaient. Il avança lentement sa main en direction du poitrail ainsi offert mais pas de chance la femme tourna les talons sans s’en apercevoir. Il arracha la bouteille des mains du jeune homme et e engloutit un bon trois quart.

Rhhaaaaaaa be voilà fin prèèèt. Alors gaminj t’as un nom ?
Moi c’est Captain et tu touche plus jaammais à uyne bouteillle suuur ce navihiire.
De l’ooordre et de laaa disssi … dizzypli…c’est moi l’chef.
Laaaargez les mamares !!!

Un chouia grisé par le départ, le captain était tout guilleret. La dernière étape était amorcée, le fier Tir Na Nog fendrait bientôt les flots, et le capitaine voguerait voguerait.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

XANDRYA

Sur le pont du Tir Na Nog


Tout avait l'air de s'emmancher parfaitement, l'oiseau de retour, un matelot pour le poivrot, le duo de cavaliers partis pour leur mission, Aurora sous bonne garde avec Aarron et le cinglé suicidaire dans les gades, tout allait parfaitement.
Raven lui donna la colombe qu'elle avait trouvé en ville, un léger sourire de remerciement et d'acquiessement anima furtivement ses lèvres purpurines alors qu'elle lui faisait un clin d'oeil.

Soulevant la cage avec le piaf, Xandrya la fit tourner sur elle-même observant le volatile, il allait falloir qu'elle reprenne la plume pour tenir informé le Maître.
Finalement elle garderait le faucon avec elle, elle essaierait de l'apprivoiser, un messager de plus pour le clan ne serait pas du luxe surtout lorsque celui-ci se voyait divisé comme c'était le cas au moment.

Prenant son courage à deux mains, la flamboyante se saisit de la rambarde de l'escalier menant à la cabine et poussa un long soupir avant de se redresser en grimaçant.
Evitant de ne trop s'appuyer sur son pied droit, la cheftaine regagna le lieu central du navire, un peu son QG en définitive, y retrouvant la jolie blonde.
S'arrétant un moment à ses cotés, elle posa sa main sur son épaule, en entendant le captain de pacotille brailler de larguer les amarres.

Chérie, tu veux bien gérer l'ivrogne, vérifier qu'il fasse pas de conneries ou si il a b'soin d'un coup de main ou de pied au cul, suis pas en état et je dois écrire à Chaos.

Sachant pertinament que Rav accepterais sa demande, elle se dirigea sans plus attendre vers le secrétaire où le faucon était toujours attaché, déposant la cage avec le pigeon à côté d'elle.
Le rapace semblait fort interessé par le piaf, le regardant en souriant, la flamboyante approcha un morceau de barbac fraiche rapportée par Rav vers son bec.

Rêve pas mon grand, celui là il est pas pour toi, comme ça tu reste avec moi, on va faire connaissance

Fronçant les sourcils soudainement, Xandrya se mit à secouer la tête en souriant.

Ca va pas mieux toi, tu parles à un faucon, faut que t'arrètes Xand.

Prenant la plume, elle se mit à rédiger avec soin, pour relater les événements à Chaos sans rien omettre, prenant soin d'évoquer les deux recrues partis pour le Berry.
Ci fait, elle attacha le message à la pate de la colombe et se leva avec peine se dirigeant vers l'ouverture du pont pour lacher la bestiole et qu'elle s'envole vers le manoir.

Voilà y'a pu qu'à espérer qu'il arrive jusque là-bas

Regardant un instant l'oiseau de paix s'en aller vers le sud, elle se mit à espérer bientôt le rejoindre et l'enviant de surement revoir celui qui hantait ses pensées avant elle.
D'un pas hésitant, elle retourna vers le bureau s'installant confortablement dans le fauteuil, attrapant l'entrave du faucon pour l'amener à elle et lui caresser la tête, évitant à la base les tentatives de coups de bec qui cesserent avec les petits bouts de viande qu'elle lui donnait pour l'amadouer.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

RAVEN

L’oiseau blond souri à Aarron en revenant dans la cabine porter certaines provisions pour lui et ses deux détenus. Elle jeta un léger coup d’œil aux deux captifs. La jeune femme ne bougeait pas trop, étonnant qu’elle ne se soit pas réveillée, ou bien alors Raven n’en avait pas eu conscience. Peu lui importait finalement de cette chienne. Elle aurait bien pu crever que cela ne l’aurait pas empêchée de dormir, cependant, le maitre ne serait surement pas de cette avis, malheureusement. Quand à l’homme, il méritait amplement son sort, bien que ce soit un des leurs, il avait complètement perdu les pédales de s’en prendre à leur chef. Il serait surement châtié pour cela.

Sa douce compagne entra également à son tour. Elle était mal en point. Depuis tout le temps qu’elle était au clan, jamais elle ne l’avais vu dans un aussi mauvais état. Elle était forte par contre, bien que sa santé était inquiétante, elle la savait au dessus de tout cela et s’en sortirait. Elle donna de nouvelles ordres que l’oiseau accepta comme toujours avec un clin d’œil.

Oui chef, j’y vais de ce pas. Je peux le pousser par-dessus bord s’il te plait ?

Elle rit, sachant très bien qu’il en était hors de question et sortie avec le sourire aux lèvres. Soulagée d’être un peu enfin seule, l’espace d’une courte seconde, les deux sur le ponton trop occupés à remettre le bateau à l’eau, elle referma la porte et s’y appuya. Elle descendit lentement sa chemise, faisant attention de me pas effleurer la peau. Une forte odeur de suinte s’en dégageait. Le sang était séché et avait provoqué une galle qui empêchait l’hémorragie. La douleur, elle, était imminente. La couleur noire qui se rependait sur sa peau n’aidait surement pas à la rassurée mais ce n’était pas le moment de se plaindre. Elle éviterait de trop se servir de son bras, voilà tout, comme si cela changerait quoi que ce soit. Ce qu'elle pouvait être naive quelques fois. Elle replaça sa chemise et alla retrouver les deux moussaillons.

Alors, on décolle ou on reste ici jusqu’à ce que la glace reprenne ?

Elle voulait rentrée, plus rien d’autre n’importait. Elle appuya ses mains sur la rambarde et regarda droit devant. Ses pensées voguèrent, tout comme le bateau vers leur destination finale. Bientôt elle serait près de lui. Son âme l’appelait en silence. Cet homme lui manquait à un point inimaginable, comment tout cela avait il pu en arriver là. Encore et toujours cette éternelle question. Elle avait au moins une réponse, elle en était follement amoureuse.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

ZAIL

Une bouteille à la main le temps de quelques secondes, des ordres donnés par une étrange femme, et cette fameuse bouteille qui lui revint. La regarde avec pitié tout en essayant de comprendre les dernières paroles du capitaine...

Old Nick a écrit:
Laaaargez les mamares !!!

Etonnée que le départ se face si vite, la nouvelle recrue exécuta les ordres.
Après avoir détaché les amarres et effectuer les première manœuvre pour écarter le navire du port, il retourna sur le port afin de monter sur l'un des mâts pour rattacher une des voile qui avais bien souffert. Il croisa rapidement cette mystérieuse femme.

Raven a écrit:
Alors, on décolle ou on reste ici jusqu’à ce que la glace reprenne ?

Un rapide regard et aucune réponse, bien trop de travail a faire et cette éternelle question qui lui restait en tète. Qui était cet équipage ?

La drisse de la voile était entourée a une hauteur assez importante, comme si les voiles de se navire n'avais jamais était rentrée, après de longue minutes il la décrocha et rentra la voile afin que le capitaine puisse mieux manœuvrer et sortir du port. Du haut du mât, il regarda un instant la jeune femme qui semblait bien pensif, était elle si dangereuse ? Il fixa le capitaine attendant l'ordre d'affaler la voile... un ordre qui ne semblait point venir. Il en prit l'initiative et descendit de son perchoir.


________________________________________________________________________________________________________________________________________

OLD NICK

Le vieux Nick avait à peine donné l’ordre du départ que le gamin se rua sur les voiles. Le Capitaine, malgré qu’il fut ébloui sans doute par le soleil et autres effets secondaires éthyliques, put remarquer que le jeune homme était loin d’être manchot et qu’il était bien habile à la manœuvre.

Mu par un profond dédain, il ne releva même pas la nouvelle pique que lui adressait l’insupportable beauté. Il se contenta de marmonner pour lui

C’upe toi tes miches vu moi j’peux pas encore. J’vais t’la faire fondre moi ta glace tu vas voir, l’départ est ordonné, essaie un peu de suivre au lieu de me reluquer avec envie.


Le gamin haut perché prit une initiative qui accéléra la manœuvre. La voile était déjà affalée depuis longtemps lorsqu’il hurla.

Avalez les moiles !!!!

Un rot sonore sorti de sa bouche pâteuse alors qu’il se saisissait du machin pour faire tourner le bateau. Avec le temps, l’age et la bibinne, sa mémoire lui faisait défaut. Le jargon maritime lui échappait peu à peu. Comme tout le reste.

Un bruit de verre brisé, quelques menues choses renversées et son petit marmouset lui grimpa sur l’épaule.

Alors Jack on y va…puis t’étais oùùù toiii ?

Fièrement et au petit bonheur la chance, le capitaine pilota son vaisseau en dehors de la rade de la Rochelle. Ils reprirent la mer pour se diriger là où tout avait commencé entre lui et les somptueuses qu’il avait pu cueillir dans ses filets.

Vers l'Infini et au delààààààààààààà
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
11 - La Rochelle >>>> Le port de La Rochelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coverage CDF La Rochelle
» [A Valider] Port-Guyet
» CDF 2011 - La Rochelle du 21 au 24 Juillet
» Dans le port d'Amsterdam ...
» Is it necesary open any port in my Internet router?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Dieppe (2008)-
Sauter vers: