Le Clan de La Main Noire (Renaissance)

Repaire des membres du Clan de la Main Noire liés aux Royaumes Renaissants.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont   Sam 3 Sep - 2:29

AKKAR

Arrivée a la porte de la ville de Clermont

Après une chevauchée par mont et par vaux qui avait duré une journée et une nuit, la petite troupe arriva enfin à la porte de la ville de Clermont .

Le trajet c'était passé sans problème, la petite troupe avait fait de la marche forcée , tantot galopant, tantot trottant , et toutes les trois heures ils marchaient pour reposer leur monture.

Le soleil commençait a peine de se lever quand Akkar et ses compagnons arrivèrent en vue de la ville mais il restait encore une heure de route avant d'atteindre les portes de la ville.

Passant au sommet d'une colline, Akkar prit le temp d'admirer le soleil entrain de se lever et prendre posséssion du ciel et pour la saison ses rayons chassaient la moiteur de l'humidité de la brume du matin réchauffant leurs membres glacés.

Les Templiers arrivèrent enfin à la porte de la ville et se séparérent en deux groupes comme convenu par leur frère Sencha.

Akkar se retourna vers frère Sencha et lui demanda

Nous faisons comme convenu je suppose ....

Akkar commençà a citer les noms que le frère Sencha voulait emmener avec lui à la cathédrale.

Une fois que cela fut fait, il fit deux groupes avec le reste , un pour surveiller la porte de la ville et avec le reste leur demanda pour faire un caump de repos où hommes et chevaux pourront se reposer et se nourrir.


_____________________________________________________________________________________

SENCHA

Aux portes de Clermont. Deux jours après leur départ de la Villeneuve du Temple. Vers 8h du matin.

Enfin ... il avait fallu seulement 2h de route supplémentaires depuis leur dernier arrêt afin de gagner enfin leur première destination.
Il se doutait que leur aventure ne faisait que commencer et qu’ils allaient sans doute rester peu de temps sur Clermont.
Il leva les yeux vers les murs plutôt impressionnants de la cité, en se demandant comment les profanateurs avaient pu quitter la ville sans éveiller le soupçon de la garde.
Il fut tiré de sa réflexion par les propos d’Akkar.

Oui ! Le plan n’a pas changé, mon frère.
Nous revenons dès que nous avons informations à vous donner ou bien une piste à suivre.
Nous repasserons dans la fin de journée au plus tard, lui dit-il en souriant.

Il allait appeler ses compagnons mais Akkar le fit à sa place. Il les regarda puis s’adressa à eux.

En avant, nous devons rejoindre la cathédrale au plus vite !

Puis, ouvrant la marche de la troupe réduite, il franchit l’enceinte de la ville, découvrant une agitation importante dans les rues.
Nul doute désormais que leur venue n'était pas vaine. Les jours qui leur avaient fallu pour rejoindre Clermont n'avaient pas suffi à retrouver les coupables.

Les cinq cavaliers réussirent malgré tout à rejoindre la cathédrale sans grand mal, malgré la populace bouchant les rues et les gardes surveillant les allers et venues.
Leur manteau si reconnaissable devait peut-être jouer en leur faveur et leur venue avait peut-être été annoncée.
Quelque soit la raison, ils se frayèrent un chemin sans trop de difficultés et de temps.

Arrivant sur la place de la cathédrale, Sencha se demanda si la cardinale se trouvait bien ici et espérait que quelqu'un pourrait bien les informer.
Il arrêta son cheval près du parvis de l'édifice, regardant les gens autour de lui, cherchant le regard d'une personne disposée à leur venir en aide.
Ne distinguant personne parmi la foule, il descendit de son cheval et s'adressa à Haeven.

Je vais essayer de trouver quelqu'un pouvant nous aider dans la cathédrale.
Salva, suis-moi !


Il commença à monter les marches du parvis, la main droite sur le pommeau de son épée puis, arrivant devant la porte, leva les yeux vers le ciel, se signa et franchit le seuil de la maison du Très-haut à la recherche d'une personne apte à les guider sur la trace des hérétiques ...


_____________________________________________________________________________________

SALVARESSA

Prés de la place de la cathédrale

Salvaressa trottait tranquillement sur sa monture dans la ville de Clermont,elle suivait depuis un moment son frère Sencha accompagnée des templiers Senope,Nickoo et Haeven qu'il avait choisi pour cette mission.

Un peu intriguée de tout ce remue mènage qu'elle observait,l'écuyère tentait de ne pas détacher des yeux la petite troupe templière qui avançait avec courage et volonté en direction de la cathédrale.

Tout à coup,Sencha s'arréta devant l'édifice et descendit de son cheval,Salvaressa en fit autant quand elle entendit son frère l'appeler,elle devait le rejoindre de suite sans le faire attendre.

- ouii Sencha,je viens avec vous.

Attachant vite son cheval à une barrière,elle se présenta en courant devant lui puis le suivit en restant sur ses gardes.

Salvaressa grimpa les escaliers derrière Sencha,elle était impressionnée par la beauté de la Maison de Dieu,passa la porte à son tour en s'aguenouillant,elle se signa puis resta tout prés du Gardien du Temple à zieuter discrètement autour d'eux.


_____________________________________________________________________________________

AKKAR

Porte de la ville de Clermont

Akkar regarda frère Sencha rentrer dans la ville suivit des Templiers désignés par lui.

Il regarda soeur Elyena et lui dit

Bon je prend soeur Myriam et frère Gandalf pour rester à la porte et tu prends soeur Jeahne et le reste des hommes pour faire un camp provisoire pour la journée afin que les chevaux et les hommes puissent se reposer et se nourrir.

Une fois cela fait que quelques Templiers fassent un tour autour de la ville pour voir si c'est possible de glaner quelques renseignements.

Akkar ayant distribué les ordres donna son fidèle Flèche a son épouse et en lui faisant un clein d'oeil lui demanda

Prend soin de toi ainsi que de Flèche

Puis se retournant il fit signe a soeur Myriam et a frère Gandalf de le suivre et se dirigèrent ensemble a la porte de la ville.

Dans son fort intérieur il pensait bien que le dispositif était trop tard mais ne voulait rien laisser au hazard

Une fois près de la porte il vit par a ses deux compagnons de ses doutes

Frère Gandalf et sooeur Myriam il est certainement trop tard mais ouvront l'oeil quand même on ne sait jamais on pourrait avoir aussi des indices et des renseignements précieux, car les profanateurs ne sont certainement plus dans la ville
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont   Sam 3 Sep - 2:31

CHILOU

Porte de la ville de Clermont

Après ces 2 jours de chevauchée, ils étaient enfin arrivé à destination. Chilou mit pied à terre, et voyant leur premier objectif atteint il prit conscience que ce n'était que maintenant que la véritable traque allait pouvoir commencer.
Un groupe mené par le frère Sencha se dirigea vers l'enceinte de la ville, probablement pour rejoindre la Cathédrale comme ils en avaient convenus durant le trajet.

Chilou aida à la préparation du campement provisoire. Ils ne resteraient pas longtemps mais la route risquait d'être encore fort longue avant de retrouver les profanateurs et de les blamer, il ne fallait rien négliger.
Chaque frère et soeur avait ses automatismes et savait exactement ce qu'il avait à faire: le camp fut rapidement installé.

Se retournant vers la ville, chilou la détailla du regard. Il n'était jamais venu à Clermont, mais il avait déjà entendu parler de la beauté de la Cathédrale et il se promit de la visiter à son retour, lorsqu'ils auraient chatiés les profanateurs et récupérer ce qu'ils avaient volé.


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE

Camp templier à l'extérieur de la ville

Les templiers s'étaient scindés en plusieurs groupes . Alors que l'un d'eux allait se porter aux nouvelles , un autre restait près des portes . Jeahne se trouvait dans le troisième , chargé d'établir un campement en dehors de la ville .
Accompagnée entre autres de soeur Elyena , elle retournèrent donc à quelques lieux de la cité , et choisirent un emplacement propice au camps .
Un flanc de colline surplombant les abords ferait l'affaire . Un petit cours d'eau agrémentait les lieux, permettant d 'abreuver les montures .
le groupe s'activa à monter quelques tente sommaires qui seraient probablement démontées un peu plus tard.

Les carrioles de vivres furent calées aux abords et les gonfanons amenés .

Lorsque tout fut installé, Jeahne enfourcha de nouveau Caboche et alla prévenir soeur Elyena qu'elle partait faire le tour de la ville afin d'aller à la pêche aux renseignements ainsi que frère Akkar l'avait demandé .

Tu m'accompagnes Elyena ? on peut prendre aussi un écuyer ..les autres seront suffisement nombreux pour tenir le camp .


_____________________________________________________________________________________

SENOPE

Arrivée a la porte de la ville de Clermont

La troupe avait chevauchée pendant 1 jour entier a un rythme soutenu. Sénope était épuisée. Le soleil dardait ses rayons à l’est et cette vision redonna des forces à tous. Sénope se signa.

Un symbole de la toute puissance de Dieu…
pensa-t-elle.


Prés de la place de la cathédrale

Sénope suivit le petit groupe qui entrait dans la ville derrière frère Sencha. Se frayer un passage n’était pas aisé, la ville grouillait de marchants et de gardes.

Il arrivèrent enfin sur le parvis, descendirent de cheval. Sénope pris les rênes du cheval de Frère Sencha et le regarda monter les marches avec Salvaressa.


_____________________________________________________________________________________

HERN

Il était parti en avant de la troupe des templiers pour quelques affaires le concernant à remplir .
Seul sans chariot il lui avait fallu bien peu de temps pour rejoindre la ville qui semblait comme prise d'un malaise.
Il aurait bien le temps d'en apprendre plus en rejoignant Jeahne et les templiers.

Ses affaires expédiés il avait attendu l'arrivée de la troupe, s'était renseigné ou retrouver Jeahne auprès d'un templier rencontré sur le parvis de la cathédrale.
L'affaire semblait vraiment de la plus haute importance à voir les mines préoccupées de tous.

Il mena donc son cheval vers l'extérieur de la ville ou un groupe devait établir le campement des troupes du temple, le trouver fut chose assez aisé, il lui suffit de se repérer à l'étendard qui flottait fièrement au vent.

Le camp avait été visiblement rapidement dressé, nombres de templiers s'affairaient encore à parfaire l'installation bien meilleure que celle du campement de fortune ou ils les avaient rejoint précédemment.

S'adressant à un templier qu'il avait aperçut lors de son passage au campement.
[COLOR+CYAN]
Bien le bonjour messire, je cherche votre soeur Jeahne, pourriez vous me dire ou la trouver?
[/COLOR]


_____________________________________________________________________________________

AKKAR

Porte de la ville de Clermont

Akkar et ses deux compagnons se dirigèrent vers la porte de la ville et se placèrent de tel façon que rien ni personne ne puissent se passer sans qu'ils s'en aperçoivent .

La journée s'annonçait douce et sans pluie et le soleil réchauffait la terre de ses rayons comme il le pouvait vu la période de l'année .

La ville se réveiller lentement et des gens commençaient a faire des passages entre la ville et leur champs pour y aller y travailler .

Akkar questionna quelques personnes de passage mais sans grandes convictions car il avait déjà plusieurs jours que les faits c'était passé et plus les jours passeraient moins d'indices ils trouveraient

Un nuage noir remplit de pluie passa devant le soleil et il sentit directement la différence de température, le vent était piquant sans la chaleur du soleil et il se mit instinctivement a l'abri derrière le mur de la poterne.

La splendide journée fit place a l'obscurité presque total, a croire que la nuit avait fait place a la journée d'un seul coup mais pourtant aucune goutte de pluie ne tombé

Pourtant a l'horizon Akkar remarqua que d'autres villages avaient moins de chance que eux car il voyait comme rideau flou qui faisait la liaison entre la terre et le ciel et il fit signe a ses compagnons de regarder dans cette direction.

C'est un vrai déluge qui doit s'abattre sur la tête des malheureux qui habitent dans cette direction, le sol sera trempé après cette averse et ils ne pourront pas continuer de travailler leur champs.

Soudain l'obscurité disparut comme cela était venu car le soleil revenait a la conquête du ciel formant a l'horizon un splendide arc-en-ciel comme ci le soleil voulait montrer un signe de victoire sur les éléments déchainés.

Akkar reprit sa surveillance et soudain il remarqua un objet brillant qui attira son attention, grace a un rayon de soleil qui frappait l'objet en plein sur lui celui ci brillé comme si il était en or.

Il s'en approcha et le prit en main, le regarda sur toute les coutures .

C'était un morceau de bois avec un morceau de métal et c'était lui qui sous le rayon avait attiré l'attention de Akkar et il se demanda si ce morceau de bois ne faisait pas partie d'un coffret car si c'était le cas cela voudrait dire que les profanateurs étaient bien partis de cette ville et étaient passés par cette porte

Il alla voir s'il pouvait trouvé des traces de chevaux pour savoir la direction prise par les malfrats mais fut vite découragé car des traces ils en avaient mais tellement nombreuses que cela devenait inexploitable

Néanmoins il mit l'objet dans sa poche et quand le camp serait près et si frère Sencha n'était pas de retour il enverrait une patrouille dans cette direction


_____________________________________________________________________________________

ZIZOU

Camp templier à l'extérieur de la ville

Zizou suivit les instructions, il alla donc monté le camps, Jeahne avait choise un très bon endrois, il aida ses frères et soeurs a monter les tentes, ensuite il s'occupa des chevaux en les amenant pret du cours d'eau. cela fait, il se posta a l'entrée du camps.

C'est alors qu'un cavalier s'approcha.

Bonjour, vous cherchez soeur Jeahne ? je crois l'avoir aperçus par là je peux vous y conduire.

Zizou fit signe au cavalier de le suivre, et l'amena à l'endroi où soeur Jeahne était postée.

Bonjour ma soeur, cet homme souhaite vous voir...


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE

Camp templier à l'extérieur de la ville

Elyena semblait avoir fort à faire avec sa monture et celle de son époux . Jeahne la laissa donc s'en occuper. Il fallait en prendre soin , la mission ne faisait que commencer, nul doute que les bêtes seraient soumises à rudes épreuves .
Caboche avait encore des ressources suffisnates , jeahne tira d'un coup sec sur les rênes pour s'en aller chercher d'autres frères ou soeurs qui auraient souhaité l'accompagner , lorsque Zizou l'interpella:
Zizou a écrit:

Bonjour ma soeur, cet homme souhaite vous voir...

Elle sursauta , ne l'ayant pas entendu arriver .
Puis un sourire illumina son visage en découvrant le visiteur qui accompagnait Zizou .

merci Zizou , c'est bon ...

D'un coup de talon elle porta sa monture à la hauteur de celle de Hern , collant sa jambe à la sienne, et posant la main sur les siennes :

bonjour beau cavalier , que nous vaut votre visite ?

Elle sourit à son intention , puis se tourne vers Zizou

Zizou , je te présente Hern ....
Hern, voici le frère Zizou, jeune écuyer tout frais intégré au temple .
je dois aller faire un tour autour de la ville , on y va ensemble, tous les trois ?
Tu me racontera en chemin comment se sont passés tes affaires

Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont   Sam 3 Sep - 2:33

ELYENA


Porte de la ville de Clermont

Elyena au camp templier , comme le lui avait demandé son mari s'occupa de sa jument et de l'étalon d'Akkar.
C'était une grande première car jusqu'à présent il ne laissait à personne l'accomplissement de cette tâche.
Ce brave Flèche était pourtant assez docile d'autant plus qu'il était fourbu. Les montures avaient été mises à dure épreuve depuis le début de cette mission.
Ayant l'habitude de s'occuper des chevaux du Temple , elle prit soin de vérifier chacun d'entre eux. Elle les pansa, les bouchonna et vérifia si les fers étaient toujours en état.

A plusieurs reprise, elle regarda le ciel, il était tantôt menaçant, tantôt ensoleillé mais il faisait un froid sec normal pour cette époque et surtout la région. Celà changeait de sa normandie.

Elle devait avoir passer beaucoup plus de temps avec les chevaux qu'elle ne le devait car lorsqu'elle sortit enfin de l'enclos, elle se rendit compte que Jeahne , Zizou ainsi qu'un autre homme s'éloignait sans l'avoir attendu.

Elle les regarda au loin et haussa les épaules et adressa la parole à l'écuyer qui se tenait devant le feu de camp et qui commençait à faire chauffer des marmittes.

- Bah!!! bon et bien je vais aller essayer de trouver mon homme après tout, histoire de glaner quelques informations.

Elle reprit son épée et se dirigea vers la porte de la ville. Elle ne mit pas longtemps à touver Akkar qui semblait fouiner le sol.

- Je me suis occupé des destriers, ils sont épuisés les pauvres, on leur a menés la vie dure ces jours ci.
J'ai comme eu l'impression que Calypso boitillait mais elle avait juste une pierre prise entre son sabot et le fer, du coup j'ai vérifié tous les chevaux et les autres ont dus se lasser d'attendre.
Enfin bref, le camp est à peu près installé correctement.

Le voyant avec un objet bizarre dans les mains, elle s'avança un peu plus près pour regarder avant de voir qu'il s'agissait d'un morceau de bois avec un semblant de serrure.


_____________________________________________________________________________________

SENCHA

Dans la cathédrale de Clermont. 9h du matin.

Les lieux étaient déserts ... pas une seule âme ne semblait se trouver dans le lieu pourtant si impressionant.
Un silence de mort y régnait : un silence si précieux lors du moment de la prière mais qui créeait là une atmosphère bien particulière, froide, dans ce lieu profané.
Bien que peu dérangé par cela, il était content de ne pas être seul dans ce lieu quelque peu morbide, bien qu'il n'était accompagné que d'une écuyère.

Il marcha le long de la rangée principale,observant si quelque chose lui semblait anormal au milieu des rangées de banc.
Rien là non plus n'évaillait sa curiosité ... il aurait aimé trouvé n'importe qui sur sa route, du moment que cela pouvait lui donner une piste, une simple indication.
Il ne pouvait s'attendre à pire scénario que celui-ci : même son éminence Ivrel semblait avoir quitté les lieux ....

Il se retourna vers sa soeur qui semblait décerner le mélange de colère et d'incompréhension qui régnait en lui à ce moment là.
Il lui murmura plus qu'il ne parla ...

Il nous faut trouver le bureau de son éminence ...
Peut-être s'y trouve-t'elle même si l'absence de garde ne me rassure pas ...

Il s'éloigna de l'allée principale et commença à s'aventurer dans les couloirs du lieu, sans savoir vraiment ce qu'il faisait et ce que cela pouvait donner.
Il savait que l'heure avançait et il se mit à espérer que ses frères auraient plus de chances dans la recherche d'informations.
Celle-ci se révélait déjà être un obstacle à la suite de leur véritable mission.

Il se retournait fréquemment pour voir si Salva était toujours derrière lui, alors que seuls ses propres pas brisaient ce silence pesant.
Les couloirs se succédaient et chaque porte qu'il ouvrait lui disait que la réponse ne se trouverait pas dans la cathédrale, comme il le pensait en arrivant ici.

Je pense que nous ne trouverons personne ici ...
Allons jusqu'au bout de couloir et si nous ne trouvons rien de concret, nous chercherons quelqu'un qui pourra nous aider en ville ...


_____________________________________________________________________________________

SALVARESSA

Dans la cathédrale de Clermont. 9h du matin.

- hmmm....oui...vous avez raison mon frère Sencha... c'est bizarre tout ça...je vous suis toujours,n'ayez crainte... répondit Salva trés peu rassurée de ce silence dans la maison de Dieu.

Puis Sencha le gardien du Temple et l' écuyère Salvaressa furetaient dans l’espoir de découvrir un indice... un lien avec celle qu’ils étaient venus retrouver,la cardinale Ivrel.

Le silence pesant ne prévalait rien de bon.

Chaque son émit résonnait longtemps, chaque pas semblait vouloir se faire entendre jusqu’au soleil au moins dans cette cathédrale si calme.

Suivant son brave frère en veillant sur ses arrières,Salva remarqua à un certain endroit sous les pieds du Templier, la poussière tombait entre deux dalles.

Elle l’interpella :

Hééé Pst….. Sencha...

Puis lui mima plus qu’elle ne lui murmura que sous ses pieds devait sans doute se trouver passage ou cache secrète….


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Au fond d'une crypte...

L'ange déchu s'éveille, combien de temps, depuis combien de temps est-il détenu captif ici ?
Deux, trois, peut-être quatre jours, aucun moyen de le savoir, tout juste la lueur d'une bougie sous la porte, sans doute celle du garde qui surveille la porte de la crypte où l'argenté a été enfermé depuis sa capture.
Aucun repère temporel, pas de lumière du jour, pas de repas régulier pour l'induire en erreur, tout juste une miche de pain lancée comme à un mendiant, tout pour perturber Samaël qui ne s'en laisse pas pour autant destabiliser.
La seule et unique chose qui l'inquiétait réellement était de savoir si la vagabonde avait bien rejoint les autres, qu'elle les aient trouvés et surtout qu'elle n'ait pas pris la poudre d'escampette, ce qui pour lui semblait chose fort probable.

La crypte était petite, creusé dans chaque mur, les espaces mortuaires où des linceuls sans cercueil étaient déposés, tout pour rendre dingue le premier quidam venu.
Sans la pénombre et l'expérience de l'ange déchu, il en aurait sans doute était de même pour lui, mais pour le moment son esprit restait clair, cela étant, il ne lui faudrait pas rester encore des semaines dans ce trou à rat où la nuit était devenue sa compagne.
Plusieurs fois il avait fait le tour en tatonnant avec ses mains déliées, cherchant une faille, un passage, n'y trouvant rien que des ossements et autres vestiges humains, ainsi que le bois et le fer de la porte qu'il avait molesté du pied à plusieurs reprises.

Quand, quand, le sortirait-on de cet endroit...


_____________________________________________________________________________________

HERN

Camp templier à l'extérieur de la ville

Le jeune écuyer le salue chaleureusement et lui propose de le suive près de Jeahne.

Grand merci messire je vous suis bien volontiers.

Avant que l'homme ne la lui montre il a déjà reconnue sa silhouette, échange de sourire, main que se serrent discrètement, la situation ne se prête guère a d'autres effusions.

Jeahne fait les présentations.

Enchanté de vous connaître messire Zizou.

Tu partais en patrouille mon......
hésitation..........Jeahne. Je t'accompagne bien sur, tu pourra ainsi aussi m'éclairer sur les raisons de la venue du temple ici, enfin si cela bien sur t'es autorisée.
J'ai vu bien de l'agitation en ville, l'affaire doit être importante.

Mes quelques opérations commerciales se sont bien déroulés, pas grand chose de bien intéressant en la matière tu sais.


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE


Camp templier à l'extérieur de la ville

Oui nous partons en ..patrouille . Frère Akkar nous a demandé de glaner des informations . A vrai dire , je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé comme évenements ici . Peut etre en apprendrons nous plus des paysans qui travaillent aux champs autour de la ville

La petite troupe s'éloigne lentement du camp .
Jeahne voit de loin Elyena s'en aller également de son côté probablement pour rejoindre Akkar aux portes de la ville , elle la salue d'un signe de la main .
Puis ils se dirigèrent vers l'enceinte de la ville afin d'en faire le tour au plus près .

il n'y avait que trois portes qui sortaient de Clermont .
Celle qui ouvrait la route vers Montpensier , celle par laquelle le groupe de templier était arrivé et près de laquelle le camp était stationné .
Puis il y avait la route qui menait à l'est vers Thiers , et au sud , la route de Murat .

Le groupe de cavaliers , contourna la ville , essayant de repérer quelques indices qui auraient pu mettre en évidence le passage d'une bande de malfrats , ou bien les stigmates d'une bagarre .
Au pieds des murs de la ville , il y avait toujours de jeunes enfants chargés de nourrir les cochons des detritus que les villageois vidaient du haut des remparts .

Jeahne en aborda plus d'un mais ils n'avaient rien vu , durant ces derniers jours . Seule la rumeur d'un vol se propageait chez les villageois de la région .

Jeahne pris alors la décision d'éloigner progressivement leur ronde des murs de la ville .
Ils s'enfoncèrent donc dans la campagne esperant trouver un hameau , ou des paysans affairés aux champs qui auraient vu quelque chose.
d'anormal .

Tout en progressant , Jeahne expliqua brièvement à Hern les raisons de leur présence à Clermont , le vol de la relique et la fuite des profanateurs .
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
La Main Noire
avatar

Messages : 601
Localisation : Ici...
Etat d'esprit : Ca...
Désirs : Tortueux...

MessageSujet: Re: 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont   Sam 3 Sep - 2:35

HERN

Ils avaient écumé les abords proches de la ville, sans trop de succès, comme si les voleurs s'étaient évaporés leur forfait accompli.
Même les chenapans qui d'habitude savent tout sur tout et sont prêt à donner l'information contre une piécette ne semblent rien savoir.
Rien savoir ou rien vouloir dire?

Jeahne lui avait expliqué les grandes lignes de la présence des templiers à Clermont alors qu'il s'éloignait un peu de la ville pour élargir leur recherche.
Le vol d'une relique, ce n'était sûrement pas l'oeuvre de quelques malandrins à la recherche d'un gain facile, mais sûrement un groupe bien organisé.
Si tel était le cas ils auraient pris toutes les précautions possibles pour dissimuler leur fuite.

Mais même les meilleurs ne prévoient pas tout, surtout pas l'imprévisible comme la présence inattendue d'une personne là ou elle ne devrait pas y être.
Un peu au hasard ils avaient décidés de commencer par la route du sud celle de Murat.

Après un bon moment de cheminement, ils arrivent à un village. Questionne une , deux, dix personnes mais nulsnnes n'a rien vu d'étranges ,ni de compagnies prenant la fuite. Il est donc certain que le groupe n'a pas emprunté cette route, ou alors l'a quitté avant ce village.

Mais bien sur sont ils sots, si les profanateurs ont deux sous de jugeote ce n'est pas par la grande route qu'ils ont fuis mais par de petits chemins détournés.

Jeahne, je crois qu'il nous faudrait plutôt explorer les chemins traversiers, c'est sans doute par là qu'ils ont fuis, je craint fort en plus qu'ils n'aient dissimuler leurs traces.
Il faudrait un miracle d'Aristote pour que nous retrouvions leurs traces, mais nous devons persévérer peut être ont ils commis une légère erreur qui nous permettra de retrouver la route qu'ils ont pris pour fuir.

Revenant sur leurs pas, ils explorent un à un les chemins qui s'enfoncent dans la foret environnante.


_____________________________________________________________________________________

ACAR

Au fond d'une crypte

Depuis quelques jours, l'argenté reposait dans la crypte de la cathédrale, dans le plus profond des entrailles du grand vaisseau de pierre.

La lumière de la bougie se mit à trembloter puis vacilla petitement jusquà rendre l'ame, quand le garde ouvrit la porte de bois et de bon fer de la cellule.

Entrant, plutôt essayant, de par la petitesse des lieux, la pénombre grandissante, puis enfin les dépouilles masquées par leurs linceuls, jonchant allégrement le sol, il manda torche, on n'y voyait goutte.
Le garde apporta alors la lumière... l'oeil s'habituant. Au fond se tenait l'argenté qui apparemment s'était accommodé au lieu, un esprit faible aurait succombé, presque il se confondait à la pierre du mur, tel long lierre s'accrochant pour ne point tomber.

Celui-ci se redressa, céans, à la vue du vidame.

Aucun mot ne sortit, le garde prit son trousseau de clefs, chercha la bonne puis s'en servit pour libérer le prisonnier de son entrave, reliée au mur.
Ce faisant, il lia par la suite poignets puis les fixa à une chaîne qu'il serra une fois autour de la taille de celui-ci.

Le vidame annonça derechef qu'il allait le remettre aux gens du Temple, ce qui ne donna aucune réaction... il précisa alors que cela faisait de lui un futur pendu, voir brûlé, car si les gardes lancés à la poursuite des cavaliers, ses amis, ne ramenaient point de captifs, alors, il serait obligé d'en dire plus, et voyant l'homme prit par le silence, il risquait grandement de trépasser,à ce jeu-là.

Sur ce, le garde épiscopal suivit le départ du vidame, l'argenté était au milieu et ne parlait toujours pas... On verra se dit Acar, devant les Templiers, que fera-t-il, restera-t-il muet comme carpe hors de l'eau ?

Après avoir suivi les escaliers en vis, traversé le vaisseau, ils parvinrent extra-muros où presse se faisait.

Haranguant un moine-soldat : Hola templier, je suis le vidame de Bourges et, comme vous le voyez, j'ai prisonnier, un de ceux qui ont violé l'antre sacré... je vous le délivre, car mes hommes ne sont point en suffisance pour le veiller comme il se doit.

L'homme, illico, appela d'autres, puis, finit par récupérer la chaîne liant l'argenté, qui, de coutume ne parlait point.
La troupe alors se dirigea vers prison plus sûre, l'avenir de ce personnage semblait mal assuré... puis sans savoir pourquoi, il se rapprocha rapidement du prisonnier et lui demanda : N'avez-vous rien à me dire, à me demander ?, vous étiez deux pendant l'assaut... rappelez-vous.


_____________________________________________________________________________________

SAMAEL

Au fond d'une crypte...

Le temps lui semblait long, une éternité, mais plutôt que de tourner fou, il préféra profiter de ce calme pour se ressourcer... Fermant les yeux, écoutant les grondements de mère nature au loin, déjà plusieurs jours que le temps était menaçant si son idée du temps passé ici était encore assez juste, il mis même à escient de se reposer, dormant par petites tranches.
De toute façon, il n'était pas idiot, et savait fort bien que sans la satanée clé qui ouvrait le cadenas qui le tenait captif de ce mur, il ne saurait s'échapper d'ici, il ne lui restait donc plus qu'à attendre qu'on vienne à s'occuper de son cas, et il n'avait pas de doute sur le fait que cela ne saurait tarder.

Les yeux clos dans l'obscurité, assis le dos appuyé contre la pierre froide et humide de la crypte, Samaël les avant bras posés sur ses genoux pliés attendaient qu'on vienne le chercher.
Un bruit de clé dans la serrure de sa "geole", l'argenté ouvre lentement les yeux, se réaccoutumant progressivement au peu de clarté qui pénétrait en même temps que l'homme qui l'avait ficelé sur le parvis.
L'ange déchu se redresse sans qu'on le lui demande, faisant face au meneur de la garde épiscopale, cela étant aucun son ne sort de sa bouche, il laisse l'officiant le détacher du mur pour l'entraver pieds et poings reliés à sa ceinture comme un bagnard.

Déchéance provisoire pour lui, suivant l'homme qui tient ses chaines malgré lui mais sans réticences, le combattant de la Main Noire redécouvre la couleur de la lumière, plissant les yeux tant cette lueur lui agresse la rétine trop longtemps restée dans le noir.
Quelques minutes et son regard doré se réhabitue à la clarté du jour, découvrant bien du monde en cette cathédrale, agitation certaine dut à leurs méfaits.
Le soldat d'église tente surement de l'intimider par des petites phrases concernant la potence, un sourire imperceptible se dessine sur le visage du démon angélique, la mort comme une fin en soi, quelle duperie, elle n'est que le commencement.

Coincé entre les deux sous fifres de l'église, Samaël observe, détaille, pas d'échappatoire possible pour le moment, pas seul en tout cas.
Retour sur le parvis, souffle d'air frais dans ses poumons, les yeux de l'argenté se ferment un court instant pour savourer l'air pur et non vicié qui s'insinue en lui.
Son oreille se tend aux mots du soldat, le regard se porte sur celui que le vidame interpelle.

Tiens, les templiers... interessant...
songea t-il.

Comme ça l'écclesiastique le livrait aux templiers et bien on montait un cran au dessus, cela étant, le vidame ne se demonta pas et lui posa quand même la question qui lui démangeait les lèvres, si il avait quelque chose à lui dire, à lui demander, lui rappellant qu'Aliénor était avec lui, comme si il avait oublié.
Lentement, il fixa le quidam de ses prunelles or et afficha un sourire suffisant et narquois, avant de lui répondre d'une voix calme, posée, un brin ironique.

A vous dire, non rien en particulier, si ce n'est que vos geôles sont humides...
A demander oui, qu'on me détache et me rende mon épée mais je pense que c'est peu envisageable, me trompes-je ?

Un éclat de rire sonore se fit entendre avant qu'il reprenne son sérieux et son calme.

Point necessaire de me le rappeller, je le sais, mais en aucun cas ne me ferait croire que vous l'avez attrapé, je serais déjà au bout d'une corde !
Quoique je doutes qu'elle eusse pu vous en apprendre beaucoup ma foi.

Samaël resta là stoïque, toisant de façon moqueuse le vidame.


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE

A l'extérieur de la ville, sur la route de Murat

Le groupe avait conrourné la ville , interrogé tous les paysans qu'ils avaient pu croiser sur la route . Aucun élément d'importance n'était parvenu à leurs oreilles .
Finalement ils avaient suivi la route qui menait vers Murat , plein sud , dernier echappatoire possible pour des malfrats qui voulaient fuir rapidement .
Jeahne avait pris le temps d'expliquer la situation à Hern . Elle commençait à s'impatienter de ne rien trouver de concluant .
Des bandits volant aussi efrontément ne pouvaient pas diparaitre ainsi sna slaisser al moindre traces . Ils étaient plusieurs c'était certain.
Hern proposa alors quelque chose :

Jeahne, je crois qu'il nous faudrait plutôt explorer les chemins traversiers, c'est sans doute par là qu'ils ont fuis, je craint fort en plus qu'ils n'aient dissimuler leurs traces.
Il faudrait un miracle d'Aristote pour que nous retrouvions leurs traces, mais nous devons persévérer peut être ont ils commis une légère erreur qui nous permettra de retrouver la route qu'ils ont pris pour fuir.

Jeahne le regarda l'air dépité .

tu as peut etre raison mais je ne me fais plus guère d'illusion . Si les habitants n'ont rien vu , c'est probablement qu'ils ont fui de nuit et ont été suffisement habiles pour dissimuler les traces de leur passage . Mais tentons une dernière carte ....

Et ils s'enfoncèrent dans la fôret qui longeait la route , suivant quelques chemins forestiers qui serpentaient au milieu de ce fouillis boisé . Jeahne descendit de cheval , et scrutait le sol , les buissons environnants, tenant Caboche par la bride . Zizou et Hern firent de même .
La forêt était sombre ,la lumière pénétrait à peine à travers la voute feuillue . Le chemin avait été boueux mais le froid hivernal avait durci le sol , il y avait bien quelques traces anciennes de chariot ...pas grand chose de plus .
Mais soudain , quelque chose d'étrange attira l'attention de Jeahne , les traces au sol disparaissaient comme par enchantement , comme si le chariot les ayant laissé s'était volatilisé


_____________________________________________________________________________________

HERN

A l'extérieur de la ville, sur la route de Murat

Depuis plus de deux heures , ils cherchent , chevaux tenus à la bride, scrutant le sol.
Un chemin, puis l'autre, puis un autre , encore un autre, le temps passe et aucun indice.
Le découragement commence à gagner, mais Jeahne s'obstine, prenant son air sérieux, fronçant les sourcils en cherchant encore et encore. Il la regarde amusé de la moue presque boudeuse qu'elle affiche.

Elle s'arrête , lui fait signe de venir voir. Il s'approche , scrute le sol, des traces de chariot, mais qui se termine là.
Elle lève les yeux vers lui, ils sourient tous deux , la même conclusion est venue à l'un et à l'autre, le chariot ne s'étant pas envolé, quelqu'un en a dissimulé les traces.

Ce sont certainement eux qui ont pris ce chemin, qui d'autre cacherait l'empreinte de son passage?
Suivons ce chemin, ils n'ont pas du les effacer sur plus d'une lieue, avec un peu de chances nous les retrouverons.

La joie d'avoir retrouver enfin quelque chose qui pourrait leur permettre de retrouver les voleurs éclaire leurs deux visages.
Ils en informent leur compagnon en quelques mots.

On continue ? on suit le chemin ou on informe tes chefs?


A son regard il a compris qu'elle veut aller plus loin sans en référer pour l'instant.
Il hoche la tête en signe d'assentiment.

Pressons nous alors , ils ont déjà beaucoup d'avance.


_____________________________________________________________________________________

JEAHNE

A l'extérieur de la ville, sur la route de Murat

Sourires de connivence , tellement longtemps qu'ils se trouvent côte à côte dans l'adversité .

HERN a écrit:

On continue ? on suit le chemin ou on informe tes chefs?

sourire en coin , haussement d'épaules désabusés

On continue jusqu'à ce qu'on retrouve les traces , ensuite le petit ira prévenir le camps ...on verra bien ce qu'on trouve ...

Puis elle regarde le jeune écuyer avec un zeste de compassion

Zizou , je prefère que tu ne te sentes pas obligé de suivre mes agissements tu risquerai de te mettre dans une position délicate vis à vis de nos superieurs ...mais tu fais comme tu le sens ... sache que je prends des initiatives qui ne seront pas forcément bien vues .

Puis le groupe s'enfonce dans la forêt . Jeahne hésite au fond d'elle même , la forêt fait plusieurs centaines de boisselées à n'en pas douter, ils risquent d'avoir beaucoup de mal à suivre le chemin forestier , mais le soleil ne va pas tarder à se coucher et il faut profiter de ses dernières lueurs s'ils veulent esperer retrouver au plus vite les traces de la carriole.
De nombreuses branches et arbrisseaux sont brisés , couchés ça et là. les cavaliers étaient nombreux ou bien leur chargement important , c'est une évidence .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont   

Revenir en haut Aller en bas
 
13 - Clermont >>>> La cathédrale de Clermont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cathédrale de Clermont
» Combat à la cathédrale
» visite de la cathédrale
» La Cathédrale
» 3. Cathédrale de Flammes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan de La Main Noire (Renaissance) :: L'Enceinte (lecture publique + accès membres) :: La Bibliothèque :: Les exploits extérieurs avant l'incendie du manoir (2007-2008) :: Mission à Clermont (2008)-
Sauter vers: