Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)   Ven 2 Sep - 11:06

SEAMUS

La petite porte discrète donnait sur un long couloir sombre. Les quatre complices marchaient sans bruit dans le passage désert. Les gardes qui normalement auraient dû garder les escalier menant à la crypte avaient dû se précipiter à la poursuite de Samaël et Cellene sitôt leur méfait proclamé haut et fort par leur complice. Seamus constata leur absence avec satisfaction et descendit les marches tout en restant sur le qui-vive. Ils n’étaient pas à l’abri, si pas d’un garde endormi en tout cas d’un pèlerin attardé ou d’un mystique acharné.

Il poussa doucement les grilles de la crypte et parvint à les ouvrir sans les faire trop grincer.
Ses comparses le suivirent dans la sombre chambre froide . Du fait probablement de l’heure tardive, l’éclairage était réduit à sa plus simple expression, les nombreux cierges déposés au pied du sarcophage avaient fini de se consumer. Encore une journée bien rentable pour les serviteurs d’Aristote. Sans parler des troncs sans doute bourrés jusqu’à la gueule ni des dons en natures extorqués aux crédules paysans de la région. Ce soir l’archevêque dormirait la panse bien pleine une fois de plus. A moins que leurs exploits ne la fassent dégorger de stupeur ou de rage.

C’est presqu’à tatons qu’ils rejoignirent le sarcophage qui était leur cible. Il se distinguait des autres, comme l’avait précisé Enimia, par la petite grille qui le ceignait afin d’éviter tout débordement des fidèles. Et débordement il y allait avoir et pas vraiment de la part de fidèles.

Prenant soin de ne pas s’empaler le séant sur la grille, le Taciturne l’enjamba et observa minutieusement le sarcophage. La partie inférieure était finement ornée d’un bas relief relatant sans doute la vie de l’occupant ou du commanditaire de l’œuvre. Le couvercle était plus sobre même s’il accueillait l’un ou l’autre petit personnage taillés dans le marbre. Deux barres de métal courraient sur toute la longueur du tombeau laissant croire qu’un jour ou l’autre on promènerait dans la cité les restes de celui qui était et resterait pour Seamus un illustre inconnu. Il avait déjà vu ce genre de simulacre se tenir dans quelques cité mais dans le cas présent, il était fort peu probable qu’on ballade un sarcophage de cette taille. Le doigt emprunté à l’étage par ses complices ferait sûrement la satisfaction du plus grand nombre afin de faire taire leurs peurs ataviques et ancestrales de n’importe quel fléau réel ou inventé par l’église.

Les compagnons du Taciturne le regardèrent avec un étonnement grandissant quand il leur désigna le tombeau.

…la cible…

Il fit coulisser une des barres de fer latérale et s’en saisit pour tenter de faire glisser le couvercle, attendant le renfort de ses complices.

…peux rien briser…
…hélas…
…ordres du Maitre…


_____________________________________________________________________________________

LUPIA

Les voici donc devant l'objet de leur mission. Tout semblait se dérouler selon leur plan, parfait... Une autre mission plus personnelle l'attendait... Versus ne l'avait pas lâchée, il émanait de cet homme une aura particulière qui ne la laissait pas indifférente. Elle s'occuperait de lui plus tard...

Seamus fut le premier à passer la grille afin de s'occuper du sarcophage. Bien entendu, le couvercle était bien trop imposant pour qu'il puisse en venir à bout seul. Bien qu'il eut sollicité leur aide, ni Kaerven ni Versus ne réagirent. Lupia leur jeta à chacun un regard assassin et prit son élan pour se passer l'imposante grille.

Elle posa un pied entre les pics menaçants et se laissa tomber de l'autre côté. Evidemment, sa robe et sa cape furent retenus par ces dents de fer forgé et le tout se déchira pour ne laisser que de pitoyables lambeaux accrochés pendants à ses hanches. elle ne put se retenir de foudroyer à nouveau les 2 hommes qui n'avaient toujours pas réagi. Elle se vengerait de leur incapacité.....

Remisant l'affaire, elle alla se poster face à Seamus et se saisit à son tour d'une barre pour l'aider de son mieux. Bien que donnant toute sa force, le couvercle bougea à peine... Elle sentit une bouffée de rage l'envahir...

Bon, les deux gugus là bas, on attend plus que vous, faut que je vienne vous chercher par la peau du dos????

_____________________________________________________________________________________

VERSUS

Il avait suivit la troupe. Mais pourquoi d’ailleurs ? Il ne cessa de ce poser cette question. La réponse était simple. Il avait besoin d’action, autre que de tuer les passants pour leurs maigres bourses. Ils semblaient tous être des voleurs, la preuve était bien là, ils étaient tous entrer dans une crypte. Lupia s’était avancé vers le sarcophage ainsi que l’homme au bandeau. Il ne connaissait d’ailleurs toujours pas son nom : pas bien grave après tout. Lupia s’était accrochée sur les pics, déchirant sa belle robe. Il put sentir une colère montée chez elle. Il en fut navré. Il était assez pensif et s’excusa du regard auprès de la belle. D’un bond, il sauta les pics et s’approcha des deux protagonistes. Il prit une barre de fer pour aider à soulever le couvercle. Les mots de la belle passaient au dessus de Versus. Il en avait juste haussé très légèrement un sourcil avant de lui susurrer tout en soulevant le couvercle.

Nerveuse, la belle Lu ?

Son regard sur elle se fit doux, juste histoire de la calmer un peu. A trois le couvercle se souleva à peine. Versus donna toute sa force, le couvercle bougea enfin un peu, suffisamment pour le pousser sur le côté. Des gouttes de sueurs perlèrent sur son front, sous l’effort fourni. Versus se redressa un peu et se pencha sur la belle ébène et lui murmura quelques mots que seule elle put entendre. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, illumina une légère partie de son visage ténébreux.

Un sentiment de satisfaction envahit le Ténèbre, le faisant presque frémir. Maintenant, suffisait savoir ou de voir ce qu’ils avaient l’intention de faire avec ça. En posant son regard flamboyant dans le sarcophage, il aperçut dans la pénombre de la crypte : un corps.

Que pouvaient-ils bien tirer d’un corps mort ? Grande question qui bientôt peut être aura une réponse pour Versus… mais pour l’heure il se contenta de suivre. Parler n’était pas dans ses habitudes, posé des questions non plus. Il préférait nettement deviner, conclure par lui-même, supposer ou encore déduire. C’était un espèce de défit, de jeu que Versus prenait toujours grand plaisir à effectuer.

_____________________________________________________________________________________

KAERVEN

Kaerven avait suivit le groupe. Il n’avait croisé personne , il en fut presque déçu.. Il arrivèrent à l’endroit de leur forfait. Seamus requit leur aide pour ouvrir le gisant. Kaerven ne réagit pas de suite. Ce qui conduit à s’attirer les foudres de Lupia qui le fixait une lueur de colère dans les yeux. Puis elle dit ces mots.. Elle les regretterais sans doute, mais ce n’était pas le moment. Il enjamba la grille, et les rejoins devancé par Versus. Quand il les rejoint, il avait déjà ouvert la gisant, laissant le corps à l’air. Il se tourna vers Lupia.

Toujours très forte en bouche. Ne me menace plus…C’est juste un conseil..

Sa voix s’était faite glaciale, même si ses traits étaient toujours dissimulé par la capuche de son manteau. Il observa le contenu du sarcophage.

On doit le transporter intact ou on met les restes dans un sac ? parce que lorsqu’on va le prendre ça va tout se désagréger.

Il regarda d’abord la si impatiente Lupia, attendant ces lumières… Puis il se tourna vers Seamus. Il n’appréciait déjà guère Lupia , cela ne risquait pas de s’arranger, peut être même empirer. Il ne la supportait pas, et il se contenait, enfin il essayait. Il s’occuperait d’elle un peu plus tard.

_____________________________________________________________________________________

DAME CREFIEUSE

La Dame tremblait toujours. Aussi elle prit sur elle et arrêta les tremblments autant que faire se peut. Elle rendit le verre à la servante en la remerciant puis demanda la permission à Monseigneur Ivrel à prendre du repos, lui signifiant qu'elle restait à sa disposition pour de plus amples renseignements... Permission lui fut accordée, de toute façon on savait où la Dame résidait. Elle déclina l'offre d'être accompagnée...Puis elle sortit de la Chapelle... une fois dans la Cathédrale, elle reprit le chemin de la crypte... sans doute pour se recueillir...

Elle descendit les quelques marches qui la menaient sous terre, dans les Ténèbres. La pestilence la suivant...

Un voile se déchire alors...

_____________________________________________________________________________________

ENIMIA

Une seconde....

Une éternité...

Ses yeux s'ouvrent sur la pénombre, sur les Ténèbres qui sont siennes...

Elle revient simplement à elle... se réapproprie son individualité, sa multiplicité, sa multitude...

L'Enigme,vêtue de blanc, tient à la main une robe vert sombre et des voiles... une paire de gants aussi... Elle s'approche, s'avance, entourée de ce halo qui la nimbe en presque toute circonstance... après tout elle est fantôme dans les Ténèbres... Ses cheveux longs blonds presque blanc entourent son visage diaphane... Les joues sont plus creuses... La mine fatiguée, et, à y bien regarder, la main tremble un peu... et la robe plisse un peu à la taille...

Elle s'approche du petit groupe, s'imprégnant du Mystère comme pour se ressoucer, sans un bruit, sans autre chose qu'un regard et un sourire bienfaisant... Lupia est là, aussi.. et un autre qu'elle a déjà vu au Manoir mais dont elle ne se rappelle pas le nom... Enfin, un dernier... qu'il lui semble avoir croisé une fois, ici, mais elle n'en est pas certaine...

Et toujours sur ses lèvres, un sourire, tendre, apaisant... La joie s'y lit... Elle tend alors à celui qui se planque sous une capuche, la robe qu'elle tient à la main... Un murmure...

Elle va devenir mon autre...

Moi sa compagne...

Il suffit d'user du drap dans ce sac et de la vêtir...


Elle tend également un sac dans lequel est un drap à l'odeur nauséabonde... Elle, elle s'y est habituée...

D'une poche dans un repli de sa robe blanche, elle sort une fiole, un parfum peut-être... Et pendant que les autres s'affairent, elle dépose les voiles au sol et frotte vigoureusement sur sa peau le contenu de la fiole... Souriant toujours dans son office, jamais dévêtue de son sourire, elle termine par ses jambes marquées de longues cicatrices... alors qu'eux s'affairent... bientôt, le cri retentira...

Elle se relève alors... et s'approche d'eux, les voiles à la main, pour que ce corps mort devienne la Mort qu'elle a incarné quelques temps...


_____________________________________________________________________________________

SEAMUS

Le couvercle glissa lentement sous la poussée des trois comparses réunis. Peu a peu, à la lueur des torches éparses, ils purent découvrir un corps étonnamment bien conservé. Aurait-ils poussé le vice jusqu'à embaumer le défunt afin de pourvoir en exploiter la dépouille à travers les générations ? Tant de vanités pour le profit d’un si petit nombre…

Ivre de liberté, Seamus avait toujours vécu au grand air. Se retrouver dans cette crypte l’indisposait au plus haut point. Tant pour le contenant que pour le contenu. Ou plutôt pour ce que représentait le contenu car la mort ne l’incommodait guère même s’il ne recherchait pas pour autant sa compagnie.

Le corps, celui d’un homme, gisait mains jointes au fond du sarcophage sur un lit de poussière. Le Taciturne le regarda avec un certain dédain. Depuis la tentative de viol d’Iphaé et la tuerie qui s’en suivit, Seamus ne pouvait plus souffrir aucun homme d’église ni tout ce qui gravitait autour d’eux. Cependant il avait une mission à honorer et il n’était pas sur que Cellène ait perçu ses réticences lorsqu’ils reçurent les instructions par l’intermédiaire du Faucon.

Un souffle se fit sentir dans son dos. Instinctivement il porta la main sur le pommeau de son épée sous le regard intrigué des autres. Les muscles tendus à se rompre, il leva les yeux, scrutant la pénombre de la crypte. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il reconnut l’arrivante. Enimia, enfin débarrassée de ses oripeaux, glissait jusqu’à eux.

L’Enigme leur expliqua succinctement ses projets. Dans la place depuis quelque temps déjà elle semblait avoir laissé mûrir un plan qui tombait à point nommé. Seamus l’écouta attentivement, avec une lueur nouvelle dans le regard à son endroit.

…excellent…

Il porta ensuite son regard vers celui qui les avait rejoint peu de temps auparavant.

…Versus…
…Eni…mia…
…des nôtres


Tandis qu’étrangement l’Enigmatique Enigme s’enduit le corps, Seamus calcule, analyse, déduit, prévoit.
Ensuite du regard ponctué de coups de mentons, il indiqua à ses compères ce qu’il jugeait être la meilleure marche à suivre afin de mener à bien la mission sur base de l’idée d’Enimia. Les tissus furent étalés à même le dallage de la crypte. Il fallait faire vite, l’odeur pestilentielle qui en émanait risquait de les faire repérer trop tôt. Il retourna ensuite au sarcophage et se penchant à l’intérieur, il glissa ses deux mains sous les épaules du cadavre séculaire.

…vite…
…en douceur…
…fragile un saint…


Un petit sourire moqueur mais surtout mauvais vint illuminer son regard. Jouer un pareil tour aux instances ecclésiales était pour lui presque jouissif.


Dernière édition par La Main Noire le Jeu 8 Sep - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)   Ven 2 Sep - 11:08

VERSUS

L’homme du nom de Kaerven s’adressa violemment à la belle Lupia. Le Ténèbre haussa un sourcil, ne souhaitant pas s’en mêler il préféra se taire. L’homme posa une ou deux questions, dont Versus aurait aimé y répondre, mais il sentit quelqu’un arrivé. L’homme au bandeau déposa d’un geste rapide sa main sur son épée avant de se retourner. Versus leva le bras, posa sa main sur sa lame dans le dos, prêt à la sortir de le cas échéant. Mais il put apercevoir une jeune femme et seule. Il fronça les sourcils, prêt à sauter sur l’importune quand elle émit quelques mots. L’homme au bandeau émit lui aussi, un mot avant de faire les présentation. D’un geste du menton sec, le visage fermé, il salua la jeune femme puis baissa son bras.

Le taciturne s’approcha du corps mort et posa ses deux mains sous les épaules du cadavre. La vigilance et la délicatesse étaient de mise. Versus posa ses deux mains gantées de cuir noir sur les hanches du cadavre. Il se tourna vers Lupia, du moins juste la tête et lui demanda.

Prenez les pieds, belle Lu.

Un léger sourire se figea sur ses lèvres, alors que la belle ébène s’exécuta, presque sans broncher. Les trois comparses soulevèrent alors le corps pour le sortir du sarcophage et le déposer sur les voiles. Une fois, le corps déposé, Versus se redressa avant de demander rapidement.

Doit l’habillé ?

Versus voulait suggérer qu’une femme le fasse, mais il se ravisa un instant. Lupia s’était déjà penchée pour le faire, du moins pour commencer.

__________________________________________________________
LUPIA

Ben décidemment, il se vexait de rien lui! Versus les avait rejoint le sourire aux lèvres. C'est qu'il serait presque amoureux! Il ne savait pas dans quo iil s'engageait le pauvre!! Lupia adorait jouer!!! Il fallait vraiment qu'ils en finissent avec cette mission!

Et son cher ami Kaerven toujours aussi chaleureux! Celui là, elle pourrait jamais le blairer! Rien à faire! Et c'était d'ailleurs réciproque! Elle adorait le faire enrager et à chaque fois elle faisait mouche! Ca finirait mal entre eux deux... Mais c'était tellement bon de le chercher!!

Il réussirent donc à déplacer le couvercle. Une odeur atroce lui envahit les narines. Elle eut un haut le coeur mais n'en laissa rien paraître. Elle fut étonnée de voir qu'il n'y avait qu'un simple cadavre... Rien d'autre, pas de joyaux, ni de trésor quelconque.. Bizarre...C'est alors qu'Eni fit son apparition. Toujours aussi étrange.. Elle ne comprit rien de ce qu'elle avait l'intention de faire mais ne préféra pas s'en mêler? C'était trop ésotérique pour elle tout ça!
Elle aida les hommes à poser le cadavre à terre. Une fois qu'on s'était habitué à l'odeur, ça n'avait rien de bien méchant.
Et puis, elle était tellement pressée de finir la mission, qu'elle commença à vêtir le corps des habits laissés par Eni. Elle prit mille précaution.. Elle fut surprise quand elle prit le bras du mort et qu'elle entendit un craquement sinistre... Le membre ne lui offrait plus la même résistance... Elle jeta un coup d'oeil aux autres, personne n'avait semblé le remarquer... C'était pas le moment de le déjointer le gaillard... Elle fit preuve d'une infime délicatesse pour finir de l'habiller et attendit les instructions du Taciturne.

___________________________________________________________________
SEAMUS

Avec une infinie délicatesse ils déposèrent le corps du prétendu saint homme sur les tissus étalés au sol. Les instructions étaient claires, ils étaient des voleurs pas des vandales.
Sous les conseils gestuels de l’Enigme, chacun s’occupa de vêtir le cadavre des frusques qu’elle avait utilisé en couverture.
C’est grâce aux informations qu’elle avait habilement collectées qu’ils avaient pu échafauder leur plan et le mener à bien jusqu’alors. La prochaine étape serait probablement la plus périlleuse et il convenait de la préparer soigneusement sans pour autant traîner dans la crypte trop longtemps.
Il se releva du corps et observa ses compagnons occupés à terminer l’habillage de la relique.
La transformation était impressionnante. Au fil des minutes, l’homme se mua progressivement en une silhouette féminine, malingre certes, et dont le visage était drapés de voiles malodorant.
Exception faite de l’odeur, ils avaient à leur pied la personne que Seamus avait retrouvée en compagnie d’Aziel quelques heures plus tôt.
Seamus afficha une mine satisfaite. Il se tourna vers Enimia et plongea son regard dans le sien. La chaleur qui les enveloppa à ce moment était toute nouvelle pour eux, rien à comparer avec ce qu’ils avaient partagé au Manoir. Mais chaleur quand même.

Il se tourna a nouveau lentement vers les autres et désigna le corps étendu.

…vous présente…

Il adressa un regard interrogatif à l’Enigme qui déclara presque timidement

…Dame Créfieuse…

Seamus poursuivit ses explications laconiques

…notre amie à tous…
…morte…
…grave maladie…
…contagieuse…
…peut-être…
…la pleurons…
…enterrement sur ses terres…


Les comparses écoutèrent avec attention le discours du Taciturne qui donna une dernière instruction.

…au chariot…
…affligés…


Il se dirigea vers le sarcophage désormais vide et resta un temps à le contempler. D’un geste lent il retira le gant de cuir noir qui habillait depuis la dernière mission sa main gauche. Il observa cette main qui lui avait été étrangère pendant de si longs moments. Il en remua difficilement les doigts, mais les voir enfin bouger seuls l’emplit d’un bonheur muet. Triomphalement il déposa le gant noir dans le rebord du sarcophage. Comprendrait qui pourrait…la signature de la Main Noire était apposée.



Il rejoignit le groupe et glissa à nouveau ses mains sous les épaules de la désormais Créfieuse. Il s’adressa à Enimia :

…Passe devant…

Le lent cortège funèbre se mit en marche…


_____________________________________________________________________________________

VERSUS

Ils s’étaient tous mis à habiller le cadavre, l’odeur de la mort régnait dans la pièce. Mais cela ne dérangeait en rien le Ténèbre. Tout ce qui pouvait apporter, donner, offrir la mort, Versus en était habitué, c’était même devenu une passion. Il s’enivrait d’elle, la prenant comme elle le venait, arrachant la vie, laissant juste une mort lente, douloureuse et affreuse à ses victimes. Seul ses moments là, Versus se retrouvait aussi sombre qu’il pouvait être.

Le corps mort habillé, Versus se redressa, observant leur œuvre. L’homme au bandeau observa Enimia avant de présenter au reste du groupe le cadavre. La jeune femme émit un nom, qu’il ne connaissait pas. Il ne comprenait pas du tout ou il voulait en venir, ni quel était-ce leur plan pour sortir de cette cathédrale sans trop attirer l’attention sur eux. Mais Versus suivait, sans rien dire, sans rien de demander, juste par pure avidité d’action.

Des explications furent fournies par la suite, Versus acquiesça de la tête. Il venait de comprendre comment la suite aller se passer, du moins pour sortir de là. Dès qu’il arriverait au chariot, il n’était pas certains de suivre le groupe. L’homme dont il ne connaissait toujours pas le nom, ôta son gant noir avant de le déposer sur le sarcophage et de revenir vers le groupe. Il glissa ses mains sous les épaules de la Créfieuse, puisque c’était ainsi qu’ils devraient la nommée. Versus se pencha alors et glissa ses mains sous les hanches, pendant que la belle Lupia prenait les pieds. Enimia passa devant et l’homme aussi loquace que le Ténèbre ferma la marche.

L’odeur du corps, des vêtements que la jeune femme avait apporté était presque insupportable. Pourtant Versus fit ce qu’il put pour respirer par la bouche, fronçant le nez de temps à autre.

_____________________________________________________________________________________

ENIMIA

L'Enigme sentit son regard sur elle... Leurs yeux exprimèrent tout, la joie de la retrouver, mais aussi la question à laquelle elle répondit, d'une voix très douce comme à son habitude... presque un murmure...

…Dame Créfieuse…

Puis il exposa le "plan" qu'il avait lu en elle et que les heures passées à genoux auprès des reliques lui avaient murmuré. Rien n'avait changé depuis qu'elle l'avait quitté presque sans un mot, ne sachant même pas s'il avait trouvé sa lettre... La chaleur les entourant tous deux était intense, mais différente sans l'être vraiment... Plus tard sans doute lui expliquerait-elle... S'il en était besoin...

Alors qu'ils entouraient le corps de celle qu'elle fut, elle ferma les yeux et plongea dans ses souvenirs, se laissant submerger par les souffrances endurées, par les maintes morts qu'elle avait subies sans qu'elles soient la Mort... Et un léger râle résonna dans la crypte... Puissant mais doux, la Mort parlant par les lèvres de l'Enigme...

Elle prit ensuite la tête du cortège et, une larme perlant sur la joue diaphane alors qu'elle repensait à celui qu'elle avait dû quitter à Jamais, elle ouvrit la marche.

Ils sortirent de la crypte, cortège funèbre... Et ils se dirigèrent lentement ver le parvis où la lumière les nimba d'une aura étrange... Inconsciemment, tous avaient revêtu un visage de circonstance. Sans se départir de ce sourire qui l'animait, l'Enigme inspirait la tristesse...

_____________________________________________________________________________________

IVREL

Ivrel laissa partir la Dame de Créfieuse, suivie d'un garde elle pénétra dans la chapelle pour constater les dégats. Elle demanda au garde de rester ici pour garder ce lieu saint.

Elle envoya alors sa servante Cunégonde chercher de l'aide pour tout nettoyer dans la cathédrale et effacer le plus possible toute trace de profanation.

Un autre garde fut chargé d'aller aux différentes portes de la ville pour expliquer la situation et décrire les voleurs afin que la garde soit vigilante et examine les gens qui paraissaient suspects.

Et accompagnée d'autres gardes et du clerc archiviste, elle entreprit une inspection complète de la cathédrale pour voir si il n'y avait pas d'autres méfaits de commis.

_____________________________________________________________________________________

ACAR

Hors la cathédrale


Acar, porté par Orsan s'arrêta derechef devant le lieu saint, un garde l'avait prévenu il y avait peu, de la demande urgentisime du cardinal Ivrel,... il s'empressa d'accrocher son destrier puis de trouver le curé de Thiers, Fra, qui était suivant les paroles du garde, en très mauvais état, soul serait le terme le plus judicieux.

Il devait donc le protéger de lui-même, ainsi sera-t-il fait... il finirait bien par le trouver, effectivement dans un triste état, mais tenant néanmoins sur ses jambes, voilà ce qu'il souhaitait.

S'approchant de la foule, un autre garde lui expliqua l'agitation autour de la cathédrale, la profanation, puis le vol de la relique de saint himerius lui crispèrent les mâchoires, il devait prendre des ordres du cardinal, mais pour l'heure, le curé pouvait boire tout son soul, il n'en avait cure, la situation était trop grave.

Se tenant en retrait du parvis, il chercha le cardinal... puis rassembla dans le même temps, d'autres gardes et fit bon corps de bataille.

Devers lui, un groupe de cavaliers disparut en plein galop, une carriole, plus en bas, brinquebalante, se tenait bien silencieuse... d'instinct, il coupa le corps en deux groupes et demanda à ceux de senestre de se lancer à la poursuite des cavaliers et de les stopper coûte que coûte.

Avec la partie dextre du corps de bataille, il se dirigea vers le coeur du parvis, rassemblement gênait la vision, il devait passer outre... cette carriole était bien agitée d'un coup...


Dernière édition par La Main Noire le Ven 2 Sep - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)   Ven 2 Sep - 11:10

IVREL

Un garde vient prévenir l'évêque que Messire Acar était arrivé sur les lieux, mais qu'il y avait une certaine agitation sur le parvis et qu'il tenait à surveiller quelque chose.

Ivrel le remercia, et lui dit d'aller rejoindre son chef, certaine que désormais les malfaisants seraient pourchassés sans relache.

Ivrel finit le tour de la nef, passa dans les chapelles rayonnantes et la sacristie sans remarquer le moindre désordre inhabituel.
Elle monta alors dans la salle du trésor... rien non plus !

Et pour finir, descendit à la crypte.... et là horrifiée vit le sacrilège : la tombe d'Himérius profanée.

Vite garde, remontons et allez aider le vidame Acar pour poursuivre et ratrapper ces blasphémateurs, ces...
(les mots lui manquaient).

Ivrel et les gardes se dirigèrent alors vers le parvis.


________________________________________________________________________

MIKAN

Hors la cathédrale


En petite foulais, Mikan rejoignit la Cathédrale de Clermont et se mêla aux gardes déjà présents au coté du Vidame.

Les gardes commencèrent a entouré la Cathédrale, tandis que quelques curieux se rapproché pour voir se qui s'y tramer.

Après quelques mouvements, il se trouva au coté du Vidame, et en profita pour le saluer d'un geste de la tête.

Monseigneur, Heureux de faire enfin votre rencontre. Malgré les événements... Qu'en est t'il de cette profanation ? des suspects ?

______________________________________________________________________
ACAR

Heureux de te voir Mikan, pour l'heure, point de suspect, l'information est trop vague, mais je mettrai ma main au feu qu'ils ne sont point loin... cependant, une chose est sure, la relique à bien disparue.

Le Parvis grouillait comme jamais, il était facile de se mêler à la populace, de se fondre parmi les hommes, telle ombre s'amusant à être devant.

Ouvre grand tes yeux soldat, ce parvis est vaste et présente de nombreuses caches de par cette foule, sois attentif comme peut l'être la louve affamée, guettant son repas.

________________________________________________________________________
IVREL

Ivrel résuma rapidement la situation au nouveau garde épiscopal, Messire Mikan, le laissa accompagner son chef Acar et resta en retrait sur le parvis, vigilante mais cependant pas apte à des activités plus physiques, elle préferai surperviser cela en retrait, ses rhumatismes n'étant pas la panacée pour une course-poursuite !

_____________________________________________________________________

HUGUES

Le coffret vitré tout cabossé contenant un doigt entre les mains, Hughes franchit les arches de la porte de la cathédrale de Clermont.
Avançant au hasard, cherchant des yeux un représentant d’Eglise, Hughes se sentait mal à l’aise avec ce qui était peut être un objet sacré. Se sentant peu digne d’un tel fardeau, il désirait le remettre au plus vite à qui de droit.

Des badauds le suivaient machinalement, le garçonnet qui leur avait indiqué l’endroit où se trouvait la relique toujours à ses côtés.
Balayant du regard la cathédrale, Hughes finit par distinguer la silhouette du Cardinal Ivrel en retrait du parvis.
Ayant trouvé son but, Hughes accéléra le pas jusqu’à la femme d’Eglise.
Arrivé devant elle, Hughes chercha ses mots.

« Monseigneur Ivrel, je… je crois qu’on a retrouvé une relique… »


Hughes laissa un temps afin que ses paroles s’impriment.

« Ce jeune mineur a dit que des hommes auraient jeté cette boite dans une rue plus loin en criant quelque chose comme « vive la main noire »… C’est ce que tu nous a dis sur le chemin, non ?»
Dit il en s’adressant au garçonnet.

Puis se retournant vers le cardinal, Hughes se fit songeur :

« Mais c’est inaccoutumé que des voleurs de reliques viennent voler une relique pour la jeter tout de suite après… »


Pour clore sa remarque, Hughes tendit avec immensément de déférence et de respect la boite contenant la présumée relique à l’évêque de Clermont.


_______________________________________________________________________

IVREL

Ivrel vit le reliquaire contenant le doigt de Saint Himérius, sa mine palit, ses jambes se mirent à trembler, elle le prit des mains de Messire Hughes avec précaution et retenant son souffle l'ouvrit...

Son visage s'éclaira, elle poussa un long soupir.

Merci Messire, mille merci, c'est bien la sainte relique d'Himérius.
Que Dieu vous bénisse !

Aussitôt elle se mit à genou pour prier, tenant précieusement le reliquaire, rendant grâce à Dieu pour cet heureux dénouement


____________________________________________________________________________

HUGUES

Hughes resta interdit lorsqu’il tendit le reliquaire au cardinal Ivrel.
Son cœur étreint par l’angoisse que le doigt n’était qu’un leurre…

ivrel a écrit:
Merci Messire, mille merci, c'est bien la sainte relique d'Himérius.
Que Dieu vous bénisse !

Ouf ! Soulagement !
Un large sourire s’afficha sur le visage d’habitude renfrogné de Hughes.
Mon seigneur Ivrel tomba à genoux en prière, suivit par toutes les personnes présentes.
Hughes les imita, priant le Très Haut de leur avoir rendu la Sainte Relique d’Himérius.

Pourtant…
Pendant un instant de sa prière, une fugace pensée traversa l’esprit de Hughes.

Il ne pouvait en aller autrement que l’évêque de Clermont connaisse assez bien la relique abrité en ces lieux que pour savoir s’il s’agissait bien d’elle ou non.
Hughes n’avait donc pas de doute que c’était bel et bien la relique de Saint Himérius.

« Mais alors ? Que sont venus chercher les profanateurs, si ce n’est pas la relique ? »

____________________________________________________________________

IVREL

Ivrel ayant fini de prier répondit à Messire Hughes.

C'est que vous ne savez pas encore tout, la Dame de Créfieuse avait attiré mon attention par ses cris sur le vol de la relique, mais par acquis des conscience j'ai fait le tour de la cathédrale avec quelques gardes et, dans la crypte sous le choeur j'ai découvert le tombeau de Saint Himérius profané, ils ont osé volé sa dépouille.
Ils ont osé profané la dernière demeure d'un Saint homme.


Ivrel sentait que la colère la gagnait à ses mots mais malheureusement elle avait du mal à se relever, ses articulations étaient parfois récalcitrantes, elle aurait tant voulu se relever et parcourrir la place d'un pas rapide pour se calmer mais...

Elle leva le regard vers Messire Hughes et lui dit tout bas.

Pourriez-vous m'aider à me relever, Messire, vous seriez bien aimable, je n'ai plus des jambes de 20 ans !
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 615
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 12B - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont   Ven 2 Sep - 11:13

HUGUES

ivrel a écrit:C'est que vous ne savez pas encore tout, la Dame de Créfieuse avait attiré mon attention par ses cris sur le vol de la relique, mais par acquis des conscience j'ai fait le tour de la cathédrale avec quelques gardes et, dans la crypte sous le choeur j'ai découvert le tombeau de Saint Himérius profané, ils ont osé volé sa dépouille.
Ils ont osé profané la dernière demeure d'un Saint homme.

Hughes n’en cru pas ses oreilles !
Voler la dépouille d’un homme. Mais c’est totalement abject.
Saint homme ou pas d’ailleurs. Et un coup terrible pour la communauté de fidèle de Clermont qui avait l’habitude de venir se recueillir devant la tombe de Saint Himérius.
L’homme d’âge mûr resta interdit devant cette nouvelle.
Aucun son ne sorti de sa gorge.

Il vit à peine le cardinal Ivrel lever une main vers lui.


ivrel a écrit:
Pourriez-vous m'aider à me relever, Messire, vous seriez bien aimable, je n'ai plus des jambes de 20 ans !
« Naturellement, Monseigneur Ivrel. »

Hughes prit appui sur le sol pour la relever de ses mains le plus délicatement possible.
Partageant la douleur et la colère que ressentait la femme d’Eglise.

« Mais… Monseigneur... Avez-vous une idée du pourquoi ont il fait ça ? »
Dit finalement Hughes, surpris par l’horreur de ses propres paroles.


_____________________________________________________________________________________

IVREL

Ivrel remercia aimablement Messire Hughes pour son aide et lui dit :

Sincèrement, je n'en ai aucune idée.
Surement l'oeuvre de la Créature Sans Nom qui leur a soufflé cette folie.

_____________________________________________________________________________________

HUGUES


« Mon Dieu, mon Dieu, protégez nous ! »
murmura Hughes en se signant.

Se retournant vers le cardinal Ivrel, Hughes tenta de la rassurer :

_ « Ne vous inquiétez pas, monseigneur, je suis sûr qu’on va retrouver Saint Himérius.
Les vidames et des gardes sont sur le coup.
Ils ne pourront jamais ressortir de la ville avec un corps tout entiers, maintenant que l’alerte a été donnée.
C’est forcé qu’on les retrouve. »

Hughes réfléchit un instant. Il n’était pas armé, hormis le couteau qu’il trimbalait avec lui, autant pour l’usage quotidien que pour se défendre. C’était bien maigre, mais toujours au moins pouvait il aider en recherchant les profanateurs dans la ville.

_ « Je vais aller au dehors, quêter après ces marauds blasphémateurs.
On ne va pas les laisser faire sans réagir, sur ma foi ! »
[ /b]

Hughes s’éloigna de quelques pas, s’inclina devant le cardinal : « Puisse le Très Haut vous avoir en sa Sainte Garde ! »

Puis quitta la cathédrale au pas de course, se munissant d’une torche pour y voir dans la nuit d’encre.


_____________________________________________________________________________________

IVREL

Ivrel re rentra dans la cathédrale pour aller déposer en personne le reliquaire dans le chapelle et demanda à un clerc d'allumer des cierges et de prier pour le retour du corps d'Himérius en sa dernière demeure.

Ceci fait, elle ressortit sur le parvis de la cathédrale pour aller aux nouvelles, les gardes avaient-ils réusssis à mettre la main sur les profanateurs ? Les templiers mandés à la rescousses s'étaient-ils joints à la garde ?

Sa colère était encore grande, mais sa traversée rapide de la grande nef lui calma un peu l'esprit, elle espérai que les gardes attraperaient les profanateurs vivants pour qu'ils puissent être traduits devant un tribunal éclésiastique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)   

Revenir en haut Aller en bas
 
12A - Clermont >>>> La Cathédrale de Clermont (vol du saint)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cathédrale de Clermont
» Combat à la cathédrale
» visite de la cathédrale
» La Cathédrale
» 3. Cathédrale de Flammes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: