Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont   Sam 3 Sep - 20:05

GUS

Sur la route puis dans la fôret pas loin de là

Gus s’était grouillé de sortir de la grotte après le Taciturne. S’il arrivait en plus en retard il allait encore en prendre pour son grade. Et pas de bol pour lui, c’était lui qu’ils attendaient tous. Mais apparament ils étaient déjà tous trop occupés à se préparer pour pas penser à encore le rabaisser.

La bande de joyeux fêtards qui tiraient tous la tronche prit son envol vers Clermont. Gus resta tout un temps à l’écart du groupe. Il savait pas trop quoi faire pour bien faire. Le Taciturne avait dit qu’il l’aiderait mais on se demande bien à quoi. Puis il causait vraiment pas des masses ca allait pas être simple de pas s’endormir pendant le cours.

Finalement il amena sa monture aux côtés de celle qui malgré son sale caractère continuait à faire battre son cœur comme un tambour.
Il la regarda un peu pennaud vu qu’elle était depuis leur départ toujours plongée dans ses pensées et même pire vu qu’elle causait avec les autres. Il poussa un soupir sonnore mais avec les chevaux qui courraient à fond la caisse et le vent elle avait rien entendu.

Puis en plus ils arrivaient pas trop loin du campement des templards et la Puce alla le dire à la chef.

Tout le monde ralentit au point de s’arreter pour rester planqué dans le bois. Il fallait qu’il récupère l’estime des autres. Et il avait une chouette idée pour ca mais fallait pas qu’il déconne et qu’il se concentre un max.

Il descendi de son canasson et alla vers Cellene.

Bon chef, c’est vrai que je me suis planté un peu hier à la grotte. J’ai un deal à te proposer.

Il montra les tantes templières

Je vais jusque là, je répère la tante ou est Sam, je prépare tout et vous intervenez. Ca je sais faire et même bien, c’est le taf que je faisait pour le boiteux. Et comme ca après on oublie Aurilac. D’ac ?

Il se tenait fièrment devant la belle chefetaine aux yeux marine. Espérant de tout son cœur qu’elle accepte sa proposition. Puis comme ca Anyanka verrait aussi qu’il était pas rien qu’un boulet.

_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Planqué dans les bois près du Campement

Ils avaient tous chevauchés d'un pas rapide, ralentissant pas loin du campement. La Puce avait désigné du doigts l'endroit ou l'Argenté était retenu prisonnier. Cellene avait donc amener le groupe dans la forêt et était descendue de sa monture. Son énervement n'était, par contre lui, pas descendu pour un sous. Bien au contraire. Il était maintenant de prendre les choses en main, de récupérer Sam et de rentrer. Le temps était trop long et tous avait besoin d'action pour commencer, puis d'un bon repos bien mériter. Bien que l'Azurée craignait la colère de Chaos en rentrant les mains vides. Après tout, elle avait elle-même décidé d'en finir avec cette mission, mais n'était pas forcément prête à recevoir les foudres de leur Maître tortionnaire pour le peu qu'elle en avait vu lors de la réunion.

Cellene se mit à réfléchir comment approcher du camp, la nuit était tombée depuis un moment et plusieurs tentes étaient entrain de s'éteindre. Ils ne pouvaient pas foncé dans le tas, sans savoir ou était Samaël. L'effet de surprise au petit matin, de voir leur prisonnier absent plaisait à l'Azurée et elle espérait que cela se passerait ainsi. Les deux mains sur les hanches, elle observa le camp, soupirant à plusieurs reprise, jusqu'à ce que Gus se plaça devant elle.

Elle haussa un sourcil, retenant sa main de lui en tourné une pour l'épisode de son arrivée à la grotte. Il lui proposait un deal, l'Azurée l'écouta attentivement. Elle serra les dents et les poings sur ses hanches, se mit à réfléchir rapidement. Après tout, elle n'avait pas d'autre solution. Sans même demander l'avis des autres, elle prit donc la décision.

Elle planta son regard saphir dans les yeux du Gamin, le regardant fermement, durement, ne laissant paraitre que de la colère.

Bien!! c'est d'accord.

Elle s'approcha de lui et siffla entre ses dents serrées.

Une gaffe... une seule... et tu gouteras à ma colère. Je te conseille de mener cette "mission" à bien, Gamin. Suis-je bien clair???
Au moindre problème... tu hurles.

Sans même attendre sa réponse, elle se tourna vers le groupe tout en expliquant le plan en murmurant. Elle ordonna à tous de se tenir prêt, dès le retour de Gus, ils allaient passés l'action. Deux devraient donc aider Samaël à marcher en vue de sa blessure, détaillée par Anyanka. Pendant que les autres assureraient leur fuite.

Après avoir donné ses ordres, elle se tourna vers Gus. Et lui fit un signe de la tête de partir. Cellene s'approcha ensuite de sa monture, jetant un léger coup d'œil à sa Douce Peste. Puis elle empoigna son épée, la sortant de son fourreau. Elle s'approcha d'un gros arbre à la lisère de la forêt et s'y planqua. Attendant à tout moment, soit le retour de Gus, soit un signal d'appel.


_____________________________________________________________________________________

ANYANKA

En planque dans les bois

Après avoir chevauché quelques jours sans réellement se poser, le groupe arriva enfin en vue du campement, la puce faisant signe pour que Cellene agisse en conséquence vis à vis du groupe.
Occupée à guetter les tentes où de faibles lueurs s'éteignait au et à mesure, n'entendit que d'un oreille distraite ce que disait Gus à la cheftaine, se demandant bien ce qu'il pouvait lui raconter lorsqu'elle le vit partir vers leur cible, seul...

Beuh...

Le regardant s'éloigner, à la fois surprise et inquiète, son visage alla de son compagnon à l'azur, se rapprochant d'elle pour écouter ce qui se passait, la puce secoua la tête, il voulait faire ses preuves, c'était bien mais de là a se lancer dans la gueule du loup seul.
Une sale pensée lui sert alors le ventre, et si il lui arrivait quelque chose, si il ne revenait pas, si... bon sang mais pourquoi elle était restée fachée comme ça, la peur de ne plus le revoir lui vrillait l'ame et le coeur.
Sortant son épée courte, elle se tint prête comme leur chef à intervenir au besoin, se jurant que si elle revoyait Gus, elle le galocherait comme jamais elle ne l'avait encore fait.


_____________________________________________________________________________________

IVY

Près du Campement des Templiers

Nouvel objectif, sortir l’argenté du mauvais pas dans lequel il se trouvait. Comment allait elle le retrouvé ? Elle souhaitait qu’il ne soit plus d’avantage blessé que ce qu’en disait la puce. Elle avait une profonde aversion pour Samael depuis cette dispute, mais au fond d’elle-même, elle lui était très attachée. Beaucoup plus qu’elle n’aurait su le lui avouer. Retour aux sources pour Ivy. Ils se dirigent vers Clermont, elle en arrive à peine. Elle soupire doucement tout en chevauchant. Tout cette route pour rien, elle aurait du attendre là-bas…. Enfin elle fini par ce dire que ensuite, c’est le retour au manoir. Un sourire entraient d’espoir surgit de ses lèvres.

Ils s’arrêtent enfin après plusieurs heures sans halte. Les voilà enfin arriver. Le campement n’est pas loin selon les indications de la gamine. Cellene les écartent pour ne pas être découvert trop tôt. La forêt est un très bon refuge, ils y seront bien en attendant. Gus est le volontaire pour l’éclaireur. Elle admire la bravoure du jeune homme même si un peu stupide. Cela va probablement viré à la catastrophe. Elle sourit puis descend de sa monture, suivant les mouvements des autres. Elle s’installe confortablement au sol et regarde le ciel, ses divines pensées se larguant dans le présent, son subconscient. Elle attend, ils attendent le signale. Pendant ce temps, elle se repose, elle en a pas eu vraiment la chance depuis son départ de Carcassonne. Pendant qu’elle fait cela, elle n’empoisonne pas la vie de quiconque au moins…


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Dans une tente du campement

La nuit tombait une fois de plus sur le campement, les interrogatoires se succédaient, se ressemblant à en devenir lassant, toujours la même rengaine, même si ils voyaient bien que l'argenté n'était pas décidé à leur répondre sur quoique ce soit.
Sa compagne de combat avait été ramené dans la tente, mais à bonne distance de l'endroit où ses chaises avaient été ancrées au sol pour qu'il ne puisse trop bouger.
Durant ses quelques jours, ill avait eu tout loisir de détailler ce qui se trouvait sous la tente, des coffres de nourriture ainsi qu'un coffre bien plus intérressant rempli de bourses pleines d'écus, l'ange déchu avait vu plus d'une fois les intendants templiers venir y piocher pour ravitailler les soldats de l'église avant d'aller au village.

Le temps commençait à lui paraître long, et si ses compagnons n'agissaient pas d'ici peu, c'est qu'ils l'avaient laissé en arrière surement pour protéger la mission.
L'avantage de cette attente, c'est que sa cuisse se remettait doucement, pas au point de pouvoir marcher de nouveau normalement, mais au moins sa plaie n'était pas infectée, il avait pu la soigner correctement et régulièrement.
Il serait donc au moins apte à chevaucher si ses accolytes se pointaient, son étalon ne devait sans doute pas être bien loin de surcroit, les templiers ayant surement épluché les fontes pour essayer d'y trouver un quelconque indice.

Allongé sur sa paillasse, la lumière de la lampe tempete brulant comme à l'habitude toute la nuit sous son "hotel" de luxe, Samaël fixait le tissu les bras croisés, poings liés ramenés sur son poitrail, rare position disponible lorsqu'il s'étendait.
Son esprit vagabondait, pensant aux femmes qui devaient s'inquiéter pour lui, surtout à l'azurée, même si son esprit revenait régulièreent vers cette sauvageonne laissée au moulin, il se demanda l'espace d'un instant si la dorée était toujours en vie, il n'avait pas su y retourner comme dit avant d'être envoyé ici, l'avenir le dirait...


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

La chevauchée avait été une fois de plus harassante. Un des leurs était en mauvaise posture et l’esprit clanique s’était réveillé chez le Taciturne. Leur intervention ne devait souffrir aucun délai. Malgré le manque et les appréhensions, Seamus se sentait passablement bien grâce à l’action qui s’annonçait enfin. Hormis quelques instants intenses lors de leur fuite de Clermont, le manque d’action avait permis au Taciturne de faire le point. De trop réfléchir peut-être. Un jour ou deux de plus il aurait sombré dans une période de doutes qui l’aurait plus que miné.

Secourir Samaël était donc bénéfique à plus d’un titre. Le long voyage se passa sans encombre, chacun étant plongé dans ses pensées. Même le Gamin, pourtant si fanfaron d’ordinaire restait coi. Abandonner la relique à Aurillac avait du être un cruel dilemme pour Cellene mais ils devaient intervenir en nombre. Même les deux amoureux, pourtant régulièrement à l’écart du groupe, avaient suivi.

La belle Azurée stoppa la progression du groupe d’un geste de la main. Seamus qui se tenait à ses côtés fut un des rares qui pu entendre la proposition du Gamin. Il y a bien des choses à dire sur son compte, mais une certitude était qu’il ne manquait pas de courage. Et d’inconscience…

Gus se prépara pour aborder le campement dans une discrétion qu’il n’avait pas manqué de vanter devant leurs mines dubitatives. Même le Taciturne, pourtant disposé à lui laisser sa chance, ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Le Gamin entama sa progression dans les herbes desséchées qui entouraient le campement des Serviteurs du Temple. D’après les souvenirs qu’il en gardait, le Gamin allait au feu sans armes. Même si, selon lui, Gus avait une certaine expérience de l’infiltration, il semblait avoir tendance à confondre le campement des soldats avec une riche demeure bourgeoise dont il initiait le pillage.

A quelques mètres à peine à ses pieds, le gamin progressait lentement en rampant. Seamus se saisit d’une des dagues qu’il gardait cachée dans ses bottes, le prit par la lame et d’un mouvement sec du poignet la lança en direction du gamin. La lame vint se ficher dans le sol à quelques pouces de la main de Gus qui s’arrêta instantanément. Il se retourna avec un regard plus que courroucé. Croyant à une vulgaire plaisanterie de celui qui s’était promis de veiller sur lui, le gamin s’apprêta a venir éructer ses quatre vérités au Taciturne.

Le visage de Seamus n’affichait pas l’hilarité que sans doute le gamin pensait y trouver. Il pointa du menton le campement ennemi et, par des signes de la main, fit comprendre au gamin que cette lame pourrait s’avérer être une auxiliaire bien utile dans son approche.

Gus reprit sa progression tandis que Seamus, descendu de cheval, se mit à son tour en position, tout ses muscles bandés, prêt à bondir à la moindre nécessité. Habitué à scruter l’obscurité, il pouvait appréhender chaque mouvement du gamin tout en continuant de survoler du regard l’entièreté des tentes rassemblées autour d’un feu central.

Les chevaux des soldats étaient tous regroupés au pied du même arbre se qui lui donna une idée pour ralentir une poursuite éventuelle. Hélas, les montures étaient entravées et il ne serait pas simple de les faire fuir pour couvrir leur retraite. Sans autre choix pour le moment, il suivit des yeux l’avancée de l’adolescent. Pour une fois le Gamin n’avait pas menti sur ses capacités. Pour le moment. Son inconstance était devenue légendaire parmi les membres du Clan. Sujet de railleries, elle devenait sujet d’appréhension pour tous ceux qui se tenaient prêt à intervenir, cachés dans la pénombre de la forêt.


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR

Dans les bois...

Chacun avait demarré au quart de tour, en même temps vu comment la femme aux yeux bleus avait le feu au cul, valait mieux pas la chatouiller et la suivre sous peine de se faire crisser.
La vagabonde avait donc suivi en restant près de la cariole des deux énamourés à qui ont avait dit de retourner sans attendre à leur fichu manoir pour prevenir le "maître".
L'impression d'Ali se confirmait, si au manoir elle allait, elle n'y resterait pas, du moins pas trop longtemps, avoir un maître s'était pas pour elle, libre comme l'air, ni Dieu, ni maître, c'était sa devise.

Une fois la jonction entre Clermont et Polignac atteinte, le contraste et la femme au teint livide partirent à l'opposé du reste de la troupe, qui s'approchant de Clermont fini par se planquer dans les bois, toute façon ça servait à rien de pigrasser, c'était inutile.
S'avançant, elle se cala dans le groupe non loin du taciturne, carressant le pommeau de l'arme donnée par celui qu'ils allaient sauvés, et se mit en attente.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 9:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont   Sam 3 Sep - 20:05

VERSUS

Dans la pénombre des bois

La Belle aux yeux bleus avait réagit exactement comme l'avait supposé le Ténèbre. Il retint un sourire, riant intérieurement de la voir s'énerver de la sorte. D'ailleurs, pendant tout le trajet, elle était restée devant à côté du Taciturne, sans même jeté un regard vers la Belle Lu. La provocation que Versus avait commis près de la grotte devait rendre la Belle Azurée sur les nerfs. Il put apercevoir des étincelles mauvais dans ses yeux saphirs. C'était presque jouissif de la voir dans cet état, mais la Belle Lu ne semblait pas le voir de cet oeil. C'était fort dommage. Versus appréciait grandement provoquer, surtout qu'à la fin, une chose était certaine. Il l'aurait quoi qu'il arriverait. Non pas comme il prendrait n'importe quelle femme. Ca non! La Belle Lu avait l'exclusivité, sans vraiment comprendre comment ou pourquoi cela lui était-il arrivé. Après à quoi bon se poser trop de question, c'est complètement inutile. Le Ténèbre tenterait d'avoir la Belle Lu, que la Belle Azurée soit d'accord ou non.

La nuit commençait à nouveau à tomber, juste au moment ou Anyanka pointait le camp ennemi du doigts. Cellene donna l'ordre de se planquer dans les bois. Le Ténèbre se demanda ce qu'elle allait décidé maintenant. C'était bien beau d'être près du camp, encore fallait-il savoir comment ils allaient entrer et faire sortir l'homme aux cheveux blancs, du nom de Samaël. Versus avait suivit le mouvement. Il descendit de cheval, restant près de la Belle Lu pendant que Cellene parlait avec le Gamin et le Taciturne. Ensuite, la Belle Cheftaine donna ses ordres, et tous allèrent se planquer attendant un signal du Gamin.

Le Ténèbre réajusta sa lame dans le dos, ainsi que son mantel. Il se mit près de la Belle Lupia, s'accroupit au sol, observant dans la pénombre de ses yeux de feu. Il était fort concentrer, faisant attention au bruit aux alentours. Mais tout était très calme, les tentes s'étaient éteintes une à une, laissant qu'une voir deux tentes encore allumées. Le Gamin avait déjà faire du chemin dans l'herbe, curieusement sans faire de bruit. Versus fut surpris qu'il ne fit encore aucune gaffe, jusqu'à quand?

Maintenant tous attendaient... le moment ou l'action prendrait place...


_____________________________________________________________________________________

GUS

Dès que la chef avait accepté sa proposition, le Gamin s’accroupit, se couvra le visage de boue et partit en ramping vers les tantes. Il avait pas fait 3 mètres qu’un couteau se planta presque dans sa main. Il se retourna prêt à raler un bon coup. Non fallait pas déconner. Si on lui laissait même pas l’occasion de réparer ses conneries ou même de prouver à tous qu’il pouvaient compter sur lui, ca allait vraiment pas le faire. Marre de chez marre

Dans le noir en plus y voyait peau de balle, mais malgré tout il vi Seamus faire des grand signes. Ah c’était donc pas pour le faire suer mais pourquoi alors. Mais oui quel manche ce Gus, il allait partir au coupe gorge sans rien pour couper. Sympa le Nin..le Taciturne (ca veut dire quoi d’ailleurs ? un qui cause pas ? ou un dépressif chronique ?)

Bon on continue parce que là on va pas le laisser au beau milieu de tout pendant des plombes, y en a qui attendent.

Plus il se rapprochait du camp mieux il voyait ce qui se passait. Toutes les tentes étaient noires dedans. Toutes ? Non ! Car une seule peuplée de l’irreductible Samaël resistait encore et toujours à l’envahissement de la nuit. Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légio… non ca c’est une autre histoire…pardon.

Bref y avait des tantes avec un gars semble t-il qui faisait le tour de tout le campement. Même que Gus du se tapire sans bouger pour le laisser passer. Il avait eu chaud aux fesses.

Une seule tante était encore allumée et Gus se glissa tout près. Un homme et une femme montait la garde devant. Mais…pas derrière.

Finalement le couteau de Seamus serait utile et pas rien que pour égorger. Puis deux contre un et ce un sans habitude pour se battre, vallait mieux pas. Il repassa derrière la tente et commenca à couper la toile pour y faire une toute petite ouverture ou ce qu’il y a que lui qui pourrait passer. Il regarda à l’intérieur et bingo !!! Devinez qui était dedans ?

Mais ouiiiii. Samaël, l’obsédé de service !!!

Il se glissa tout entier dans la tente et s’accroupit juste à côté de l’Argenté.

Tu bouges pas tu dis rien, je suis venu te sauver…Enfin je suis pas tout seul t’inquiète.

_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Dans une tente du campement

La nuit était une fois de plus bien calme, toutes les tentes s'étaient éteintes et le démon séducteur commençait à sentir la fatigue venir quand un déchirement d'étoffe attira son attention.
Tournant la tête vers l'origine du son, il vit un gamin s'introduire dans la tente par un minuscule orifice, comme un nouveau-né sortant du ventre de sa mère.
Plus qu'étonné, il s'aperçut qu'il s'agissait du petit amoureux de la pucelle, celui-ci se glissa jusqu'à lui telle une anguille, pour lui dire de pas bouger qu'il était venu le sauver.

Qu'est-ce que c'est que cette farce...
songea t-il instinctivement avant de l'entendre dire qu'il n'était pas venu seul.

Inclinant la tête sans dire un mot, il souleva les mains pour montrer au gosse qu'il n'était pas tout à fait "mobile" et que la chaine était relié au lit de fortune, celle-ci ne serait pas dure à faire sauter, en revanche les entraves de ses mains ça serait autre chose.
Un autre signe du menton, et l'ange déchu indique à Gus, son épée, ainsi que le coffre avec les écus.

Faudra pas oublier ça en partant...

Se redressant lentement sur la paillasse, comme il le faisait régulièrement chaque nuit, trouvant difficilement le sommeil de part ses entraves, il se mit dans la même position que d'ordinaire, tête entre les mains et profita de regarder le môme en lui chuchottant.

C'est quoi la suite des opérations, y'a qui avec toi, vous êtes combien dehors ?

_____________________________________________________________________________________

GUS

Dans la même tente évidemment

Gus essaya de comprendre ce que disait la belle cheminée (le bel âtre mdr). Il lui montra son épée et de caisses. Mais pourquoi diable il causait si bas, un peu comme si…

Arf bien sur. Ils avaient laissé un garde. Ou plutot une vu qu’elle avait manifestement pas un torse de mec, ou alors piqué aux hormones. Elle dormait. Pour sur que Samaël avait du l’endormir de ses belles parole.

Gus scruta donc attentivement toute la tente pour voir s’il y en avait pas d’autre. Il regarda aussi comment était attaché l’obsédé. Il lui chuchota

Bon tu bouges pas de là hein, je vais chercher les autres

Il ressorti par le même chemin que pour venir, rampa dans les hautes herbes qui ressemblaient bigrement à de la paille vu la saison. Il allait en ressortir tout griffé et avec son bol il serait bon pour une crise d’allergie. En plein hiver je vous jures…

Il laissa passer le gros soldat qui patrouillait. Lui, impossible de savoir si c’était un mec ou pas et à vrai dire on s’en tappe.

Il se retrouva là où il croyait avoir laissé les autres. Mais plus personne…Ah si là au fond à droite derrière le buisson. Heureusement qu’il avait retrouvé la cheftaine parce que si il avait du encore gueuler ca aurait vachement crisé. Il continua à rampant jusqu’à Cellene. C’était un peu inutile vu qu’il était sous les bois mais on était jamais trop prudent.

Voilà je t’explique. Sam a les mains attachées avec des fers. Plus une chaine qui va des menottes au lit de camp. Va p’t’être falloir le ramener avec le lit. Par contre hyper gaffe, y a une templière qui dors avec lui.

Mais non fait pas cette tête, pas dans le même lit… Elle est près de l’entrée de la tente. Moi j’ai fait un trou derrière. Puis Sam a l’air de vouloir ramener des souvenirs aussi. A toi de voir combien t’en envoi mais j’en suis si tu veux.

Tout fier de lui il regarda aussi en direction de la Puce. Hé elle avait pas l’air fier pour le coup. Et encore elle avait pas tout vu. Faut pas piquer le gamin au vif, il peut devenir redoutable…


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Tapis dans l'ombre dans les bois

Le temps semblait passer hyper lentement, presque une éternité. Tous semblaient fin prêt pour la suite, il ne manquait plus que le retour de Gus pour libérer le bel Argenté de sa prison. Cellene resta dans les buissons, écoutant la nature. Tous était calme, seulement quelques bruits de pas et de le frottement d'un tissu rêche se faisait entendre. Surement un garde qui faisait sa ronde. Cellene tenta de rester des plus calmes, espérant sincèrement que le Gamin fasse ses preuves et sans aucune gaffe cette fois.

Après un laps temps interminable, l'Azurée fut attirée du mouvement devant elle. Très léger certes, mais suffisamment pour piquer sa défensive. Cellene serra la garde de son épée, prête à en découdre s'il le fallait. Lorsqu'elle vit la bouille de Gus faire surface sous les branchages, Cellene se détendit légèrement. Elle l'écouta, fronçant les sourcils sous quelques mots prononcé par le Gamin, mais qui très vite fit semblant de la "rassurer". L'Azurée se tourna vers le groupe, tout le monde ne pouvait évidemment pas venir de peur de faire beaucoup de bruit. Il fallait évidemment au minimum deux personnes, au maximum cinq, pour aider à défaire Samaël de ses chaines, espérant ne pas devoir embarquer le lit. Elle soupira, puis murmura mais suffisamment fort pour se faire entendre du groupe.

Seamus, Alienor, Versus et Gus, vous venez avec moi, sortir Sam de là. Les autres, vous restez en couverture pour assurer nos arrières.

Sans attendre une quelconque réponse, Cellene se laissa glisser au sol. Elle avança lentement, sans faire de bruit, rampant jusque vers la tente. Un bruit se fit entendre, le garde se repassait. L'Azurée leva le poing pour que tout le monde s'arrête et ne bouge plus. Le garde passa enfin, une fois la voix libre, Cellene continua sa progression. Elle entra doucement sous la tente, se plaçant juste derrière Samaël qui était assis sur la paillasse. Elle décala sa tête pour observer l'entrée de la tente. Puis elle tourna la tête et regarda Versus, soulevant très légèrement la toile. Elle lui fit un signe avec la main de s'occuper du garde qui rode. Il semblait avoir compris, car il se laissa glisser le long de la tente sur le côté, attendant ensuite le garde. Puis Cellene fit un signe à Seamus de s'occuper de la templière à l'entrée. Le Taciturne comprit rapidement. Cellene posa ensuite une main dans le dos de l'Argenté, d'un murmure doux et chaleureux elle s'enquit de suite son état de santé.

Sam, vous pourrez marché? Votre blessure... est profonde?

Elle observa l'Argenté un instant, alors que Seamus s'occupait déjà de la garde. Dès qu'elle serait maitrisée, ils pourront s'occuper des liens qui tiennent le bel Argenté prisonnier.


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Très lentement ils progressèrent dans les hautes herbes. La Menteuse, gibbeuse à souhait, les aidait en éclairant leur progression de sa douce lumière. Ils se faufilèrent habillement jusqu’à la tente que leur désignait le Gamin. L’Azurée y pénétra sans bruits au risque de peut-être surprendre l’argenté. Le Taciturne n’avait pu entendre que des bribes du rapport de Gus mais il savait l’Argenté blessé et entravé. Plus que probablement il avait du, selon toute évidence, avoir été désarmé.
Un à un les comparses pénétrèrent dans la geôle de toile, Versus ayant été désigné pour se débarrasser du vigile qui circonscrivait le campement des soldats du prétendu dieu.

De prime abord, Seamus fut assez surpris du geste que lui adressa Cellene à l’encontre de la sentinelle endormie. Son regard étincela cependant lorsqu’il comprit qu’elle ne désirait pas que la femme soie tuée de suite. L’idée avait le mérite d’être très intéressante mais Seamus se demanda toutefois jusqu’où l’Azurée avait l’intention d’aller avec cette prisonnière potentielle. Victime expiatoire offerte au Maître afin de détourner son courroux ? Subtile mais dangereuse option. Le moment n’était cependant pas à la réflexion. L’action primait.

Il plongea, l’espace d’un instant, son regard flamboyant dans celui de Cellene tandis qu’il se saisissait de sa fine dague dissimulée dans sa botte droite. Tout se passait dans le silence absolu et seuls les oiseaux de nuit venaient, de leurs cris lugubres, troubler la torpeur nocturne qui semblait s’être emparée du campement templier. Bien qu’ayant eu peu l’occasion de se coordonner, la meute agissait dans une chorégraphie muette d’une efficacité aussi redoutable que pouvait l'être sa meneuse.

Seamus se glissa, dague dressée, dans le dos de l’endormie. Celle-ci sommeillait la tête posée sur son épaule. Heureuse présentation car si elle avait appuyé son front sur ses genoux, sa capture aurait été bien plus périlleuse. Pour eux deux ... pour eux tous...

Le Taciturne entama une danse toute particulière avec la templière. Tout à la fois, accroupi, il lui colla son torse puissamment contre son dos tandis que d’une main il lui couvrait la bouche et, de l’autre, lui appliquait le froid acier de sa lame sur le cou. Lui laissant à peine le temps de se réveiller, il siffla entre ses dents serrées

…un geste…
…seulement un geste…
…ou un mot…

Il appuya un peu plus sa lame sur le cou de la jolie soldate. Ce serait toutefois avec grand regret qu’il verrait son sang inonder son poitrail. La femme semblait avoir bien compris le message et lorsque Seamus lui enfonça les genoux dans les reins, elle ne tarda pas à l’accompagner dans le mouvement qu’il lui imposait. Tout deux se retrouvèrent debout, la belle accolée très peu volontairement à un Taciturne impassible, froid et menaçant.
Il put percevoir un raidissement de toute la templière lorsqu’il la fit pivoter. Elle ne devait pas s’attendre à rencontrer tant de contre attaquants dans un endroit aussi confiné.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 9:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont   Sam 3 Sep - 20:06

SAMAEL

Le gamin s'était faufilé hors de la tente après avoir jeté un oeil à la situation sans même dire un mot de plus, l'argenté en fut agréablement surpris, il était peut être plus compétent qu'il n'y paraissait.
Sans faire de bruit, Samaël avait renfilé ses bottes et réajusté son mantel, regardant tout aussi discrétement sa plaie en resserrant le bandage en grimaçant, il lui fallait maintenir ça serré fort pour pouvoir se mouvoir à peu près correctement.
De temps à autre, il jetait un regard à sa geolière, qu'est-ce qu'une belle femme comme elle fichait dans un ordre religieux, c'était purement et simplement du gachis.

Du mouvement autour de la tente, discret pour qui n'attendait pas de visite, ce qui était loin d'être son cas, il sentit une présence dans son dos avant de voir son compagnon taciturne se diriger vers la templière et d'entendre un doux murmure dans son dos accompagnée d'une main chaleureuse.
L'azur... comment aurait-il pu douter un instant qu'elle vienne en personne...
Se penchant légèrement en arrière, il aperçut la vagabonde, ainsi donc elle les avaient averti quand même, et avait poussé jusqu'à venir elle même le secourir, une femme d'honneur c'était fort bien.

C'est soigné, ça ne sera pas un "gros" obstacle... Ne vous en inquiétez pas...

L'ange déchu présumait peut-être un peu trop de sa guérison, mais il n'avait guère le choix et il n'en serait de toute façon pas autrement, il ne ferait pas échouer l'action du clan, ni ne les ralentirait...
Le gamin était là aussi, alors que Seamus s'occupait avec tout le savoir faire qui le caractérisait de la templière, il lui fit un signe de tête en lui indiquant les malles.

Occupe toi z'en gamin, ça va te faire plaisir au bide ce qui se trouve dedans

L'ange déchu ne doutait pas que le gosse n'ait jamais vu autant d'écus amassé en un seul endroit, il avait fait preuve de bravoure et d'audace, Samaël saurait s'en souvenir.
Seamus s'étant occupé de la femme endormie, Samaël se tourne vers l'azur, lui volant un baiser en lui souriant.

Douce libératrice, il faudrait soulever le lit de camp pour débloquer la chaine, je n'en suis pas capable seul

Joignant l'acte à la parole, il se redressa de la couche, observant Seamus qui terminait de maitriser la femme soldat, retenant une expression de douleur sur son visage, nul ne devait voir, savoir, comprendre qu'il souffrait plus qu'il ne le disait.
Dès qu'il fut debout, Aliénor et Cellene soulevèrent le lit, libérant ainsi la chaine et l'entrave qui le gardait accroché à ce point fixe, tendant ses mains à leur chef de mission, il la laissa défaire le noeud sonnaire qui reliait la chaine aux menottes, qu'il serait bien moins aisé d'oter.
Enfin libre, le venin de Dieu se dirigea vers sa compagne de toujours, la prenant en main en l'observant comme le plus précieux des trésors, c'était "son" trésor, "sa" compagne de toujours.

J'avais dit que je repartirais pas sans toi
songea t-il intérieurement, un sourire étrange aux lèvres.

D'un mouvement, mille fois répété, il leva les bras au dessus de son épaule, rengainant son épée dans le fourreau intégré à son mantel, le pommeau dépassant de nouveau sur le coté de sa tête, comme l'ombre de lui-même qu'elle avait toujours été.
Gus remplissait des sacs avec les bourses qui se trouvaient dans le coffre, se penchant Sam lui murmura.

Hé gamin, tu pourras pas tout porter.

En chopant quelques unes, il les lança en direction des femmes en leur faisant un clin d'oeil.

Pour notre peine, on le mérite bien non

S'il n'avait eu peur d'attirer l'attention, un rire glauque et sarcastique serait sans doute sorti de sa gorge, mais il ne valait mieux pas.
Voyant Seamus avec la templière, il se tourna vers Cell et sans lui donner d'ordre, lui suggéra de la prendre comme otage le temps de s'éloigner du campement.


_____________________________________________________________________________________

VERSUS

L'attente, toujours l'attente. Versus commençait sérieusement à en avoir marre de cette fichue attente. Même si la situation le demandait, il lui fallait de l'action et très vite. Sa main d'assassin réclamait le coup fatale, le coup qui ôterait la vie d'un homme. Sa lame réclamait le sang, l'odeur commençait grandement à lui manquer. Fallait que ça bouge et rapidement.

La Belle Lu, toujours à ses côtés, qui scrutait les alentours aussi, dans la pénombre. Versus était concentré, il observait, il écoutait, il se fondait dans la nuit. Un bruit, un mouvement pas loin de la cheftaine, il la sent se raidir d'un coup, puis se détendre. Des murmures, puis la voix de la Belle Azurée qui fit entendre. Il était de la partie. Fort bien. Il acquiesça de la tête, puis vola un baiser de la Belle Lu avant de se mettre à ramper au sol et à suivre le petit groupe. Ils s'arrêtèrent sous le signe de la Belle. Du bruit, plus loin. Un garde qui passa. Versus contracta sa mâchoire, il lui ferait bien la peau à celui là juste par plaisir, juste pour assouvir sa soif de sang. Mais il en fit rien pour l'instant. Le groupe continua d'avancer, puis Cellene entra dans la tente lentement et prudemment. Elle se tourna vers lui, soulevant le bout de tissu. Elle observa le Ténèbre, lui fit des signes en direction du garde qui rodait. Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres du Ténèbre, bien que d'après les signes il devait juste l'assommer. Petite déception sur le moment, mais le Ténèbre se reprit rapidement.

Il avança lentement accroupi cette fois, le long de la tente. Il devait encore attendre, attendre que la gardienne soit maitrisée. Mais surtout attendre sa proie, il se fit félin, il se fit fondre dans la nuit. Des mots se firent entendre dans la tente, c'était le moment. Dès que le soldat passerait, il l'assommerait d'un coup rapide.

Le suspens ne se fit pas trop attendre, le garde repassa, Versus l'aperçut de loin. Lentement et par pur réflexe il leva la main droite au dessus de sa tête et d'un geste lent il sortit sa lame. Le garde passa juste devant lui, Versus se redressa un peu avant de donner une impulsion de ses jambes et fondit sur le garde, comme fondrait un lion sur sa proie. L'homme à terre, Versus abattit ensuite le pommeau de son épée sur la tempe du garde qui perdit conscience. Ténèbre resta un instant immobile, observant les alentours, allongé sur l'homme qui curieusement ne porte aucun insigne quant à son appartenance au Temple. Tout était calme, son attaque était donc passé inaperçu. Il se releva ensuite, gardant toutefois sa lame en main et entra sous la tente. Tout le monde était prêt à repartir, la templière était prise en otage dans les mains de Seamus. Versus lâcha alors quelques mots rapide en s'adressant à la cheftaine.

Voie libre... on peut y aller...


_____________________________________________________________________________________

ALIENOR
Vite, très vite, trop vite, tout s'était enchainé, le jeune parti, revenu, son nom prononcé et en avant pour l'action, la voilà en train de ramper dans les herbes hautes, pas trop son genre mais on s'adapte, quand y faut !
Elle avait une dette, et elle avait beau être voleuse, garce, même chienne par moment, elle n'en avait pas moins le sens de l'honneur, et sans Samaël, elle serait sans doute captive aussi, si ce n'est morte.
Bon, honnête deux secondes si la boss de bécosse lui était pas tombé dessus sur le chemin, elle aurait vite tracé jusque Montluçon, pis toute façon elle aurait jamais trouvé la grotte, mais le destin avait décidé autrement.

Tout aussi rapidement, Ali et le reste de la clique arrive dans la tente de l'argenté, Seamus s'occupant de la templière, pendant que Gus se remplit les bourses avec... bah des bourses.
Samaël explique que sa blessure va bien, tant mieux, qu'il faut le détacher, logique, mais comment ?
Après explication du comment, la cheftaine et elle se mettent à soulever le lit d'appoint.

Nom de .... c'est que ca fait son poids c'te truc.

Avec satisfaction le captif, l'es enfin un peu moins et va chercher son arme, la regardant limite en amour, faisant haussé un sourcil à Ali qui reste perplexe, avant de voir voler des bourses d'écus jusqu'à elle.
Pas le temps de la recevoir, que Versus pointe son nez la faisant quasi sursautée de trouille.

Le niaiseux... m'aurait fait peur ce couillon

De tout le temps dans la tente, Ali n'aura pas ouvert la bouche une fois, attendant, acquiessant, faisant ce qu'il fallait pour que tout se passe bien, regardant la "chef" elle devine que le temps de partir est proche, et se glisse sous la tenture pour sortir, rejoignant Versus qui se trouve mi dedans, mi dehors.


_____________________________________________________________________________________

GUS

Tout se passait comme sur des roulettes sauf qu’ils étaient à pied. Enfin même pas vu qu’ils rampaient. Bref ils se retrouvèrent à pas mal dans cette toute petite tante. La chef leur fit comprendre ce qu’ils avaient à faire. Sauf que pour Gus c’est l’Argenté.

Il lui montra un coffre, je vous dit que ca. De la thune en veux tu en voilà. Tout en regardant comment Seamus s’y prennait avec les femmes, tactique assez directe je dois dire, genre rentre dedans à quatre heure du mat au bal du village, le Gamin commenca à s’en foutre plein les fouilles. Il en prit tellement que heureusement qu’il avait une ceinture sinon il se serait retrouvé cul nu devant tout le monde. Et s’était pas le moment d’exposer ses talents cachés.
Une fois ses poches pleines à craquer il en prit plein dans ses bras. Et croyez pas qu’il allait tout garder pour lui hein. Not Gamin est quelqu’un de partageur quand il veut, mais pas avec les femmes. D’ailleurs elle était où la Puce ?
Il espérait tout au fond de son petit cœur de beurre qu’elle l’avait vu à l’œuvre et qu’elle ralait plus contre lui. Parce que y fait pas croire, les gars du Clan c’était une chose mais c’était surtout pour elle qui faisait tout ca, pour qu’elle voye qui il était vraiment.
Samaël pris le temps d’encore distribuer un peu de flouze aux autres. Ils avaient quand même gagné leur journée.

Dis chef si on y allait là ?

C’est pas qu’il était trouillard mais il pouvait pas sortir le premier, il avait les mains prises…


_____________________________________________________________________________________

CELLENE

Il s'était retourné, il avait ôté l'inquiétude de l'Azurée quant à sa blessure, bien qu'elle douta un instant de sa sincérité. Après tout il pouvait bien essayé de faire le fort devant eux, mais Cellene n'en prêta pas plus d'attention. Seamus œuvrait dans le silence absolument, presque une danse qu'il venait d'offrir à la jeune femme, mais pas une danse souhaitée pour elle. Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres de Cellene. Une idée saugrenue lui vint, mais elle la laissa germer dans sa tête. L'Argenté se pencha pour lui arraché un doux baiser. Le gout de ses lèvres, de sa salive, lui avait manqué. Elle ferma les yeux un court instant, juste assez pour engloutir son plaisir non dissimulé aux yeux de l'Argenté. Elle revint à la réalité, lorsqu'il lui parlait à nouveau, après avoir donné des indications à Gus pour les malles. L'Azurée se redressa alors et souleva le lit avec l'aide de la vagabonde pour libéré les chaines de l'Argenté. Il lui tendit ensuite ses mains pour libérer les menottes de ce fer encombrant. Cellene déposa rapidement son épée sur le lit, puis posa ses mains glacées sur les poignées de Samaël. Elle défit alors le nœud, puis une fois fait, reprit son épée en main.

Gus prit ce qui se trouvait dans les malles, puis Samaël émit quelques mots au Gamin. Tous prirent les bourses, lorsque de Versus fit son entrée en faisant sursauter la vagabonde. Cellene observa l'Argenté, lui souriant et lui rendant son clin d'œil. Elle ne répondit pas à sa phrase, il avait dit le fond de sa pensée. Elle vit ensuite que Samaël lui suggérait de partir. Elle n'était pas non plus très chaude pour rester plus longtemps ici de toute manière. Elle ne prit même pas mal à sa requête, peut être trop soulagée et contente de revoir son Bel Argenté en vie. Même les mots de Gus ne l'atteignit pas.

On décolle... trainons pas.

Elle observa la templière, son visage se transforma, revenant à la dureté qu'il avait connu quelques minutes avant de revoir le doux visage de Samaël.

Toi... tu viens avec nous... et pas un mot.

Elle n'en rajouta pas plus, la menace et la pression que Seamus exerçait était largement suffisant pour qu'elle puisse songer à ce qu'il pourrait se passer ensuite. Alienor sortit doucement de la tente près de Versus, puis Cellene s'approcha de Samaël, fit glisser son bras par dessus son épaule.

Vous accepterez bien un peu d'aide... et puis, vous n'avez pas le choix de toute façon.

Elle lui adressa un sourire, Gus suivit le Ténèbre et la vagabonde, alors Seamus sortait lui aussi avec la prisonnière. Cette dernière émit un gémissement en voyant son compagnon d'arme allongé au sol, juste un nom émit de sa bouche : Hern. Vite étouffer par la main de Seamus.

La Main Noire s'était quand même bien remplit les poches. Au moins, Cellene ne craindrait peut être qu'une légère colère du Maître. Ils ne revenaient pas les mains vides. D'un pas assez rapide, le groupe rejoignit leur monture, tandis que Cellene et Samaël marchait à un rythme assez lent. Elle put remarqué que l'Argenté boitait quand même beaucoup, retenant sûrement des rictus de douleurs, mais l'Azurée n'y prêta pas attention pour l'heure. Il fallait maintenant tous partir d'ici. Arrivés vers leurs montures, l'Azurée regarda Samaël tout en déposant les bourses dans ses sacoches.

On fera le voyage ensemble.

N'attendant sûrement pas un accord de sa part, elle grimpa sur sa monture, puis elle lui tendit la main pour qu'il se mette derrière elle. Une fois le bel Argenté sur la monture, elle lâcha.

Et... je vous laisse les rennes...

Elle lui sourit alors que Samaël passa ses deux mains devant elle, par dessus la tête et attrapa les rennes, Cellene se tourna vers le groupe, tous remonter sur leurs montures. L'Azurée donna le départ.

La Main Noire avait sévit à Clermont... La Main Noire avait laissé sa marque, ses traces. Le vol de cette relique resterait dans les esprits de Clermont encore longtemps... Il était maintenant temps de rentrer...


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont   Sam 3 Sep - 20:07

KAERVEN

Kaerven était descendu comme ses camarades de cheval et mis à couvert observant le campement. Le gamin s’était proposé pour aller jouer les éclaireurs. Ce qu’il fit avec une facilité déconcertante, décidément il était pleins de surprises. Puis le saphir avait donné ses ordres. Kaerven, quant à lui, devait rester derrière. Il fut presque déçu qu’il doive rester en retrait, mais cela était la volonté de la chef. Il se résigna et commença à scruter les ténèbres.

Il vit le petit groupe atteindre la tente et en ressortir avec Samaël. De léger cliquetis métalliques se firent entendre, mais le seul garde à proximité avait été neutralisé par versus. Leurs compagnons arrivèrent à leur niveau. Samaël ne semblait pas avoir subis de traitements particulier. Il ne semblait pas en trop piteux état, mis à part un boitement. Ils montèrent en selle. Kaerven serra à nouveau les poings sur les brides de sa monture, son visage inexpressif.

Intérieurement, il fulminait.. Rien.. La sensation de manque fit plus pressante. Il tenta de la tempérer, ce qu’il parvint à faire non sans mal. Ils reprirent la direction du manoir. Enfin il rentrait chez eux, sans combat, sans adrénaline.. il se consola en pensant à son oiseau, bientôt il la retrouverait, peut être parviendra t elle à l’apaiser.. La route était encore longue jusque chez eux.

De nombreuses journées de monte se profilaient, il tournait déjà comme un lion en cage. Finalement, il devrait réitérer les exercices qu’il avait exécutés près de la grotte pour expulser la fureur qui le rongeait. Malgré cela il fut soulagé que le groupe soit au complet . Maintenant une autre interrogation apparu. Alienord et Versus, qu’allait ils en faire il ne pouvait pas les ramener au manoir dans ses conditions, ou peut être que si après tout ils les avaient aidés. Après un moment de réflexion, il pensa que ce n’était pas son problème après tout. Il n’était là que pour suivre sans broncher… Le groupe chevaucha une bonne partie de la nuit afin de mettre le plus de distance possible entre le campement et eux.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

De retour avec le groupe

L'échappée belle n'avait pas été une mince affaire, même si tout avait été assez facilement en définitive,
Il n'appreciait que modérement l'aide de Cellene, vanité masculine, mais devait lui concéder que de sans, il n'aurait su regagner le groupe dissimulé dans la foret.
L'argenté ne le dirait surement pas mais il était bien heureux qu'ils soient tous là et entiers, même si il ne voyait pas l'énigme et Aziel, il demanderait plus tard, pour le moment, il allait se débrouiller pour monter à cheval sans cheval.
Fort heureusement, sa belle partenaire pour cette mission, se proposa comme hôtesse pour la chevauchée à venir.

Avec grand plaisir

la laissant monter, il se saisit de sa main tendue et calant son pied gauche à l'étrier, poussa sur sa jambe droite en étouffant un râle de douleur, il n'avait d'autre choix que de donner impulsion de cette jambe blessée, mais bon sang quelle chienlie.
Une fois en selle, la belle azurée lui céda les rennes, esquissant un sourire amusé, il souleva ses bras joints par les menottes à ses mains, les passant autour du corps de la belle, prenant un malin plaisir à effleurer les parties charnues de sa compagne de route.
Les rennes en main, il donna un coup de rein qui le cala, colla davantage à Cellene avant dee lui murmurer à l'oreille.

Je sens que ce voyage va être des plus agréables...

Un baiser déposé dans le cou sous la naissance de l'oreille, Samaël tire les rennes pour faire pivoter le cheval et repartir d'ici, stoppant un bref instant, l'ange déchu fronce les sourcils...
Un visage, que trop connu, que trop désiré, que trop détesté... Divine... Que faisait-elle ici ?
A peine un regard concupiscent et un sourire qui ne l'était pas moins et l'argenté frole sa monture en tournant la tête direction loin du campement.

C'est parti on dégage d'ici !!!

Ne se servant que de sa jambe gauche, le séducteur talonne la monture de Cellene pour accélérer l'allure et s'en aller vite d'ici direction le Manoir.


_____________________________________________________________________________________

IVY

D’où est installé le poison, elle voit rapidement le gamin revenir avec les renseignements que Cellene demandait. Elle regarda la cheftaine annoncé qui partait libérée Samael. Elle ne fut pas partie de cette petite mascarade. Elle n’en fut aucunement offusquée. Elle était fatiguée par toute cette route sans avoir eu le temps de ce reposé. Si les choses tournaient mal, elle aurait tôt fait d’entrée en action rapidement. Pour le moment, n’étant pas nécessaire, elle aurait été un poids mort, sans adrénaline, un boulet plus qu’autre chose. Elle regarda le loup pendant que les autres partaient. Lui par contre, à son regard désireux, n’était pas satisfait de la décision. Elle sourit, le malheur des autres la laissait toujours dans cet état surréaliste. Elle n’était pas méchante et ne souhaitait pas de malheur à personne, mais se délectait tout de même de leurs émotions étant si intenses quel qu’elle soit dans ses moments là. Tout comme celle qu’affichait sa douce martyr de voir le nouveau et Cellene partir sans elle. Encore mieux puisque celle-là... y’avait pas plus expressive…

Cela prit un petit moment, où tous étaient sur leurs aguets. Leurs yeux rivés vers l’endroit où étaient partis leurs compagnons. Bientôt ils les virent revenir sans casse. Presque dommage pour certaine mais pour sa part elle en était soulagé. Le moment de partir revenait à la charge. Elle remonta en selle bien avant qu’ils ne les atteignent. Le manoir s’annonçait heureusement, Ivy pourrait enfin relaxer quelque peu, enfin pas avant encore une longue route mais tout de même.

C’est au moment où elle prit ses rênes dans ses mains, en attendant les autres et ne voulant trainer derrière qu’elle vit Seamus revenir avec une inconnue, apparemment une prisonnière vu l’angle du couteau du taciturne sur l’invité. Un autre homme, aider par ses comparses arriva. Elle le reconnu de très loin, Sam…. Il ne la vit pas immédiatement, monta en selle également avec la marine qu’elle regarda un long moment. Elle était vraiment très belle, désirable à souhait. Elle se souvient de son arrivée au manoir et de l’accueil que la poison lui avait fait. La seule à avoir été accueillit par elle. Un sourire gravit sur ses lèvres charnues. Le bel albâtre la vit enfin. Le sourire qu’il lui renvoyait en disait large, ce n’était pas fini entre eux, le temps soit les réuniraient, soit les détruirait. Une attirance si étrange, un sentiment bestial qui gronde en elle. Un regard si envoutant, mais l’envie de le tuer si présent. Ses iris bleutés comme la mer ne cherchait plus qu’à discerner ce mâle qui la provoquait sans cesse. Un jour… un jour…

Le ton du départ est donné, elle suit ses compagnons sans faire d’histoire, bientôt elle pourra en faire tout autant qu’elle le désire entre les quatre murs de sa demeure.

_____________________________________________________________________________________

HERN

Pendant que les templiers se perdaient en conjectures sur ce qu'il fallait faire ils montaient la garde Jeahne et lui.
Mais au bout d'un moment ,la fatigue avait emportée sa douce au pays des songes.
Il l'avait laissée poursuivant la garde dans la nuit un peu fraîche, au milieu des templiers que pouvaient ils arriver........ aussi rapidement son esprit commença à s'évader quelque peu.

Un bruit une ombre, sa main se porte à l'épée les sens aux aguets, un choc , le trou noir..........la conscience le quitte.

Un mal de tête horrible il ouvre les yeux, quelques secondes pour que les choses se remettent en place, il a été attaqué, mais a part une bosse il n'a rien.
Son coeur s'emballe et elle............il se précipite à l'entrée de la tente ou elle était, personne.
Une boule se forme dans la gorge, il hurle
ALARMEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

Il entre dans la tente à la volée, elle est également vide, ses comparses sont venus donc libérer le captif.
Mais ou peut être Jeahne, refus de la réalité pourtant si évidente, il la cherche questionne les templiers qui viennent voir ce dont il retourne.

Personne n'a vu la templiére, elle est nulle part. La réalité est là ,elle a été enlevée.
Pourquoi? La question n'a pas de réponse.

Ils ont enlevés Jeahne ..........il hurle au milieu du chaos général ,les templiers qui ne réagissent que mollement.
Leur chef là tout près, en quelques pas il est sur lui.
ILS L'ONT ENLEVE

Machinalement il a pris le bras de l'homme et le secoue.

Il faut partir de suite pour les rattraper, dieu sait ce qu'il risque de lui faire.

L'homme se dégage d'un geste sec, le regard dur, comme s'il n'entendait pas ne comprenait pas ce qu'il lui disait.
Il semble plus préoccupé par la fuite du captif que par l'enlèvement, les palabres commencent entre les membres du temple sur la suite à donner.

La fureur le prend subitement.

C'est donc ainsi que vous venez au secours des vôtres? Est ce bien la peine de s'appeler frère et soeur, pour ne pas réagir immédiatement à l'enlèvement d'un des vôtres.
Ne savez vous donc que discuter auprès des hautes instances de l'église, les templiers sont donc devenus des prélats et plus des guerrier............?


Mais le temps passe et chaque seconde éloigne les fuyards et leur prisonnière.
Sans plus réfléchir, ignorant les regards couroucés qui l'entoure, n'écoutant que son coeur, il ramasse ses affaires selle son cheval et part seul à la poursuite des brigands.
Que lui importe le risque , s'il doit donner sa vie ,il n'hésitera pas, tout plutôt que de la laisser affronter seul ses ruffians.

La piste est fraîche et facile a suivre, la poursuite commence, celle d'un homme seul contre une bande armée, mais avec comme étendard la passion de la femme qu'il aime.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 9:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 17B - Clermont >>>>   Sam 3 Sep - 20:07

JEAHNE

La nuit était tombée sur le camp et Jeahne affectée à la garde de la tente du prisonnier n’avait pu résister à la fatigue.
Accroupie devant la tente elle sommeillait. Ses rêves étaient agités, d’étranges questions se bousculaient dans son esprit, de grandes croix pattés rouges s’acharnaient à la faire vaciller et choir de sa monture lancée au galop à travers une sombre forêt.

Soudain une main sur sa bouche, immobilisée entre des bras puissants, elle ne peut que scruter de ses grands yeux écarquillés le camp templier plongé dans le silence le plus complet.

chaleur d’un corps contre le sien, morsure froide d’une lame sur son cou, haleine inconnue sur son visage qui lui susurre de ne pas bouger.

Hern …où est-il ? Elle tente de se tourner un peu, le cherche, il était là pourtant.

Soudain son cœur s’affole, ce n’est pas la lame qui cisaille sa peau doucement , c’est le corps allongé un peu plus loin qu’elle devine dans la pénombre .
Elle veut hurler son nom mais la paume large recouvre sa bouche, ne laissant aucun mot sortir.

Des bruits de pas feutrés, cliquetis métalliques discrets
Malgré sa vision brouillée par des larmes qu’elle ne peut contenir, Jeahne voit le prisonnier à la chevelure aussi blanche que sa propre peau sortir de la tente en boitant légèrement.

Elle se tend entre les bras qui la tiennent, voudrait jaillir à la figure de l’homme, griffer, mordre..

Une femme lascive et très belle , manifestement amourachée du bellâtre , lui jette un regard glacial


Cellene a écrit:
Toi... tu viens avec nous... et pas un mot.
Quelques instant plus tard, Jeahne est poussée sans ménagement vers les montures en compagnie du groupe. Ses yeux ne peuvent se détacher du corps gisant qu’elle a reconnu en passant près de lui.
Vit il encore ?
Il lui semble percevoir un mouvement, sa poitrine qui se soulève ...mais l'homme la pousse


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Sans encombre, débarrassés d’un étrange garde en civil, ils rejoignirent leurs complices qui couvraient leur arrières. Pendant que le premier groupe libérait Samaël, et faisait un emprunt quelque peu définitif à la banque du Temple, le second avait tenu les montures prêtes pour un dégagement urgent. La libération avait eu lieu dans le plus grand silence si on exceptait le cliquetis des entraves du bellâtre qui auraient pu être confondues avec celui d’un harnachement équestre. Leur coup avait été réussi en douce et même le Gamin s’était montré exceptionnellement coi.

Lorsqu’ils croisèrent le corps étendu de la sentinelle, Seamus perçut nettement la crispation de son otage. Elle avait reconnu l’homme et le Taciturne eut à peine le temps de resserrer sa main sur sa bouche et d’ainsi étouffer le cri qu’elle avait commencé. Il la poussa violement dans le dos afin de la faire passer cet obstacle tant physique que psychologique.

Arrivés près de sa monture, le Taciturne d’une petite pression de sa lame fit arrêter la templière dans sa lente progression. Il leva la tête vers la cime des arbres et émit un petit son caractéristique. Bien que fondamentalement diurne, le faucon répondit à l’appel de son maître et vint se poser sur son épaule en piaillant. D’une voix très douce, calme et déterminée, Seamus susurra à l’oreille de la jeune femme

…mon faucon…
…aime les yeux…
…tes yeux…
…comme moi…

A moins qu’elle ne désire finir sa vie dans la pénombre de la cécité, l’otage du Taciturne avait intérêt à filer droit. Avant de retirer très lentement sa lame de l’emprise qu’elle exerçait sur cette fine gorge, il lui désigna sa noire monture.

…monte…

Dès qu’elle se fut assise sur la selle, le faucon se mit à voleter à proximité comme si il avait compris ce que Seamus avait dit à sa prisonnière. Le Taciturne ne laissa cependant pas à la femme le loisir d’envisager une fuite désespérée, et se plaça dans son dos. Ses mains, dont une tenait toujours fermement sa dague effilée, virent se saisir des rennes après avoir doucement effleuré les flancs de la soldate.

Dès que la meneuse en donna le signal, il talonna sa monture et la bande se mit en route rapidement. Sans se retourner si on exceptait la templière qui se contorsionna à plusieurs reprises en direction de l’endroit où gisait l’homme inconscient. Ne connaissant quasi pas Versus, Seamus ne savait pas si l’homme avait été trucidé ou simplement estourbi. Seamus aurait aimé que ses comparses ne tuent que par nécessité mais il en allait hélas bien autrement. Et ce n’est pas le nouveau Maître qui ferait infléchir cette tendance.

Les montures disparurent dans les sous bois qu’ils empruntèrent de longues minutes durant pour finalement rejoindre la route qui descendait vers le Sud.
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 17B - Clermont >>>> En route pour Clermont   

Revenir en haut Aller en bas
 
17B - Clermont >>>> En route pour Clermont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» rotation de la mairie ?
» Escale / Detour a London Heathrow en Route pour le RIAT 2011
» Dallas: En route pour les PO RDV dernière semaine!
» [1500]L'armée du Comte d'Ourout en route pour la lustrie.
» [Japonais] Apprendre le japonais, feuille de route

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: